Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 23 octobre 2008

Décalée

Voilà, le mot est lancé, je me sens - à nouveau - décalée, en décalage et tout ce qui traîne autour de ce mot...

Le décalage a toujours été présent chez moi (en moi ?) ?! Peut-être. La chose dont je reste/suis persuadée est que le décalage vient toujours d'une forme de jalousie que j'attire, allez savoir pourquoi ?! Allez, j'vous l'donne en plein d'l'mille : je trop forte, évidemment, que croyez-vous !!! Non, mais, vous n'y avez quand même pas cru, dites ! Allez, on recommence, on repart de la case départ (cf jeu de l'oie) et je vous ré-explique ?

3, 2, 1, partez !

En ce moment, j'ai l'impression de tourner en rond tell un lion en cage et pas vraiment. Le boulot me donne du fil à retordre, des fois, ça va, des fois, pas. Là, j'en ai un peu beaucoup ma claque, mais faut que je vous explique : je dois demander à mon boss que le statut que j'ai actuellement ne me correspond pas et ça faut que je le fasse VITE et en DOUCEUR... et en ce moment, j'en ai beaucoup de douceur, mais là, l'hypocrisie de mon entourage professionnel me porte sur le système... et dixit un charmant monsieur, si je prenais cela tellement moins à coeur, cela ne me porterait pas tant sur le coeur... Donc, demain, je me mets au défi de le faire... Et puis, le reste, m'en fous : les gens ne changeront jamais de comportement, ni d'idées et s'ils blablatent sur mon dos, ben, tant pis pour eux et tant mieux pour moi, ma vie est géniale en ce moment, et toc !!!

L'autre truc qui me fait être en complet décalage est ma fatigue absolument ENORME ! Oui, et là, j'ai enfin compris tout à l'heure en y réfléchissant... C'est tous les ans la même chose, à chaque changement de saison, j'y ai droit, et voilà pourquoi j'aime pas ces demi-saisons (automne et printemps) car je suis à chaque fois sur les rotules, le corps ne sait pas comment s'habiller, se nourrir, je grossis car fatiguée (et stressée aussi, finalement), je mange bien plus que d'ordinaire... Une cata... Bon, le charmant monsieur visiblement ne s'en offusque point, ouf !!!

Mais cette immense fatigue me donne de réels vertiges, le genre de trucs complètement dingue, et me fait vraiment prendre conscience que je dois prendre soin de moi et de mon corps, ainsi que de mon alimentation... D'où un essai vers plus de fruits et de légumes : pour les fruits, ça va, pour les légumes, c'est plus difficiles, mais bon, en en ayant bien conscience, ça devrait marcher...

Et puis cette fatigue qui persiste (plus de trois semaines quand même) m'epêche d'aller aux cours de hip-hop et de yoga, heureusement que j'arrive à peu près à faire l'aller-retour à pieds au boulot et le roller du dimanche matin... Sauf que, tellement crevée, je n'arrive plus à faire mes longues marches en sortant du boulot - sauf ce soir, ouf !

Enfin, décalage car ma vie a changé et qu'elle a changé en mieux, plus gai et plus joyeux : entre les naissances qui m'entourent en ce moment et après les mariages de l'an dernier, il semblerait  qu'un vent de douceur et de bonheur souffle sur mon chemin de vie, plein d'attention et tout plein d'autres choses qui font que je vois la vie encore plus en rose que d'habitude, que je me pose 50.000 questions en moins qu'avant, que je deviens de plus en plus sereine et exigeante et que voilà...

Promis, je ne vous oublie pas, je vous lis toujours d'ailleurs...

mercredi, 15 octobre 2008

Phil - 15 oct 08

 

Aujourd'hui, il fallait écrire, vite, vite un papier, une feuille, un crayon ? Non, rien de tout ça, juste un écran, un clavier et de la solitude un peu pour se concentrer, voire de la musique classique, telle celle que j'entends sur FIP, mais comme la programmation est indisponible du fait de leur grève, je me contente de deviner... Beethoven ?

Aujourd'hui, j'ai beaucoup pensé à Philippe. Et pour cause : il aurait eu 28 ans. Et je pense aussi à sa famille à laquelle, je n'ai pas donné beaucoup de nouvelles dernièrement parce qu'entre autre, je n'avais pas de réponse à mes courriers et avais peur, de fait, de les déranger plus qu'autre chose. Je pense aussi qu'ils sont dans l'incapacité de réagir, de communiquer et tutti quanti, c'est encore trop brutal.

Ce qui est vrai pour eux, l'est aussi pour moi. En éloignant Philippe de moi, en lui permettant de partir, de s'échapper, d'advenir dans son au-delà, c'est comme si je lui avais permis d'aller plus loin, plus haut, plus en avant dans sa progression personnelle dans sa vie future...

C'est étrange comme sensation, cette sensation d'éternel qui l'entoure, cette sensation d'irréel lorsque je pense à lui, à sa disparition, à sa mort voilà. J'ai toujours l'impression que ce n'est pas vrai, que c'est comme un mauvais rêve, un cauchemard, une irréalité.

Mais non, c'est la vie, c'est ma vie et surtout ça a été sa vie aussi.

Je ne suis pas triste, je suis juste très très émue, plus que jamais peut-être aussi...

J'ai l'impression que qqn m'accompagne de près, mais je ne suis pas certaine que ce soit lui. J'ai toujours ressenti la présence de mamy à chaque fois que je la sollicitais.

Pour Philippe c'est très différent : il apparaît toujours par suprise, au détour d'une allée, face à la mer à La Rochelle et à d'autres moments de ma vie où je ne l'attends pas.

Lorsqu'il débarque de cette façon, je sais que pendant le temps où il sera présent, je serai complètement absente pour les autres, et ça, il le sait aussi. C'est pour cela qu'il ne vient pas souvent aussi, peut-être.

A La Rochelle, c'était très bizarre : j'étais accoudée à la ballustrade de l'hôtel, les yeux rivés, captivés par l'océan scintillant, ce soleil qui me réchauffait le corps, et là, je l'ai ressenti. Il voulait juste partager ce moment avec moi et me dire qqch que je ne suis sûre d'avoir entendu/compris ; ou peut-être a t'il exprimé qqch que je n'ai pas été en mesure d'entendre ... même si je pense savoir/me remémorer ses paroles.

Alors, voilà Philippe, là c'est vraiment fini, cette date a été longtemps la tienne et sera celle de qqn d'autre, mais rien ne sera plus comme avant depuis que tu n'es plus.

Et juste pour cela, parce que tu resteras toujours dans mon coeur, je t'écris pour te dire que je ne t'oublie pas.

Mais ça, tu le sais aussi.

lundi, 13 octobre 2008

Lundi matin, c'est Mont Blanc :-)

Nie a raison, je ne m'occupe pas beaucoup de mon blog en ce moment. Et pourtant, y a pleins de trucs, d'idées de notes que j'ai en tête, mais je n'arrive plus à me poser devant le pc le soir en rentrant du boulot... Et pour cause, du boulot, j'en ai plein, limite par dessus la tête...

Autant vous dire que je n'ai même pas envie de le voir ce pc portable... J'ai déjà parfois à peine la force de rentrer à pieds, ou en tout cas de prolonger la journée par une longue et belle marche dans Paris, c'est dire ! En même temps, les jours raccourcissent, donc, ça n'aide pas surtout lorsque je quitte le boulot vers 19h30 (j'ai l'impression de faire nocturne, et même si ce que j'ai à faire en ce moment me plaît, ça me crève). Donc, je passe du matin au soir à dire "j'suis crevée"... Elle est sympa Laurenn en ce moment...

Nie m'a tagguée, mais là, c'est limite un peu fatigant, ma Nie de répondre... T'as vu l'heure à laquelle j'écris ? Je devrais être sous ma douche au lieu de pianoter sur les touches de mon pc... PC que je retrouve dans mon nouveau bureau tout à l'heure... De la folie, j'vous dit pas !

Alors, les dernières nouvelles sont : trois we consécutifs hors de Paris sauf ce dernier... Ouf, ça permet de se poser un peu... Et encore ;-) Des activités perso à n'en plus finir : cours d'allemand, cours de hip-hop, cours de yoga... et les we ;-) sportifs dans tous les sens du terme, du roller dès que je reste à Paris : ouf ça me manque vraiment lorsque je ne peux pas en faire, résultat, j'ai recommencé à courir : et courir à Montmartre, ben, c'est du sport, croyez-moi !

Mais je m'éclate en ce moment, ça oui ! En plus, je retrouve des gens pas vus, entendus ou lus depuis qq temps, et ça me plaît bien ! Mais j'ai un vrai retard dans le temps en général.

Donc, je m'arrête là, mais n'oublie pas ton taggage, Nie, promis.

Je vous souhaite une belle journée ensoleillée...