Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 12 août 2010

Transmettre

L’autre jour, je faisais le ménage et j’ai les larmes qui me sont montées aux yeux. Je vous explique. Non ce n’est pas le ménage qui me fait cet effet là, ce n’est pas non plus de me lamenter sur ma conditions de femme lorsque je le fais [parce qu’en plus, c’est un truc que j’aime faire, la sensation de se défouler (bref le sport que je n’ai pas pu faire, par exemple) et surtout, le fait d’avoir les félicitations après (ça se voit et en psychologie, c’est du bonus en live !)]

 

Bref, je commençais à renifler et j’ai pensé à la notion/valeur « transmettre », et plus particulièrement, ce que je vais transmettre à mes (futurs) enfants. Ma mère, finalement, m’a transmis des choses, pleins. Je sais car je l’ai vue faire et mine de rien, j’ai appris en regardant. Je m’en aperçois seulement maintenant et c’est un sentiment très très fort, que je peine à expliquer.

 

Mes parents ont plus de 60 ans, je les sens vieillir, ça me peine, même si je les sais en bonne santé. Je réalise que la vie est courte que les enfants à venir, j’aimerais qu’ils viennent bientôt (même si j’adore la vie que j’ai avec LUI, nous deux, c’est tellement chouette) car je voudrais que mes parents y mettent leur empreinte (comme mes grands-parents ont fait pour moi) et je voudrais qu’ils aient le temps de leurs transmettre des choses/valeurs qui leurs tiennent à cœur.

 

Cela me fait penser à la question chère à Anne Ancelin Schutzenberger qui a fondé la thérapie du transgénérationnel.

 

 

mercredi, 11 août 2010

Je parle trop

Des fois, je me dis que je parle de trop et que je n’écoute plus les autres. Je crois que cette lecture de moi est vraie, mais elle ne m’enchante guère. Bah oui, je pensais être moins mauvaise que cela..

 

Mais je sais aussi pourquoi. Petite, on (parents surtout) ne m’ont pas laissé m’exprimer comme je le souhaitais. Donc, j’ai fait des pieds et des mains pour me faire remarquer : vas-y que je rigole pas comme il faut, vas-y que je fasse des trucs nuls mais too much, la honte, maintenant, je me dis en y re-pensant...

 

Aujourd’hui, les choses ont quand même évolué, ouf, je suis devenue une adulte et c’est pas trop drôle tous les jours ... alors je refais l’enfant et ça ne va pas non plus car je ne cadre plus dans la réalité... Mais ça me dessert franchement..

 

Il faudrait que j’arrive à être adulte et parfois dans l’entre-deux : ni trop dans l’écoute (passive) ni trop dans la déblatération de mes idées sans fin...

 

J’en arrive à couper la parole aux gens (que j’aime) quand ils parlent et alors, je me déteste, c’est terrible..

 

En avoir conscience au moment où je m’apprête à ouvrir la bouche pour en placer une, où je veux continuer sur ma lancée alors que l’autre attend pour parler... Un joli défi et en même temps, une réalité pour faire mieux vivre la communication.

 

mardi, 10 août 2010

La rentrée...

En ce moment, le projet immédiat, c'est « comment va se passer la rentrée ? ». Oui, Je vous fais participer à ma réflexion. Comme je l'ai dit avant le projet arrive à sa fin, c'est à la fois une angoisse et aussi la joie et perspective (si je m'y prends bien) de pouvoir changer de voie, d'évoluer, bref de pouvoir presque mettre en œuvre ce que je clame à haute voix.

Donc, je glisse sur le web et glane les informations en terme de réflexions sur moi-même (développement personnel), sur les formations (master professionnel, formation courte, formation plus longue étalée sur 2/3 ans...), les champs sont vastes, faut pas se paumer !

Le choix est difficile. Je dois déjà savoir ce que je veux faire.

Je suis partagée entre l'idée de me lancer dans une nouvelle activité - genre création d'entreprise (mais je bloque sur l'objet, zut !) ou alors reprise d'entreprise (peut-être plus simple, mais obligation de se former => heures du DIF ??)..

Sinon, j'oscille entre bifurquer pour devenir responsable de programmes immobilier (beau challenge, me permettant d'évoluer dans la fonction immobilière, avoir une vue d'ensemble, et ne plus être en contact directement avec le manipulateur, mon ex-ex boss)..

Ou retourner à ma formation et devenir juriste en immobilier (pourquoi pas, mais alors suivre une formation me spécialisant, mais après, quel devenir ?? j'ai peur d'y rester scotcher sinon se tourner vers du notariat ?)..

Ou alors approfondir mon job dont j'estime avoir fait le tour mais l'approfondir en terme de communication et projet (sauf que des formations en projets, j'ai pas trouvé et en l'annonçant de vive voix, ça ne passait pas, et puis cela veut dire prendre les projets qui s'annoncent dans ma filiale, pas ou très peu de perspectives, toujours avoir le manipulateur dans ma zone).

Bref, vous l'aurez compris, ce n'est pas évident, et les tests que je fais toute seule ne me semblent pas suffisamment élaborés pour me permettre d'avoir une vision d'ensemble. Alors, je lis et me documente.

Mes rêves ou ce que j'adore : la musique à jouer (j'ai tant envie de reprendre mes cours de violon alto) et les langues, lire pendant des heures, mes cours de danse, voir mes ami(e)s, préparer des bons petits plats (je me suis essayée à la mousse au chocolat de Clea dans son livre « agar-agar », Mr aoueux a beaucoup aimé et moi aussi, alors que je n'aime pas ça d'habitude).

12:27 Publié dans At work | Lien permanent | Commentaires (2)

lundi, 09 août 2010

Energie

J’en retrouve au hasard de mes lectures, de mes pensées, de ce que je me donne comme objectifs.

Etrange de passer par ces monts de pensées, comme si j’errais, absente parfois de moi, heureuse de me remplir de moi à nouveau.

Energie et envie de s’y mettre pour faire avancer le « schmilblick », pouvoir vendredi 13 partir le cœur léger, la sensation d’avoir accompli sa mission professionnelle et de se sentir légère aussi légère qu’une feuille.

Maintenant s’y mettre, ne pas procrastiner, il sera trop tard vendredi pour se dire « si seulement, je m’y étais mise bien avant »... Je me connais par cœur, des tendances, parfois, à remettre les choses à faire, je ne veux pas que cela se produise, ne pas me mettre des bâtons dans les roues, de pas me faire tomber toute seule, c’était une de mes spécialités...

 

Allez, zou, c’est parti !

jeudi, 05 août 2010

Ca s’organise !

Déjà plus de 6 mois à vivre ensemble, à partager son quotidien, mon quotidien, notre quotidien et des joies toutes belles, toutes nouvelles, l’homme ne retient que le meilleur, définitivement...

 

6 mois à se connaître davantage, à voir le bonheur tous les jours que « ça existe » OUI et être heureuse, vraiment.

 

6 mois à chercher ses marques dans cette nouvelle vie, à prendre de l’ampleur dans son chez lui qui devient un chez nous, envahi de mes fringues, de mes CD (nombreux) et très peu de DVD, et seulement qq livres, les plus précieux, peut-être ?!

 

Après 6 mois, je réalise combien nous nous entendons bien, combien j’aime toujours et encore davantage la vie à deux, et combien c’est palpitant de découvrir tous les jours une facette de l’autre, combien ma vie change, combien je change et combien je m’aime mieux comme cela !

 

6 mois aussi à prendre des initiatives : les invit’ à la maison (pour dîner, goûter) – un tel plaisir, lui une re-découverte, mais c’est tellement bien, la possibilité de cuisiner de nouveaux petits plats simples (merci maman).

 

6 mois à organiser la vie, notre vie autour des choses qui nous tiennent à cœur : ses sorties, mes sorties avec mes ami(e)s – c’est tellement important l’Amitié, mes activités sportives nombreuses, mes cours d’allemand, et nos sorties culturelles et gastronomiques, nous sommes complémentaires.

 

6 mois de plaisir en lisant l’un près de l’autre dans notre lit, à la terrasse d’un café parisien, en we ailleurs.

 

C’est au moins tout ça qui compte !

mercredi, 04 août 2010

Impossible de s’y mettre !

C’est l’été en tout cas, les vacances d’été. Et normalement, ça rime avec lenteur et aussi peut-être avec ne rien faire, écouter le temps s’étirer...

 

L’an dernier, j’avais un max de boulot, tant que parfois, c’était comme une course effrenée contre le temps lui-même, quelle hérésie ! Je courais à en perdre haleine pour avancer et rendre le maximum de choses avant mon départ en vacances, tout comme j’organisais ma rentrée que je savais d’avance être de folie.

 

Cette année, c’est différent, j’ai bien bossé et j’attends le retour d’un de mes prestataires, mais il est super lent, en tout cas, il n’avance pas comme on voudrait. Etant donné que je suis (toujours) toute seule sur le projet, et que le projet se termine, ça m’embête car j’ai de moins en moins de trucs à faire. Mon boss et la DRH le savent, rdv en septembre pour des perspectives, mais là n’est pas le sujet d’aujourd’hui (plus tard, je vous mettrais à contribution, forcément !).

 

Non, c’est que comme je n’ai quasiment plus rien à faire, la motivation s’amoindrit et la cadence aussi... Je lis mais n’avance pas dans ce qui est à faire : préparation de dossiers pour faire avancer certains sujets pour la rentrée, ... y en a quand même à faire !!!

 

Et puis, être force de propositions va leur montrer qu’ils ont eu raison de me faire confiance et moi de me faire confiance...

10:37 Publié dans At work | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : work

mardi, 03 août 2010

Recommencer

Voilà les dés sont jetés, je me (re) lance dans l’aventure du « blogging » et je vous prépare (enfin, j’espère) des choses différentes.

Je veux repartir ici, ressemer des graines et les voir grandir, je veux pouvoir exprimer sans peur et pas forcément avec des liens ce qui me trotte dans la tête, mes réflexions, mes interrogations, mes trucs de fille, mes trucs de vie, mes bonheurs aussi et peut-être surtout et mes coups d’humeurs.

Je veux dire les livres que je lis et que j’aime, je veux faire partager ce que j’écoute, je veux connaître vos avis ou pas sur mes projets et mes interrogations.

 

Voilà, c’est re-parti !!