Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 17 décembre 2008

Autant en emporte le vent ?


podcast

 

Je souhaitais commencer cette note avec le titre "et je suis un mappy ambulant" et après, ça a été "hypothèses" et maintenant, ce serait plutôt "relectures".

Alors, titre ou pas, il en faut un que je choisirais une fois que je vous aurais exposé les élans de mes pensées...

Elles s'apirent une à une, d'une belle énergie. J'ai encore subi ces 15 derniers jours des attaques du fou qui essaie de me re-destabiliser.... sur fond de licenciement économique... La personne qui a pris ma place alors que je prenais enfin mes fonctions pleinement et entièrement fait partie de ce plan... No comment. J'ai tenu bon, malgré la petite trouille bleue au fond de moi, et la sensation de replonger comme lors de ces 7 premiers de l'année tellement terrible.... Mais j'ai tenu bon, soutenue par qq personnes du boulot (peu nombreuses) et surtout pas mon mrxaoueu.

Tout cela au milieu des mes analyses diverses et variées pour lesquelles les hypothèses se raréfient et demain, c'est le dernier rdv médecin afin de savoir si ce ne pourrait être cela : je pense que je vais recommencer une petite batterie d'examens, mais je m'en fous un peu.

Après avoir passé près de 15 jours à me demander si je n'allais pas être réopérée avant la fin de l'année et donc, à avoir une certaine peur, il semblerait que ce ne soit finalement rien ou pas grand chose ! Je trouve cela presqu'assimilable à une bouffonerie... et j'ai encore du mal à comprendre que ce que j'ai une femme sur deux l'aurait ; alors oui, y a trois hypothèses : épanchement du cul de sac de Douglas ssi existence d'un apendice à opérer de toute urgence ou grossesse extra-utérine (GEU) ou alors un truc moins drôle (rdv demain !).

Et puis, dans le prolongement de ma note précédente, je suis qqpart en pleins dans la réalisation du décès de Philippe en même temps que je vis sur la planète bonheur depuis déjà qq mois... Le Mr xaoueu est un ange (?) envoyé du ciel : tant de douceur, de compréhension, d'écoute, de patience, d'attente, d'aide, de soutien... c'est vraiment fort.

Alors, voilà, 2008 n'est pas encore terminée, j'ai encore pleins de trucs à faire avant la fin de l'année. Je sais qu'elle me réserve encore des surprises pour ces moins de quinze jours restant !! Mais je veux que ces jours restant soient à l'image de ce que je suis et qui permettent d'effacer les coups bas vécus cette année...

Parce qu'au final, je suis vraiment fière d'avoir eu la force, le courage d'avancer, de me sortir toute seule comme une grande de tout ce qu'on m'a mis sur le dos (ami(e)s, ennemi(e)s, famille...), car je suis toujours là et je resterai celle que je suis...

lundi, 15 décembre 2008

Un an déjà


podcast

Aujourd'hui, ça fait exactement un an que j'ai vu Philippe pour la dernière fois. Sauf que l'an dernier, je ne le savais pas, ou alors, je ne voulais pas le savoir, je ne voulais pas m'en rendre compte, peut-être aussi... Et je me suis sentie vraiment bien triste aujourd'hui.

Alors, oui, cela peut vous paraître idiot, stupide de repenser à ce jour-là tellement merveilleux, mais c'est ainsi. Et là, je meurs d'envie de me plonger dans les bras protecteurs et rassurants de mon "mrxaoueu"...

*********

J'avais décidé de venir le voir une journée, de passer une journée entière avec lui à papoter, à me promener dans Bruxelles, à faire des choses simples, à l'aider à marcher si besoin... et loin de moi l'appréhension de le voir changer, presque défiguré par ses séances de chimio, même si je n'en menais pas large...

*********

C'est une période fragile, charnière en ce moment, je quitte le monde d'avant, et également cette année entre deux, pour aller là où mes pas me portent, me guident, et vers un inconnu vraiment plus beau et heureux, je crois. Je fais des choix qui me sont propres et pas forcément en accord avec ce NML, et heureusement d'ailleurs.

Je sens le dénouement proche. J'ai envie d'arrêter de me battre avec ce NML qui ne comprendra jamais rien à qui je suis etc...

*********

Donc, ma journée avec Philippe (arrêtons les digressions à n'en plus finir)... Il m'attendait en bas de l'escalator dans la Gare du Midi, et son jeune frère nous attendait dans la voiture. Il conduisait. Il nous a laissé à une station de M°, visiblement inquiet de voir Philippe seul, livré à lui-même et comme s'il était en danger... Il m'a lancé un regard tellement profond, tellement intense que j'ai réalisé sa peur de savoir Philippe malade, mais je ne savais pas qu'ils savaient que Philippe était condamné, c'est cela qui est terrible...

Et puis, nous avons pris le M°, je m'en rappelle comme si c'était hier... Nous avons été visités une expo : les bijoux royaux en Europe... sympa. Je poussais Phil dans son fauteuil roulant tandis qu'il avait mon sac à mains sur ses genoux, qu'il tenait fermement... Tout le monde nous croyait ensemble, et c'était vrai qqpart... Il ne voyait pas vraiment bien, satanée cellule cancéreuse qui lui bouffait son canal optique (ou qqch du genre)... Nous nous sommes promenés place des Sablons, une place que j'affectionne particulièrement à Brussels, nous avons déjeuné dans une petite brasserie, moi d'une waterzoi (j'adore ce plat, super calorique, mais m'en fous !) et lui un bouillon de légumes et de la viande)... C'est lors de ce repas qu'il m'a expliqué ce qu'il comptait faire pour son testament, que nous avons parlé de ses obsèques, je n'oublierai pas... j'avais la gorge nouée, j'essayais de retenir mes larmes devant une éventualité que je n'osais pas envisager...

Etait-ce sa façon de me dire que le pire allait arriver ?

Et puis, nous avons fait une grande ballade à pieds alors qu'il était déjà bien faible, mais pour rien au monde il n'aurait voulu m'empêcher de marcher, moi qui aime tant marcher... Ah cette ballade, au milieu d'une foule tellement importante, pressée d'effectuer ses achats de Noël, nous avons même fait une virée à la Fnac, oui ;-) !!

Je l'ai raccompagné chez sa tante et son oncle qui m'ont accueilli tellement gentiment, et j'ai repris mon train, la tête tellement ailleurs, tellement pleine de Philippe, de son cancer, l'envie de lui donner les globules blancs qui lui manquaient tant ... l'envie de le serrer encore dans mes bras pour l'encourager et le sentir vivant...

C'était la dernière fois, et je n'oublierai pas

PS en fond musical vous auriez du avoir sleep on it d'Angela Mc Cluskey, mais j'ai un méga pb avec Itunes qui ne fonctionne visiblement plus... ;-(