Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 05 octobre 2006

Etat présent de mon esprit

Non, non, je ne me mettrai pas en scène ce soir. Il est déjà bien trop tard pour réfléchir à mettre ou pas toutes les nombreuses notes que j'ai sous la coude...

Je vais juste emprunter les mots de Verlaine, dont le seul poème que vous lirez ci-après reflète mon âme du moment, de l'instant... Et c'est aussi un de ses rares poèmes que j'aime...

 

Il pleure dans mon coeur
Comme il pleut sur la ville ;
Quelle est cette langueur
Qui pénètre mon coeur ?

Ô bruit doux de la pluie
Par terre et sur les toits !
Pour un coeur qui s'ennuie,
Ô le chant de la pluie !

Il pleure sans raison
Dans ce coeur qui s'écoeure.
Quoi ! nulle trahison ?...
Ce deuil est sans raison.

C'est bien la pire peine
De ne savoir pourquoi
Sans amour et sans haine
Mon coeur a tant de peine !

 

Je dédis ces vers à mamy, et je pleure en te dédiant ce poème...

Et comme a dit Goldman, "tu manques, si tu savais...profondément, tout doucement.."

Et pour moi, c'est tellement, tous les jours, constamment, éperdument, irrationnellement, infiniment, et tant de choses encore que tu sais, maintenant....

Les commentaires sont fermés.