Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 03 mars 2007

Le regard

On se sent d'abord exister dans le regard de ses parents, celui-là même qui nous couve dès notre naissance, nous rassure, nous ouvre les portes du monde, de la vie.

Et Ô combien est-il important...

Et puis, parfois, la vie dérape et ce regard n'existe pas, est absent, est oublié, et n'est pas forcément remplacé, bref, il est ignoré.

Chez l'enfant, le jeune enfant, cela constitue une véritable souffrance, une façon de ne pas exister, de ne pas avoir de véritable existence au sein de sa famille ; il fera tout pour exister aux yeux de ses parents (et pas forcément de la meilleure des façons).

Il se sent alors tellement autre, étranger, étrange dans le regard des autres, étrangers dans cette ville, mais inanimé de vengeance et surtout interrogatif !

 

[Et je cherche son regard, et je cherche ton regard.

Mais je ne me perds plus de ne pas le sentir posé sur moi, je ne me sens plus coupable ou responsable d'avoir cette impression de ne pas exister sans ce regard, ton regard ...

Car, j'existe à ma façon, à travers mon prisme, mes envies, mes désirs, et si regard il y a, je n'en suis plus esclave.

Mais le regard que tu poses sur moi, ce regard qui me fait fondre, ce sourire qui l'accompagne, je l'aime fort ;-)

Instants de complicités]

Les commentaires sont fermés.