Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 29 septembre 2006

Je rencontre la blogosphère dans la vie réelle

Grande nouvelle, gros scoop, j'ai un WE qui s'annonce chargé... Mais ça me plaît !!

Eh oui, rendez-vous compte, je rencontre deux blogueurs ce WE ! Et je suis super impatiente de les rencontrer tous les deux.

Je connais déjà leurs minois, mais eux non, et je ne connais que la voix de l'un des deux, et eux non plus ne connaissent pas la mienne...

Alors, pour la voix que je ne connais pas, je l'ai déjà imaginée. Oui, souvenez-vous, l'âme musicienne que je suis, arrive à imaginer la voix des gens en les lisant... Je vous dirai si c'était vrai !

C'est vraiment peu dire que je suis toute excitée de la perspective de ces rencontres !

Et comme dans toute rencontre, y a toujours une part de risque (énorme !)...

Mais je préfère tellement voir les gens et passer du temps avec  eux que de les lire ou les entendre trop souvent...

La vie est trop courte et passe trop vite pour ne pas prendre justement ce temps de la rencontre avec l'autre, les autres, les ami(e)s, et de profiter d'eux, de leur savoirs, de leur façon de penser, de voir les choses, et surtout de ce qu'ils sont .... C'est tellement enrichissant, intéressant, passionnant... Moi, ça m'extasie, presque :-)

C'est pour cela, et pour cela seulement que j'ai tendance à "hurler" (n'ayons pas peur des mots !) lorsque je ne vois plus assez les gens que j'aime à mon goût, et donc, je leur fait comprendre cela comme ça !

Les deux potentiels lecteurs que je rencontre ce WE commencent à se sentir mal à l'aise à l'idée de me rencontrer...!

N'ayez crainte, je ne mords pas ! Quelques indices pour me reconnaître ! 

Déjà les imbattables béquilles !
Pas grande, des lunettes, les cheveux mi-longs et châtains, un sac à doc, le teint clair, les yeux bleus, et le sourire aux lèvres !

Là, je pense que vous me reconnaîtrez ! 

Et vous deux qui me lisez, vous savez que c'est vous !!! 

Mais surtout, je les remercie de me donner la joie de les rencontrer... :o) 

jeudi, 28 septembre 2006

In the fourmillière - Le diable s'habille en Prada

Ma boss est un dragon, selon les jours, selon SES jours pour être exacte, et là, je peux l'être donc...

Depuis le début de la semaine, l'atmosphère au bureau a changé, ... à mon égard, forcément. Loin de moi l'idée de me poser/porter en victiiimmmeeeeuh, j'ai tout simplement horreur de ça, donc, question suivante ?!! 

Mais c'est la réalité (odieuse réalité, en vérité !)...

En fait, le WE dernier, l'autre équipe a passé le WE ensemble, bref, un WE d'équipe quoi. Jusque là, rien de plus normal. Sauf que les deux autres assistantes m'ont descendue en flêche, et donc, ça parle à voix basse lorsque j'arrive au moment inopportun !

Je fais celle qui ne voit pas, car en plus, je trouve ça d'une extrême puérilité, non ? De plus, elles jugent sans avoir pris la peine de me connaître... Et surtout, elles ne savent pas de quoi je suis capable.... Non, je ne suis pas un démon, je me protège juste un peu, et toc !

Et donc ma boss, un peu influencée par une des avocates de l'autre équipe (et qui habite à deux pas de chez moi, horreur..) se prend pour Dark Vador, ou le Diable en personne, bref, elle s'habille en Prada !

Non, sans blague, ses humeurs, elle a du mal à les gérer, et donc, tout est prétexe à critique dans mon travail...

Genre, mon niveau d'anglais qui aurait changé en 15 jours !!! Je suis morte de rire !

Le mieux, c'était quand même cet après-midi. Elle m'appelle telle une furie parce que je ne lui aurais pas remis l'intégralité du jugement et donc, elle ne pouvait pas interjeter appel... sauf que la connerie c'est pas moi qui l'ai faite, c'est l'autre avocat, et toc...

Et je peux vous dire que je ne me suis pas gênée pour lui faire entendre ce qu'elle devait entendre, nah !

Résultat, elle est rentrée furax d'avoir perdu son temps (ce que je peux comprendre), mais elle s'est déchaînée sur toutes les corrections des différents courriers que j'avais tapé sous audio, donc, selon ses instructions.

Après qu'elle soit repartie en disant "ça ne va pas du tout...", elle est revenue, et j'en ai profité pour lui demander ce qu'elle avait écrit ça et là...

Et là, victoire... Elle m'a dit : "ah oui,  ça veut pas dire grand chose... Il faudrait mettre...."

Demain, si elle ne se calme pas, je vais lui "remonter" les bretelles, façon Laurenn. Elle risque d'être surprise...

Sauf que demain, on déménage mon bureau pour que je sois moins éloignée des photocopieuses etc. (moins à marcher & me fatiguer, because plâtre...)

Et donc, je me retrouve en plein coeur de la fourmillière (ie, là où sont concentrés tous les avocats, et où il fait super chaud...), comme je l'ai prénommée... 

Ca risque d'être un peu chaud avec les deux autres, mais en même temps, cela permettra aux autres avocats de voir comment je travaille, que je suis concentrée, pas dispersée et très organisée... Nah again !

Y en a marre de tous ces gens odieux....

mercredi, 27 septembre 2006

Du chocolat

Mordre la vie à pleines dents, la mordre avec du chocolat dedans, miam, miam !

Qq WE en Belgique m'ont totalement convertie au chocolat belge que je trouve le meilleur au monde... Et puis, les Belges, quel peuple étonnant, gentil... j'adore , je suis (presque) conquise ;-) Promis, j'arrête là mes digressions...

Alors, le chocolat belge, une fois qu'on y a goûté, on devient vraiment exigeant avec les chocolats qu'on mangera par la suite... Je ne jure que par lui le chocolat belge, que par le Wittamer... eventuellement le Neuhaus.... C'est dire ;-)

Et donc, depuis ces WE en Belgique, le café (sans sucre) appelle le chocolat obligatoirement, forcément...

Alors, lorsque je commande un café dans un bar et qu'il n'y a pas de chocolat, je fais mon plus joli sourire et je demande gentiment et poliment si je ne pourrais pas avoir un carré de chocolat avec... Bah oui, ça me rappelle de jolis souvenirs, mais aussi et surtout la douceur du chocolat qui fond dans la bouche, quel bonheur...

Et en général, je l'obtiens, non à la force de la cheville (je vous voyais venir !!) mais par la grâce de mon sourire...!

Et vous, vous êtes café + chocolat, café sans chocolat ??

Ah oui, parce que j'ai oublié de vous dire qu'au cabinet, y aussi du chocolat avec le café... pas mal, non ?

mardi, 26 septembre 2006

Dans ma bulle

Lorsque je suis dans ma bulle, je m'y sens bien. Lorsque je suis dans ma bulle, rien ne peut m'atteindre.

Ma bulle ? Elle me protège, c'est mon univers, c'est une enveloppe que les gens ne peuvent apercevoir, elle est comme un nuage qui m'enveloppe près de moi ...

Ma bulle, c'est moi, moi profondément, moi personnellement, moi intime, moi fragile, moi, moi et encore moi.

Et ma bulle c'est aussi mon intérieur...

Ma bulle, c'est la musique que j'écoute, c'est le sourire que je fais lorsque je suis heureuse, c'est mon éclat de rire, c'est le ronron de mon chat qui m'endort, ce sont mes ami(e)s que je vois, que j'entends, que je lis...

Ma bulle, c'est mon chez-moi, mon cocon, mon pull tout doux, mon plaid lorsque je fais la sieste, ma tisane avant de m'endormir, le livre que je feuillette, le magasine que je lis en diagonale, la télé que je n'ai pas...

Ma bulle c'est aussi le fait d'être émerveillée par l'arc-en-ciel qui traverse le ciel de Paris pendant une averse, le ciel bleu du matin, la lumière du matin, le soleil de l'été, la douce chaleur du soleil sur la peau... 

Ma bulle, c'est un bulle de savon qui a des allures d'arc-en-ciel dans le ciel et qui me fait voyager dans un temps intemporel, composé de mes envies, de mes désirs, de mes projets...

lundi, 25 septembre 2006

La philosophie de l'entorse...

A tout malheur, solution ?

Peut-être, je ne sais !

J'essaie de trouver, ou en tout cas d'expliquer le pourquoi, la cause de cette entorse, qui dure, dure... et qui m'a laissé dans une rage, dans un désespoir odieux, dans un désert indicatif, mais surtout m'a cloîtré dans mon appartement, et comme ça dure, j'essaie ... de vivre autrement !

Ben oui, pas le choix, donc, on avance, et hop, me voilà à nouveau parmi vous !

Je pense que cette semi-immobilité est là pour me dire de faire attention, de vraiment prendre soin de moi, de me prendre encore et davantage en considération et de continuer à poursuivre ce qui a commencé cet été...

Résultat, j'ai commencé la journée en ... fanfare en ... me prenant les pieds (enfin, l'autre pied, le seul disponible !) dans ... mais non, pas le tapis, dans les béquilles, forcément !!! Oui, je sais, vous vous demandez comment j'ai fait ? Euh, j'ai du me presser un peu.... et donc, résultat des course (!!), je me suis fait mal à un orteil du seul pied valide !!!!

Bon, il a gonflé, est devenu bleu, un peu, et là, je viens de le bander avec un autre, histoire qu'il aille mieux...

Toujours pas le pied cette affaire... mais bon, y a pire, et je commence à moins souffrir de ma cheville... cassée, donc, tout va bien !!

vendredi, 22 septembre 2006

De la cheville - suite... et fin ??

Oui, je sais, ça commence à faire long et répétitif d'en parler, mais peut-être etes-vous intéressés un petit peu de ma personal life (quelle prétention ;-)).

Depuis que j'ai vu le kiné, la douleur était de plus en plus vive, et je n'en menais vraiment pas large et de moins en moins au boulot... Le pire a quand même été ce matin, où déjà en fin de matinée, elle me lançait tellement que je pleurais... sur mon bureau et que j'en avais assez, vraiment...

Et puis et surtout, je me sens super mal à l'aise vis à vis de mes trois avocats collaborateurs pour lesquels je travaille, car ça devient super dur de bosser... ou en tout cas de me déplacer... Et surtout pour une pré-embauche, je vous fais pas de dessin... Ils ont beaux être compréhensifs, je peux comprendre que ça ne les amuse pas d'avoir leur assistante un peu obligée de rester à sa place, impotente, limite ne pouvant pas rester debout car ça la fatigue...

Bon bref, j'ai été revoir le médecin déjà vu  cette semaine... Et là, j'ai vu le grand chef (son remplaçant, c'était la dernière fois) ! Là, je lui dit juste ce qui s'est passé et mes douleurs... Et il a tout de suite vu de quoi il s'agissait... Et histoire de confirmer ce qu'il pensait, il a demandé à un confrère radiologue de faire une radio en urgence et une échographie (MDR !).

Il est brillant ce médecin en plus d'être consciencieux, parce que son diagnostique était le bon.... à savoir, un déchirement osseux... Ce qui s'assimile à une fracture minime, mais fracture quand même. Donc, l'hypothèse que j'émettais au départ s'est confirmée...

Mais au moins, je sais ce que j'ai et je comprends enfin l'origine de ma douleur.... Je dois encore prendre mon mal en patience, pendant un mois, mettre l'attelle le matin en me levant jusqu'au soir au coucher (follement glamour !), me déplacer avec mes deux béquilles partour (donc, au cabinet et chez moi !!), me reposer, ne pas m'appuyer dessus, et surtout demain, je rencontre un orthopédiste qui décidera si on plâtre ou pas... Génial ! Mais au moins, ça me permettrait de ne pas forcer dessus, car j'ai du mal à doser l'effort.

Mais bon, maintenant, je ne déprime plus en me demandant si je vais guérir ou pas, j'ai confiance, j'ai retrouvé toute mon énergie et mon punch habituel, et je suis bien décidée à continuer à mordre la vie à pleines dents, sans me laisser abattre par cela, même si ça dure un peu plus longtemps que prévu !

Ah oui, au boulot, une de mes boss est super choute (selon l'expression d'Hélène), elle est à mes petits soins et me rassure au sujet de la qualité de mon travail qui n'en pâtit pas.... Youpi ! Vivement que ça continue comme cela....

---------------------- 

EDIT : Je suis plâtrée ! Pour 15 jours, voilà la décision de l'orthopédiste hier soir ! Il m'a examiné et m'a fait un mal de chien... Cheville supra-sensible, à mettre au repos et je le revois dans 15 jours... Au moins, je suis suivie, mais que ça me crève tout ça. J'ai arrêté de prendre la médoc qui atténue la douleur car ça me rend groggy, super pour le boulot ;-). Bon, c'est pas tout ça, mais j'ai qq trucs à faire chez moi, mais c'est dur !!!

jeudi, 21 septembre 2006

La vie des blogs, annonce spéciale

Annonce de dernière minute

Enfin, si l'on peut dire...! Depuis dimanche (pour ma part) mais plus tôt pour celle qui a créé son blog de fille, sa page n'est plus accessible... Et pour cause, le site entier de son hébergeur a planté... Elle se trouve (et d'autres blogs également) sans support, sans ses notes, les commentaires, ses articles, et patati et patata...

Bref, l'horreur pour une bloggueuse assidue qu'elle est, et également pour ses fidèles lectrices dont je fais partie :-)

Deedee lui a laissé la possibilité de s'en exprimer hier sur son propre blog : je trouve ça super gentil de sa part et j'aime bien cet esprit de partage et d'entraide.

Hélène, je te souhaite plein de courage dans cette nouvelle aventure et de ne pas désespérer, c'est juste temporaire, le temps de retrouver une autre façon de blogguer, même si j'ai bien conscience que de ne pas blogguer qq temps est frustrant, et que tu risques de passer du temps pour en refaire un (si c'est la dernière solution).... Courage à toi !

--------------------

EDIT : Ca y est, mon blog de fille est à nouveau disponible en ligne, et Hélène a déjà ré-écrit.... YOUPI ! Courez vite vous délécter de sa plume, et de ses billets...

 

mercredi, 20 septembre 2006

De l'entorse !

Ca fait maintenant plus de trois semaines (encore un clin d'oeil involontaire à une chanson de Raul Paz .. !!) que je suis coincée par cette entorse, cette cheville qui m'est douloureuse et m'empêche de ... marcher, tout simplement. 
  
Et ça me rend triste, furieuse, je m'en veux et je sais que je dois prendre mon mal en patience... Ben oui, mal m'en a pris de marcher plus que de raison la semaine dernière au prétexte que ça allait mieux, que je la sentais tellement peu, voire pas/plus du tout....
 
Parce que le constat tout simple s'impose de lui-même : elle est moins souple que dimanche dernier, et donc, douloureuse et patati et patata...
 
Oui, je radote, je ressasse, je me plains, mais c'est pour la bonne cause. Elle commence à me pourrir le moral alors, avant que ça dégénère plus avant, je me réveille, m'active, me motive et m'encourage : "oui, bientôt, tu re-marcheras, et tu n'auras plus mal..."
 
Vivement que je trouve le bon kiné-ostéo qui me remettra tout ça en place...
 
J'ai hâte ! 
 
Et tout ça, c'était avant de voir la kiné ce midi... Car depuis, j'en pleure, et j'ai donc vu un nouveau médecin (près du boulot, celui-là !) en urgence...
 
Il a été surpris ! C'est le moins qu'on puisse dire ! J'arrive à marcher, bouger la cheville, mais elle est hyper sensible au toucher (limite, j'hurle ...), donc ça laisse un peu perplexe... Selon ses prescriptions, je ne retourne pas voir la kiné, avant d'avoir passé une IRM et après, je revois ce gentil médecin...
 
Je vous dis pas à quel point je suis intéressante, et combien j'ai une vie passionnante !!! 
 

mardi, 19 septembre 2006

La dernière trouvaille

Ca se passe un soir chez moi.

Je discute de tout et de rien avec une amie. En fait, c'est plutôt de tout que de rien !

Et on est là, à blablater sur le pourquoi du comment de l'humain, du pourquoi l'Homme se comporte comme cela, pourquoi les femmes sont-elles si enclines à pardonner, à s'autoflageler, à se ridiculiser, à se mettre en retrait, bref, à se dénigrer tout simplement...

Société machiste ? Je ne sais pas, je n'en suis pas certaine (regardez le nombre d'hommes qui ont peur de nous aborder...).

Non, je crois que c'est la faute à notre sacrée morale judéochrétine...

Ca y est, le mot est lancé, lâché, ma langue a fourché, j'en reviens pas, quelques secondes de silence, et là, on éclate de rire !?!!

Ben oui, parce que je voulais dire "judéo-chrétienne", forcément...

Mais si on y réfléchit bien au final, je ne suis peut-être pas très loin de la "vérité" ? Parce que cette morale nous empêche/rai de vivre, de nous sentir à l'aise avec nous-mêmes, avoir moins de scrupules, se sentir tellement moins coupables, être plus sûres de nous-mêmes, être mieux avec nous-mêmes, ce serait bien, et du coup on se sentirait plus légères dans la vie chaque jour...

Attention, je ne dis pas ne pas respecter les gens autour de nous, mais moins s'en faire. Peut-être que je généralise, mais en tout cas, c'est ce qui m'arrivait encore il y a peu de temps...

Me sentir coupable alors que j'ai remis ma collègue à sa place d'une façon normale... Mais je me sentais pas forcément très à l'aise avec moi-même, alors que je me suis tout simplement respectée, et finalement, ça s'est très bien passé par la suite !

Donc, maintenant, je ne tends plus l'autre joue, et je me fais du bien avant tout et la morale judéomachin elle juste judéo .... chrétine,

Et toc :-) !!!!!!!! 

Voilà qui est dit, et ça fait un bien fou !!!

Il fallait le trouver quand même, non ? 

lundi, 18 septembre 2006

Obsession

Depuis quelques jours, j'écoute en boucle, mes oreilles sont attachées, accrochées à la voix de RAUL PAZ, et particulièrement son dernier album, EN CASA... 

Une  petite merveille ... d'envoûtement, une musique digne de l'été, de la fin de l'été, lorsqu'on se pose sur une terrasse d'un café et qu'on sirotte un truc avec des gens qu'on aime, alors que la lumière du soleil descend doucement, tranquillement, lentement...

C'est également la musique que j'écouterai bien avec mes amis, mon amoureux, dans une vieille maison dans le Sud de la France, avec un jardin, du rosé et des glaçons quand c'est l'été, ou encore pour mettre une ambiance joyeuse, festive, mais tranquille... et chez moi

Whaouh, ça me transporte ce disque, cette musique... Et quand je pense qu'il est de passage à Paris le mois prochain, mais que les places sont déjà toutes prises.... Snif

Vite, vite l'écouter, énivrer vos sens, votre âme de sa musique, de sa voix chaude, suave, de son timbre mélodieux...

Ca me transporte littéralement. En plus, Elle a fait un article de cet article dans son numéro daté du 4 septembre, numéro que j'ai acheté par hasard ! Sacré clin d'oeil !

Courez vous délecter de cet artiste...

 

 

09:25 Publié dans Danse, Musique | Lien permanent | Commentaires (6)

dimanche, 17 septembre 2006

Job, la suite...

Y a des bonnes nouvelles qui circulent en ce moment sur ma planète ... job :-)

Eh oui, ma mission d'interim est prolongée pour un mois. Je suis contente, ils sont contents de mon boulot, et sont gentils, je crois ...

En fait, ils se rendent bien compte que mon entorse ne me permet pas d'être aussi efficace que je le souhaiterais, et donc que le classement n'avance pas, mais le reste si...

Youpi !

Et puis, on a remis les choses à plat avec l'autre assistante pas gentille avec moi, donc là ça va aussi,

Ouf !

Donc, ce ne sont que des bonnes nouvelles...

La prochaine bonne nouvelle, ce serait que mon pied/ma cheville arrête de me faire aussi mal... Y en a marre d'avoir les larmes aux yeux vendredi et mardi soir dans le bus....

jeudi, 14 septembre 2006

Du théâtre !

A moi la vie d'actrice, scènes me voilà, ouvrez grand vos espaces de vie, j'arrive...

Ca y est, c'est fait, je suis inscrite pour commencer mes cours de théâtre, et c'est peu dire combien je suis ravie... 3h par semaine, à travailler la diction, la respiration, les textes classiques et modernes, des dialogues de cinéma, partager d'autres spectacles avec les membres de ce cours, rencontrer d'autres comédiens... Voilà rapidement ce que je vais commencer le mois prochain...

J'ai HATE, c'est inimaginable de savoir dans quel état ça me projette, me jette... bref, j'éclate de sourires à cette pensée, à cette idée, bref, je VIS, revis littéralement...

Que j'ai hâte de choisir mon monologue/poème/1er texte que je vais devoir présenter le 1er jour du cours... J'ai pas encore arrêter le texte... J'hésite entre un passage de Cyrano, un poème de Victor Hugo, un passage du livre d'Alain, Propos sur le bonheur ou une scène de Racine dans Bérénice... Mais il va falloir que j'apprenne ce texte par coeur, et c'est génial...

 

PS : un grand merci à Elise pour ses conseils

mercredi, 13 septembre 2006

Le 2ème soir

"Un homme se déplace à mobilette un soir. Il traverse Paris pour aller dîner chez une femme qu'il connaît depuis un mois. Une femme qui vit dans un appartement qu'elle chérit parce qu'elle s'y sent bien, parce que c'est chez elle, tout simplement.

Elle n'attend rien de cet homme sauf sa présence qu'elle affectionne, finalement. Elle ne sait jamais comment sa soirée va se dérouler lorsque cet homme est là : tout est mobile, changeant, amusant, léger, et elle aime cette part de vie qu'il lui fait entrevoir et partager.

Si, sur le moment, elle reste presqu'incrédule, lorsqu'il la quitte, elle ressent déjà son absence. Elle voudrait lui dire qu'elle a passé une soirée délicieuse, qu'elle aimerait que ça recommence bientôt, mais elle ne sait comment faire... autant de douceur, de gentillesse, de simplicité et d'attention ! Un bonheur..."


mardi, 12 septembre 2006

Une pensée

Tellements proches, presque trop intimes,
Nous évoluons sur la piste de danse,
La danse de la Vie, les rimes
De nos vies, différentes.

Notre réalité, commune parfois
La transmission d'une pensée
A toi & moi.
En cette fin de l'été.

Nous partageons beaucoup, énormément.... notre amitié
La question paradoxale de mon existence,
Pour mon plus grand plaisir... partagé ;-) !!!
Je patiente en silence.

Mais Dieu que tu me manques
Lorsque tu es loin de moi
Je ne supporte pas tes absences
Ce vide que tu laisses, parfois en moi !

dimanche, 10 septembre 2006

La vie des blogs

Depuis que j'ai commencé à écrire ici puis à parcourir la blogosphère, selon le terme adéquat, je découvre et découvre de jolies petites histoires qui m'émeuvent, me font rire bref, qui rendent la vie plus légère. 

Et ça fait du bien, grandement.

Il y en a que je lis régulièrement, et d'autres moins :-) Parmi ceux que je lis régulièrement, il y avait celui d'Elise, une parisienne, trentennaire, toute douce dont j'aimais beaucoup la plume. Elle était drôle, épique, piquante, râleuse parfois, mais toujours égale à elle-même et plein de bons conseils.

Je parle d'elle au passé parce que son blog s'est arrêté à la rentrée, et donc, je l'ai enlevé de mes "liens favoris". Et j'en parle aujourd'hui parce que ne plus la lire me manque. Ok, je ne la connaissais même pas dans la vie réelle, je ne lui ai jamais parlé au téléphone. Non, j'ai juste réagi à plusieurs de ses posts, et elle a également réagi au miens et à mes comments.

Et depuis le 1er septembre, elle ne post plus, elle a arrêté son blog, de blogguer, quoi. Et moi, ça me rend triste parce que je commençais à bien l'aimer Elise.

Et il n'y a pas qu'elle: y a aussi le nouveau papa. Lui, je l'ai découvert par hasard aussi. Futur papa avait pendant 9 mois écrit sur la grossesse de sa femme. Il a eu tant de succès qu'il va être édité (sortie de son livre en 2007). Je trouve fantastique, non ? Alors, il avait continué sous la forme de nouveau papa, mais là, il a aussi arrêté, parce que visiblement, tout ce qu'il écrivait était critiqué, et que ce n'était peut-être pas ce qu'il voulait... L'éducation des enfants restera un domaine où les passions se déchaînent, faut-il croire ?!

Mais voilà qu'en moins de 15 jours, deux blogs disparaissent. Et ça me rend triste : c'est comme si un écrivain disparaissait. Alors je m'interroge : n'auraient-ils pas besoin d'encouragements ? Oui, ça ne coûte rien de dire ce qu'on ressent à la lecture d'un article qui nous plaît ?! Ce serait tellement dommage de se priver du plaisir de leur donner des encouragements sincères et donc de leur donner du plaisir lorsqu'ils liront ces mots là.... 

Et y a aussi celui de Dyane à NYC qui n'écrit plus depuis une semaine, j'espère qu'elle va continuer car elle m'est chouette et chère !

Il y a également celui d'une fille rigolotte qui prend la vie de façon rock&roll, et je peux vous dire que ça déménage ! Elle est drôle et nature, un genre qui me plaît bien !!! 

N'arrêtez pas d'écrire, s'il vous plaît, chers petits blogs que j'aime ;-)