Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 16 novembre 2008

Irritation hypocrite

Je suis irritée et déçue.

Irritée, de voir combien l'hypocrisie est partout. Je la trouve même chez des gens proches (?), c'est dire.

Je la cotoie chaque jour au boulot et je m'y plie maintenant, ayant compris que si je ne fais pas un minimum d'effort de ce côté là, je n'obtiendrais pas ce que je veux et comme je me suis fixée un objectif, ben tant qu'à faire, autant y arriver ;-) Et puis, surtout, cela me permet de mettre finalement (je suis moi-même la 1ère surprise !!) de la distance avec les autres, d'être plus sereine et de continuer de ne pas tenir compte des opinions des gens !!!

L'hypocrisie, je l'ai croisée ce we. Je la savais déjà, mais j'en ai eu confirmation. Décider d'arrêter une activité sportive car on ne se retrouve pas dans le cours du prof et ensuite parce qu'on sent que les personnes qui participent à ce cours ne correspondent pas à nos valeurs ont été les raisons de cet arrêt. Je continue de les cotoyer de temps à autre lors de soirées improvisées pour lesquelles je vais de plus en plus à reculons, mais j'essaie de faire bonne figure et de m'intéresser à ces personnes - sauf que je n'y arrive pas toujours ! Heureusement que j'aime danser ;-)

Non, je la joue pas hypocrite, je vous vois venir, j'essaie de respecter mes valeurs en effectuant un acte social !!

Mais de l'avoir recroisée, cette "saine" hypocrisie me laisse encore sans voix.

Je suis irritée car dans cette hypocrisie sociale, je sens le rejet, mon rejet, le rejet de ma différence.

J'ai toujours affirmé ma différence dans mes propos, mes choix, mes actes, mes paroles, et je ne les renie pas. Ce que je n'accepte pas, c'est l'hypocrisie des personnes de me voir aller mieux, de s'en réjouir (? faire mine de s'en réjouir) le temps d'une soirée, tout en m'ayant tourné le dos le temps où je n'allais pas bien car visiblement, elles ne savaient pas gérer (je peux comprendre), mais derrière se cache aussi la peur de cotoyer qqn de triste, qui passe par une sale période.

Voilà, c'est cela, c'est ça la raison : faire bonne figure en société et ne pas être amie avec une personne qui a des problèmes dans sa vie perso.

Et ça m'irite profondément.

Parce que cela va bien plus loin ! Y a t'il personne qui n'a pas été malheureux, malchanceux dans sa vie ne serait-ce qu'une fois ? Est-il tant facile de jeter la pierre à qqn, ne pas pouvoir lui tendre la main lorsqu'elle se trouve en difficulté ?

Est-ce si difficile de lui tendre la main une fois qu'elle va mieux et de renouer avec elle, même en taisant la période où la relation était plus légère ?

Je crois en la sincérité des relations, au fait de pouvoir librement échanger sur tout sujet, sans jugement, ni appréhension. Et je pense que les termes "jalousie" et "hypocrisie" ne fonctionnent pas avec l'amitié ou l'amour.

Et vous, que pensez-vous de tout cela ?

Commentaires

je te comprends tout à fait. D'ailleurs je pense t'avoir dit que parfois il vaut mieux tirer un trait sur certaines relations qui se dégradent trop. Avec le temps, on ne voit pas les choses toujours de la même façon...
Mais avant cela, il est peut-être possible de jouer carte sur table et de dire le fond de sa pensée. ça peut porter ses fruits.
je te bisouille ! (désolée pas eu le temps de t'écrire, j'ai quelques galères à gèrer)

Écrit par : nie | lundi, 17 novembre 2008

-> Ma Nie, je te remercie de tes mots. J'ai trouvé les miens très maladroits car j'ai écrit cela sous le coup du ressenti de cette hypocrisie. Et ça m'a agacé vraiment.

Je suis heureuse de partager ta vision des choses, pas sur
la question de l'assurance, mais sur le partage de la pensée.

Je te bisouille en retour aussi.

PS : prends le temps de m'écrire, y a pas d'urgence !!

Écrit par : Laurenn | lundi, 17 novembre 2008

Ah si c'était si simple! Je ne pense pas que les gens soient ou hypocrites ou vrais. Malheureusement nous pouvons être l'un comme l'autre suivant nos humeurs et parfois en dépit du bon sens. Un jour plein de compassion, réelle, celle qui nous fait bouger, aider les plus malheureux, d'autres surfant sur un égoïsme des plus "naturels".
Je ne crois pas au bien et au mal, nous sommes l'équivoque, le genre humain.
Nous pouvons aussi chercher à nous protéger, en fuyant le malheur des autres comme nous ravir de l'aide que l'on peut donner.

Écrit par : NJ | lundi, 17 novembre 2008

-> NJ, merci de ton comment' et de ta réflexion bien utile. Je partage ta fin lorsque tu exprimes "Nous pouvons aussi chercher à nous protéger, en fuyant le malheur des autres comme nous ravir de l'aide que l'on peut donner."

Cependant, je n'arrive pas à comprendre l'hypocrisie lorsqu'elle intervient dans des relations déjà établies depuis longtemps ; la communication est là pour pallier à tout ça !! Me semble t'il ;-)

@++

Écrit par : Laurenn | mardi, 18 novembre 2008

Communiquer, faudrait-il encore que l'on pense ce que l'on dit!
Ce n'est pas toujours le cas, on (pas "nous" car je ne m'inclus pas là dedans...) lâche des mots par habitude, indifféremment, pour bien paraître mais on agit tout autrement.
Je prends pour exemple un de mes chefs actuels, ancien intervenant à l'école lors de mes études, il s'évertuait à m'encenser à longueur de journée, j'étais la reine de ce monde, la meilleure de ma promo. Aujourd'hui, je suis une des premières à ne plus pouvoir "piger", à être priée de voir ailleurs, je suis devenue l'ennemie, celle qui provoque le conflits.
Nous vivons dans une monde d'hypocrisie.
Les "vrais" gens, (comme David Vincent/Roy Thinnes) je les ai rencontrés dans la rue ou plutôt dans les coins de rue, là où ils vivent dans la misère lors de mes reportages.

Écrit par : NJ | mardi, 18 novembre 2008

Souvent on se sent juste mal à l'aise parce que ca nous renvoie à nos propres soucis et nos faiblesses voilà pourquoi l'hypochrisie s'installe et puis nous sommes maintenant dasn la société du "politiquement correct" on ne dit jamais vraiment ce que l'on pense de peur dêtre rejeté car trop cassant....

Écrit par : jipes | jeudi, 18 décembre 2008

-> Jipes, oui, bien vu, cela nous renvoie à nos propres "faiblesses" ou choses que nous n'avons pas réglé avec nous-mêmes, jamais très évident...

Le politiquement correct, ah, ce que je peux le détester, mais en même temps, il en faut un minimum pour exister dans notre société...

@++

Écrit par : Laurenn | jeudi, 18 décembre 2008

Les commentaires sont fermés.