Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 09 janvier 2008

Âpre

 

Sur la langue, le chocolat noir, très amer,
Le vin rouge, un bourgogne que je bois de travers

Ce même vin dont je m'ennivre les sens
Lorsque je suis sur la terressence

La magie de cet effleurement de mains
Le chassé-croisé de ce matin

Âpre est la vie, maintenant tout de suite
Vite, que l'on m'emporte, vite

Comprendre que c'est furtif,
Malgré ma vivacité de vivre

Je reste sur mes gardes
Pourquoi la victoire est-elle en armes ?

Vite, vite, vivre
Vite, vite, écrire

Les commentaires sont fermés.