Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 29 juillet 2008

Soigner les détails


Découvrez U2!

 

J'ai pleins, pleins de choses à vous raconter : voilà ça s'appelle la boulimie !

Je suis une boulimique, de la vie, de ma vie, de mes ami(e)s, de leurs regards, du regard des autres sur moi, ce qu'ils pensent de moi (pas bons, d'ailleurs, d'attendre l'acquiessement des autres qui passe par leurs regards, leurs paroles...), boulimique de projets, de lectures, d'apprentissages divers et variés, de musiques éperdument, une boulimique qui bouleverse tout sur son passage lorsqu'elle entreprend/décide qqch... en ce moment, la recherche d'appartements...

Mais la boulimique fatigue en ce moment, eh oui ! Ma résistance s'épuise, il faut que j'aille dormir au lieu d'écrire ici ou ailleurs, découvrir de nouvelles musiques, lire à n'en plus finir tous ces livres qui m'appellent, m'interpellent, ceux qu'on me prêtent en plus des miens et de ceux que j'emprunte en bibliothèque... Ô secours !

Boulimique de ma vie que je mords à pleines dents, à trop pleines dents, passionnée que je suis, enthousiamée que je suis aussi, tout cela caractérise le désir de partager qqch avec les autres, avec vous et d'autres : oui, c'est cela, sauf que parfois/souvent (ça dépend de ma fatigue ou autre), je me mets à bafouiller, à bégayer, c'est pas très drôle pour moi, mais je sais d'où cela vient..

Y a aussi ma boulimie interne/intérieure, celle qui fait que je mange à en perdre le contrôle pour remplacer le vide affectif (l'autre, le monstre, et futur amoureux qui tarde à venir... et s'il était tout simplement sous mes yeux ??!!) ou pour contenir des émotions difficilement gérables/négociables/avouables ou que sais-je ? Je sais juste que pour cette boulimie, c'est dur, dur à vivre, ça traîne/dure depuis l'adolescence environ, mes 15 ans, ai-je envie de dire...

Lorsque je suis dans toutes ces phases, lorsque toute ma vie se met à tourner ou trop vite ou pas assez (ce qui est rarement le cas, malgré tout..), ma boulimie enfle, enfle telle la grenouille dans la fable de La Fontaine, bien connue de vous... et il m'arrive d'en perdre le contrôle... Comme cela a été le cas ces trois dernières semaines - l'épisode avec l'Autre, le Monstre, et le boulot n'aidant évidemment pas à se sentir sereine et bien dans sa peau ;-)

Pour y parer et me sentir mieux et recoller enfin avec moi-même, mon intérieur, il faudrait que je dorme bien plus que je ne le fais dernièrement, et surtout, que je prenne le temps, que j'accepte de prendre le temps, que j'accepte que le temps a sa propre mesure, que je prenne encore plus soin de moi... 

Et cela passe, entre autre, soigner les détails : tout un programme festif, croyez-moi ! J'en fais une ligne directrice qui me guide dès le matin, dans le choix de ma tenue (soigner le détail), et ensuite dans ma journée, soigner mon élocution, ma voix (qu'elle soit posée !), ma faim, mes lectures, ma musique...

Pas facile, mais je pense que c'est par là que je vais remonter doucement la pente et rester zen... enfin, j'espère... 

PS : j'adore cette chanson de U2... Elle me met vraiment en joie.... et vous, ça va ? 

Commentaires

Parfois il faut se tourner vers soi. Regarder comment on se comporte, comment on traite chaque chose même les choses les plus anodines et quotidiennes. Parfois on a besoin de s'attarder sur ces détails pour reprendre le contrôle de soi, poser des bases pour mieux avancer. ça doit être ce que tu es en train de faire.

Moi quand c'est chamboulé dans ma vie, généralement je me mets à ranger tout le bordel de ma maison, celui aussi de ma voiture et aussi mon bureau. puis je m'occupe de mon corps. Je suis enfin prête à donner un bon coup de turbo ensuite pour avancer. Et ça cartonne!

Quant à la boulimie, je sais de quoi tu parles. Je pense qu'on est à peu près tous boulimiques des choses de la vie. y'a qu'à voir comment on parle tous des journées pas assez longues pour tout faire, de la vie pas assez longue pour tout faire... Et il faut pourtant gérer tout ça, ne pas trop tirer sur la corde pour être bien dans sa peau.

Écrit par : nie | mercredi, 30 juillet 2008

L'ennui est un des symptômes de la boulimie.
A-t-on peur de s'ennuyer, de manquer les bons moments? Je le pense (en tout cas pour moi).
Le bonheur (cet idéal à atteindre) passerait-il par cette quête permanente ou par le but, l'accomplissement, le fait d'être rassasié.
Nous nous ne sommes pas tous construits de la même façon.

Écrit par : NJ | mercredi, 30 juillet 2008

Moi, c'est quand je m'ennuie que j'ai faim et pas quand j'ai faim que je m'ennuie ??? Et j'aimerais que l'on arrête de parler de boulimike svp !

Écrit par : G.Mike | mercredi, 30 juillet 2008

-> Nie, merci de ce que tu as écrit : j'adore, ça fait du bien et c'est tellement juste... Merci à toi. Ta façon de voir les choses est toujours autant intéressante, voire "décalée" par rapport à la mienne et j'aime beaucou beaucoup, car elle me parle et me fais avancer. Merci encore à toi.

-> NJ, la question de l'ennui que tu apportes est intéressante. Effectivement, la boulimie de la vie peut cacher la peur de s'ennuyer, d'où un achat d'un livre "l'art de ne rien faire" que tu connais certainement, non ? Quant au fait d'être rassasié pour être heureux, je partage ce que tu exprimes ; et, en cela, je pense que tu es proche de la vérité, mais ça devient flippant, non ?? En même temps, le nouveau né est celui qui a assez mangé, donc rassasié..

-> G.Mike, ah non, le sujet étant lancé, on ne s'arrête pas là !! Par contre, très très bien ton association de mots dans un sens puis dans un autre... Très bien vu/bu/mangé ;-)

-> A tous, merci de vos réflexions et remarques pertinentes qui me font penser à pleins d'autres choses à creuser aussi..

Bises

Écrit par : Laurenn | mercredi, 30 juillet 2008

Ah oui l'art de ne rien faire, il faut être un artiste pour rester immobile au milieu de toute cette agitation.
Certains sont très doués pour cela.
Mais plus sérieusement c'est surtout une reconquête de soi-même, c'est Laroze qui le dit.

Écrit par : nj | jeudi, 31 juillet 2008

Les commentaires sont fermés.