Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 30 novembre 2008

Va où ton coeur te porte - Susanna Tamaro

Je suis rentrée de Berlin ou plutôt, j'ai quitté mon hôtel berlinois avec une phrase qui a résonné longtemps dans ma tête : "je veux vivre"...

 

No comment ou plutôt si ! Le coeur a refusé que je me laisse porter davantage encore dans les limbes de la morosité, de la peur, de l'abnégation de soi, et que je reprenne le chemin de ma misère morale, non, le coeur a dit STOP et je l'ai écouté. C'est la 2nde fois cette année que je l'écoute et en dehors du fait que c'est impressionnant (de l'entendre !), il ne m'a pas fait défaut. Il est bon conseiller et je repense avec joie au livre de Susanna Tamaro, Va où ton coeur te porte...

Aujourd'hui, je suis plus sereine même si ça s'agite toujours beaucoup dans ma tête. J'ai peur, j'ai peur d'une éventualité, je suis quasi terrorisée, je suis encore sous le choc de ce traumatisme infantile ou presque, mais qui ne le serait pas à ma place ? La perspective de devoir être ré-opérée pour me retirer cet épanchement, me fait penser/envisager le pire. Ben oui, la dernière fois, cela ne s'est pas déroulé comme prévu...

Alors, la phrase de Berlin a encore plus de poids, de force en résonnant de la sorte dans ma tête...

Quand je pense que je savais/ressentais que 2008 n'était pas encore finie et qu'il y aurait pleins de surprises d'ici la fin de cette année, je ne me trompais pas ! En même temps, le fait d'avoir repris les rênes de ma vie complètement, me prouve que j'ai pris la bonne décision en m'attaquant à ce chantier, même s'il est loin d'être facile moralement, psychologiquement et émotionellement.

Je ne crois pas à la fatalité, je suis persuadée qu'il y a une solution dans chaque chose, chaque événement et que tout se résoud. Ce qui m'arrive n'est pas banal, certes, mais pas insurmontable, et je me fais la promesse de ne pas baisser les bras, de ne pas abandonner, m'abandonner, ne pas abandonner mon corps maintenant. Non, ce serait franchement injuste et ne pas le remercier d'avoir répondu présent pendant toutes ces années, malgré toute la fatigue et autres éléments que cet épanchement a pu causer intérieurement... Je suis persuadée que tout se résoudra bien. En tout cas, je veux y croire, malgré ma peur au fond de moi, de mes yeux...

Le plus dur est d'en faire abstraction la journée lorsque je suis au travail, et en même temps, cela n'est pas dur. En fait, je suis au moins concentrée sur un truc qui me plaît et dans lequel j'avance. Mais lorsque le soir, je me retrouve seule avec ma douleur physique et que je ne peux en parler à X, Y ou Z, ben, le we, je me retrouve en proie avec des émotions assez énormes et pas faciles à gérer. Si vous rajoutez à cela, un temps de neige, ma session roller du we est tombée à l'eau (c'est le moins qu'on puisse dire !), je tourne en rond ;-)

J'ai trouvé une occupation tout autant intéressante : vider et nettoyer à fond mon appart' : ben oui, je peux enfin profiter de la lumière naturelle pour voir cet appartement sous un autre angle et me dire "non mais, là, ça ne va pas du tout, zou, on s'y met"..

Et c'est que je vais faire maintenant après vous avoir écrit !

Bon dimanche avec le dernier album des Killers -> spéciale dédicace à NJ

samedi, 29 novembre 2008

C'est la faute à Douglas !

 

Mes journées sont longues mais passionnantes : de retour, complèment en phase avec moi-même j'assume de mieux en mieux mes responsabilités et mon job. En y mettant plus que du mien, mais surtout en bossant comme j'envisage mon job et je me retrouve alors  à être bien plus sereine, bien plus organisée et bien plus à l'aise avec pleins de choses qui en découlent : pour preuve mon boss m'épaule et me protège lorsque mon ex-boss essaie (encore !) de me destabiliser... Il n'est pas le seul, mais je m'en fous, j'ai d'autres chats à fouetter et surtout une vie à construire et à vivre.

Je me suis fixée des objectifs que je souhaite atteindre d'ici la fin de l'année, et je ferais tout pour y arriver et ce n'est pas des semaines à partir tard (pas loin de 20h, mais surtout, en dehors de la pause dèj, je ne fais pas de pause, pas l'habitude ...!!) qui m'empêcheront d'y arriver. C'est marrant comme en ce moment, je fais le parallèle de cette fin d'année avec l'année où je préparais mon Barreau et où j'avais 4 vies en une... Exténuant. Heureusement, là, j'en ai pas autant...!!

Ma vie perso n'est pas en reste, loin de là : ça a clashé avec Smart, amplement prévisible, ça a entraîné un clash avec l'Alpyne car ras-le-bol et à nouveau décision de fuir, m'enfuir très loin d'eux, de ce NML où Laurenn n'a pas sa place. Je ne vais pas rentrer dans les détails du clash, sans importance, mais le fond est le même : le déni de moi en son entier. Oui, cela ne vous parlera peut-être pas, mais c'est la vie que j'ai lorsque je cotoie les gens du NML ou que je m'y retrouve : en fait, je réalise que ce NML a une double signification !

Bref, le déni : depuis toujours dans et avec le NML, j'ai tort : quoique je fasse, quoique j'exprime... j'ai tort. Et le pire, c'est que j'ai même tort sur ce que j'affirme de moi : oui vous avez bien lu ! Le NML me connaît mieux que moi-même, un comble, non ?

Pourquoi je vous parle de cela ? Parce que, si la semaine prochaine j'atteinds l'âge du Christ (!!!), c'est surtout que cela va réveiller un anniversaire douloureux où j'ai failli laisser ma peau, et ce n'est pas une blague ! Le 4 décembre 1987, j'ai été opérée d'une soi-disante banale appendicite qui a dû être réopérée d'urgence 5 jours plus tard, car méga infection... Je suis rentrée à la maison le 23 décembre. Mon éventuelle carrière de gymnaste partait en fumée, à mon grand désespoir.. Mais surtout, environ 6 mois plus tard, j'ai commencé à avoir des douleurs, plus ou moins violentes du côté droit. J'en ai parlé, mais on ne m'a pas écoutée, pas crue, pas prise en considération...

Aujourd'hui à chaque période de stress ou autre, j'ai mal, et cette année avec le décès de Philippe, tout s'est détraqué, vraiment. Je passe sur les détails délicats, mais j'avais aussi décidé que cette année, je voulais savoir s'il y avait qqch ou pas de ce côté.

J'ai fait des premiers examens qui sont clairs, et pas dans le bon sens. Je complète par un scanner la semaine prochaine, une prise de sang, (faite ce matin, résultats en attente)  puis revoir le médecin avec les résultats (trois fois en trois semaines)... Les hypothèses formulées tombent les unes après les autres, il y a surtout un trou de 20 ans où on ne sait pas si cet épanchement trouvé existait ou est nouveau...

L'inquiétude de mon médecin était claire ("vous venez me voir demain matin de toute urgence..."), je l'ai rassurée, même si je n'en menais pas large.

Je suis persuadée que cela a toujours été présent, et que, comme certaine grossesse niée, où les femmes ne s'aperçoivent pas qu'elles sont enceintes, j'ai écouté ce NML qui m'affirmait que je ne pouvais avoir mal car on m'avait retiré l'objet de mes souffrances... résultats, je me suis niée moi-même aussi... Le comble !

Je pense que le fait de m'en occuper, fait ressortir la douleur qui a toujours été présente et sourde. Je peux vous dire que depuis près de 15 jours, j'ai bien mal... résultat, j'ai arrêté de masser cette zone sensible... J'ai toujours été intimement convaincue qu'il y avait qqch, ou en tout cas, que qqch n'allait pas...

Et si vous rajoutez à cela, une éventuelle allergie au gluten, vous comprendrez ma fatigue... Une affection qui traîne (manque de globules blancs avéré !), un max de boulot (et de stress)... un NML qui fait suer....

Heureusement qu'il y a un petit coeur qui se promène avec moi... et que je ne manque ni d'énergie, ni d'optimisme, ni de courage...

Allez, hauts les coeurs, on ne sait rien, alors, tant qu'on ne sait pas, on n'a pas le droit de s'inquiéter : on relève les manches, on avance, on se bat pour vivre et la recevoir cette distinction dans la vie pro...!!

Mais parfois, c'est dur de ne pas avoir peur et je n'en mène pas bien large... Alors MERCI de m'avoir lue...

vendredi, 28 novembre 2008

This is your life - The killers

Un extrait de leur nouvel album... Ca me fait penser à pleins d'autres auteurs ... mais surtout ça vous prépare à ma prochaine note (qui était prête mais avec laquelle, j'ai cafouillé !)


Découvrez The Killers!

Candy talks to strangers
Thinks her life's in danger
No one gives a damn about her hair
It's lonely down on track street
She used to go by Jackie
The cops, they'll steal your dreams and they'll kill your prayers
Take a number where the blood just barely dried

Wait for something better
No one behind you
Watching your shadows
This feeling won't go

Crooked wheels keep tuning
Children, are you learning
Climatize but don't you lose the plot
A history of blisters
Your brothers and your sisters
Somewhere in the pages we forgot

Take a number Jackie
Where the blood just barely dried
You know I'm on your side

Wait for something better
No one behind you
Watching your shadows
You gotta be stronger than the story
Don't let it blind you
Rivers of shadow
This feeling wont go

And the sky is full of dreams
But you don't know how to fly
I don't have a simple answer
But I know that I could answer
Something better

This feeling won't go

Wait for it (x4)

dimanche, 16 novembre 2008

Irritation hypocrite

Je suis irritée et déçue.

Irritée, de voir combien l'hypocrisie est partout. Je la trouve même chez des gens proches (?), c'est dire.

Je la cotoie chaque jour au boulot et je m'y plie maintenant, ayant compris que si je ne fais pas un minimum d'effort de ce côté là, je n'obtiendrais pas ce que je veux et comme je me suis fixée un objectif, ben tant qu'à faire, autant y arriver ;-) Et puis, surtout, cela me permet de mettre finalement (je suis moi-même la 1ère surprise !!) de la distance avec les autres, d'être plus sereine et de continuer de ne pas tenir compte des opinions des gens !!!

L'hypocrisie, je l'ai croisée ce we. Je la savais déjà, mais j'en ai eu confirmation. Décider d'arrêter une activité sportive car on ne se retrouve pas dans le cours du prof et ensuite parce qu'on sent que les personnes qui participent à ce cours ne correspondent pas à nos valeurs ont été les raisons de cet arrêt. Je continue de les cotoyer de temps à autre lors de soirées improvisées pour lesquelles je vais de plus en plus à reculons, mais j'essaie de faire bonne figure et de m'intéresser à ces personnes - sauf que je n'y arrive pas toujours ! Heureusement que j'aime danser ;-)

Non, je la joue pas hypocrite, je vous vois venir, j'essaie de respecter mes valeurs en effectuant un acte social !!

Mais de l'avoir recroisée, cette "saine" hypocrisie me laisse encore sans voix.

Je suis irritée car dans cette hypocrisie sociale, je sens le rejet, mon rejet, le rejet de ma différence.

J'ai toujours affirmé ma différence dans mes propos, mes choix, mes actes, mes paroles, et je ne les renie pas. Ce que je n'accepte pas, c'est l'hypocrisie des personnes de me voir aller mieux, de s'en réjouir (? faire mine de s'en réjouir) le temps d'une soirée, tout en m'ayant tourné le dos le temps où je n'allais pas bien car visiblement, elles ne savaient pas gérer (je peux comprendre), mais derrière se cache aussi la peur de cotoyer qqn de triste, qui passe par une sale période.

Voilà, c'est cela, c'est ça la raison : faire bonne figure en société et ne pas être amie avec une personne qui a des problèmes dans sa vie perso.

Et ça m'irite profondément.

Parce que cela va bien plus loin ! Y a t'il personne qui n'a pas été malheureux, malchanceux dans sa vie ne serait-ce qu'une fois ? Est-il tant facile de jeter la pierre à qqn, ne pas pouvoir lui tendre la main lorsqu'elle se trouve en difficulté ?

Est-ce si difficile de lui tendre la main une fois qu'elle va mieux et de renouer avec elle, même en taisant la période où la relation était plus légère ?

Je crois en la sincérité des relations, au fait de pouvoir librement échanger sur tout sujet, sans jugement, ni appréhension. Et je pense que les termes "jalousie" et "hypocrisie" ne fonctionnent pas avec l'amitié ou l'amour.

Et vous, que pensez-vous de tout cela ?

mercredi, 05 novembre 2008

Vie


podcast
La vie est faite de surprise, elle ne pourrait en être autrement. La vie me passionne, à moi de me l'approprier pour en goûter définitivement toutes ses saveurs...

La vie est un mystère, rien n'arrive vraiment par hasard : je crois que ce qui se produit à un instant T nous arrive parce que précédemment nous avons agi de la sorte pour...

Je dévore toutes les parcelles de la vie en ce moment malgré une fatigue toujours présente, un boulot vraiment intense, des prises de position à droite et à gauche, des tensions forcément, et j'essaie de prendre tout ce qui peut me réussir...

Pas facile, malgré tout.

Au milieu de toute cette agitation professionnelle, ma vie perso n'a pas été épargnée non plus.. Mais il s'agit de bonnes choses, et je dois dire que depuis mon retour de vacances, la roue tourne de façon plus positive pour moi, ouf, il était temps, il commençait à me sembler long ce temps...

Maintenant, même si je continue de me battre sur tous les fronts, je suis de nouveau bien moi, la Laurenn d'avant le décès de Philippe, et aussi avant ce HM qui m'a bien pourri la vie et la tête...

La dernière fois ici, je faisais état de la différence, ma différence que je ressens parfois... Je me sens en décallage, parfois moins parfois beaucoup. Je prends la vie très à coeur, ceci expliquant peut-être cela ? Il est certain que mon passé personnel joue complètement, je ne saurais le faire mentir.

Mais à l'aube bientôt de mes 33 ans, je voudrais arriver à être plus légère dans tout ce qui se passe dans ma vie, prendre les choses avec plus de légèreté, arrêter de penser au pire pour les gens que j'aime, arrêter de m'agacer sur des situations de la vie de tous les jours qui m'agacent prodigieusement, mais en même temps, être passive me ressemble tellement peu...

Une très bonne amie m'a dit le we dernier : tu as une force, un courage, une énergie absolument phénoménale... Elle était ébahie, je crois.

Je sais tout cela, je me rends compte que je suis capable de faire énormément de choses ... Mais le pendant de cette énergie c'est que je peux être particulièrement dévastatrice sur mon passage, entrainant les autres que j'aime avec moi (je suis un élément fédérateur, en tout cas j'aspire à l'être, et le met en oeuvre dans mon travail déjà) mais aussi les perturbant suffisamment pour qu'ils aient l'impression que je suis envahissante dans leur vie...

Et ça, malheureusement, c'est loin d'être l'effet recherché, c'est même l'effet complètement opposé qui se produit et alors, je me désespère...

Les gens mal avertis et mal intentionnés n'iront pas plus loin et me jugeront sur cela. Parce que mon énergie de vie est telle qu'elle leur fait également peur...

Ahlàlà, c'est pas simple ;-)

D'où la nécessité de se dépenser physiquement...

Ca y est, je crois que vous avez saisi le pourquoi de mes tourments (ah vous dirais-je maman..)...

[To be continued]

PS : une découverte de FIP en en-tête, un we prochain bruxellois pendant 4 jours en amoureux.. chut ;-)