Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 05 mai 2008

Dolce vita

Voilà, je suis en vacances et je compte bien y restée un certain temps...

J'oscille, tel le métronome, entre deux tendances ! J'aurais aimé qu'il s'agisse de tendances modes, mais tel n'est pas le cas ! J'oscille entre la morosité, la peur, le repli sur soi, la timidité à l'extrême et la joie, le sourire, la légèreté, la confiance en soi.

 

Mais, ce matin, c'est la Dolce Vita ! Olé !

 

29caac90f98aebd45837013aea0a6fb0.jpgUn transat sur mon balcon, prêté par une copine et me voilà avec mon cappuccino et un livre à la main presqu'allongée pour un réveil matinal plein de douceur [et qui me correspond bien] : c'est buccolique à souhait, en plus, y a de la verdure et je vois les hirondelles et j'entends pleins d'autres oiseaux... depuis mon petit balcon parisien ;-)

3475d282aac4358ed5040fd23bc512a0.jpg

 

Certes, y a pleins de choses qui pourraient me faire descendre dans le "down", mais je m'accroche à ces petits qqch, même infimes que la vie m'envoie : ces petits signes dont j'ai tant parlé ici, à maintes reprises, et qu'on ne voit pas lorsqu'on est fatiguée, stressée, émotionnellement percutée, mal à l'aise, triste, sur la défensive, bref, des états émotionnels dans lesquels je me débats un peu trop souvent en ce moment...

 

Je vais essayer de "keeper this mood and confidence" et de vous glâner qq jolies choses de mes vacances...

En fait, non, je vais tout faire, chaque jour, pour aller vers la lumière et retrouver la sérénité qui me fait tant défaut depuis ... 

Je quitte ce brouillard devant les yeux, promis. 

[Une copine m'a dit un truc tout simple : chaque jour, essaie de voir 5 choses qui t'ont fait du bien...]

 

jeudi, 01 mai 2008

Réactions

Elle vient, progressivement.

podcast

Et puis, j'ai des personnes qui compte sur moi aussi, visiblement : 

envoies moi
des mail d'insultes si ca peut te soulager, joue du
violon a t'en tuer l'epaule, goinfre toi de macaron
Laduree ( chocolat et framboise), va a l'eglise, post
comme une malade...


ecris un poeme, une chanson, un livre  si il le faut
qui exprime ce que cette perte represente pour toi, ou
ce qu'Il a apporte dans ta vie,

mais ne te laisse pas
ronger par le chagrin, parce que je t'assure que la
pente sera tres tres dure a remonter, bcp plus dure
que le chagrin que tu ressens en ce moment.

 Et je vais réagir de la meilleure des façons pour retrouver mon énergie, mon sourire et ce qui me caractérise vraiment.

[ Un grand merci à la personne qui m'a écrit cela.]

 

mardi, 29 avril 2008

Réalisations

 

 podcast

Je dois être dans la période réalisations et doutes à plein nez :

Réalisation de la mort de Philippe : ça me prend comme cela, en pleine figure, au détour d'une rue sans prévenir. Je me rends compte que je refuse la réalité, cette réalité à la fois funestre et pleine de vie. Non que je doive me battre pour rester vivante et bien vivante, mais parce que je suis comme submergée par la peine, le chagrin de me dire que c'est vraiment F.I.N.I. Je ne le supporte pas, non. 

Réalisation que je suis tétanisée par mon futur ex-boss et que je subis vraiment un harcèlement moral : là, c'est à la fois plus subtile et risqué ! Résultat, toutes les personnes auxquelles je parle de mes déboires au boulot, me demandent si je ne songe pas à quitter l'entreprise, à me faire muter, à créer ma boite... ce n'est pas l'envie qui me manque pour cette dernière possibilité, mais je n'ai pas d'idées, non pas la moidnre. Ah si, peut-être celle-là : fabriquer mon fromage de chèvre dans un coin perdu dans les Alpes et élever mes chèvres, fabriquer des produits cosmétiques bios... élaborer des remèdes bios aussi, tiens ! Bref, une autre vie.

Ca en d'ailleurs étonné plus d'un dont mon mec de passage (!). Allez savoir ce qu'elle veut cette nana à lunettes ?!

Doutes par rapport à moi, mon avenir, ma vie perso et pro : doutes à l'infini, désespoir de ne pas comprendre ce "down" que je traverse, ces idées noires qui apparaissent comme cela dans ma tête sans que je n'en comprenne la provenance ! Pourquoi le négatif envahit mes pensées, alors que je suis tellement positive d'habitude, que je combas avec force de courage,  détermination et foi ces méandres, ces méfaits, ces attaques sournoises, etc, etc...

Pourquoi ce monde est-il autant hostile, abject, ingrat ? Pourquoi me semble t'il encore plus noir que d'habitude ?

Serait-ce parce que je réalise la perte de Philippe ? Que cette réalisation me rend encore plus fragile émotionnellement ? Que j'ai peine à croire à sa disparition, alors que chaque jour qui passe me confirme qu'il n'est plus et qu'il ne le sera plus là, jamais ? Et que je p'éloigne de son départ de la Terre...?

dimanche, 30 mars 2008

Savoir, pressentir, réaliser

6b5418939e569205e69f66ab9fcc9901.jpgJ'ai toujours eu la sensation/su que ma vie était liée à des dates, certaines, et qu'elles forment un tout, indivisible et d'une extrême justesse.

La mort de Philippe constitue une date importante sur laquelle ma vie professionnelle est maintenant liée : le projet professionnel a vu enfin le jour, et se trouve protégé par Philippe, imparable, imprenable.

Tous les dix ans, il m'arrive des événements douloureux, pour ne pas dire dramatiques : j'ai failli perdre ma mère, puis, j'ai failli mourir, puis ma grand-mère maternelle (ma 2ème mère en fait) est décédée, maintenant, c'est au tour de Philippe. Et je sais que dans 10 ans, je perdrais qqn de cher. 

Le problème dans le pressentir et le savoir est que parfois, je me sens paralysée, car je ne peux pas dire ou exprimer pourquoi c'est comme cela et pas autrement. Et c'est encore plus frustrant de le voir et/ou ressentir pour les autres.

L'Alpyne l'a compris, et m'écoute avec d'autant plus d'attention qu'avant. Je me sers de ces petits indices qui me viennent du ciel, de mon coeur et d'ailleurs pour vivre et avancer, tracer mon chemin, avec sérénité, confiance et foi dans le monde futur qui m'entoure afin que, ce qui m'anime profondément, ne soit pas chimère et ne parte pas en fumée lors de mes coups de têtes/gueules...

Vous y croyez, vous, aux signes du ciel et autres voix intérieures qui vous parlent ? 

jeudi, 27 mars 2008

Lost

45040f156c294ba0efad9667dfaafc3d.jpgEn ce moment, mais pas tout le temps, c'est un peu la débandade ! Je ne fais pas ce que je devrais faire, je reporte le max de trucs au lendemain, et surlendemain, il m'arrive des trucs de folies, une vie de folies, drôle, surprenante à la fois, des idées irréelles et complètement délurées qui germent dans ma tête, et tout cela en 24h Chrono.

Je vis une vie de dingue, une vie où je réfléchis plus vite que la musique ou la lumière, une vie où je fais 50.000 trucs en même temps tout en étant complètement déconnectée.

Je me languis du temps qui passe, à la fois trop vite, et pas assez, de ce temps que j'aimerais tant arrêter et revenir à ce 15 décembre dernier, au mois d'avril il y a deux ans, retrouver la main de Philippe dans cet air de Bruges, ressentir toute la douceur de la caresse de sa main ce matin pour me réveiller et ce regard, son regard...

Et puis la fierté d'être qui je suis, ce que je suis devenue, le chemin que j'ai parcouru, le job que l'on m'a confié car j'aurais, d'après eux, les épaules pour, la possibilité de pouvoir gérer un équipe d'une vingtaine de personnes, pouvoir toujours gérer mon temps, comme je le souhaite malgré des deadlines, je continue à avancer, et à avoir la confiance de mes supérieurs. La possibilité d'exprimer ce que je ressens sur le plan profesionnel, et de me faire à la fois entendre et comprendre dans mes énonciations.

Quelqu'un m'a dit une jolie phrase l'autre jour : "tout ce que tu touches devient or" ou un truc du genre. J'en suis restée scotchée car je ne pense pas avoir cette prétention, et encore moins, comme se plaît à le répéter à l'infini le mec qui m'a managé un temps que j'aurais pris le melon... Alors que je ne souhaite qu'une seule chose, être une petite souris...

Mais je suis perdue avec tout cela, qui tourbillonnent dans ma tête. Mon WE jurassien n'a rien arrangé non plus, honnêtement : si j'ai récupéré une partie de mon sommeil, j'en suis revenue avec encore plus envie d'ailleurs, de montagnes, de chèvres, de campagne, de culture bio, de développement durable dans la tête... J'essaie de me raisonner et de me dire que sans cette personne odieuse au boulot, mon job me plaît, j'ai un job dans lequel je m'épanouis et surtout qui me permet de m'offrir ces we et ces prochaines vacances à la mesure de mes rêves, mais pas forcément des vôtres...

Ben oui, j'en connais pas beaucoup qui vont volontairement marcher une semaine en pleine montagne, sans confort véritable, mais moi, c'est ma drogue et ma raison de vivre en ce moment. Sauf que j'ai été particulièrement fainéante cette semaine, je ne suis pas allée au hip-hop, et demain, je dois me motiver pour la samba.... Le we s'annonce sous de beaux hospices, je revois une tante éloignée de Philippe, des ami(e)s, j'espère du roller dimanche matin (même si la météo ne semble pas clémente) et le salon du vin pour clôturer ce we...

Mais avec tout cela, pourquoi les hommes tournent-ils autour de moi, encore plus que d'habitude ? 

lundi, 17 décembre 2007

Explosion

Voilà, il va s'agir d'une explosion, d'une vraie "gueulante" comme cela m'arrive peu, mais là, c'est franchement nécessaire.

Je trouve une telle injustice de voir ce p***** de cancer s'abattre sur Phil de cette façon-là. Je l'ai trouvé (forcément) changé, et ça a été vraiment douloureux.

Douloureux aussi de constater que par rapport à l'an dernier, il a faibli car il marche vraiment mal, il n'a plus beaucoup de muscles  et donc se fatigue très vite, malgré sa canne. La chaise roulante que nous avons demandé lorsqu'on a visité l'expo au Musée des Arts "Brillante Europe"... et le tram, le bus, le métro qui nous ont permis de voyager à travers cette ville que j'aime tant.

La frustration, sa frustration de ne pas pouvoir faire plus qu'il aurait eu envie, mais cette réalité, vraiment cruelle, qui est alors  reparue à lui...

Toute la journée s'est déroulée dans un coton, j'étais complètement absente du monde, totalement concentrée sur ce qui se passait, comme a écrit Lamartine "Ô temps, suspend ton vol".

Ca m'a été tellement difficile que j'ai fait un blocage total sur tout ce que je pourrais ressentir,... mais alors, je suis fatiguée, exténuée, j'ai eu une envie de m'enivrer (j'aurais peut-être du m'abstenir de le faire un dimanche soir, je vous explique pas la tête à l'envers que je me sentais !), j'ai failli rallumer une cigarette que j'ai éteinte il y a tant de temps ;-)

Alors, forcément, cette grande claque que je me prends encore plus que d'habitude lorsque j'y pense, je me dis combien la vie est injuste, est fragile et qu'elle n'a vraiment pas de prix.

Et vraiment, vraiment, sincèrement, arrêtez de pleurer, de vous lamenter sur votre sort, car franchement, y a pire. Y aura toujours pire, oui, mais, la maladie des gens proches, des gens qu'on aime et des personnes jeunes est vraiment qqch qui me rend triste et en colère.

Je n'ai pas honte de dire que je ne gère pas du tout émotionnellement ce qu'il vit. C'est tellement dur de l'entendre me parler de son testament, de ses souhaits pour ses obsèques... tout en me parlant de ses plaquettes qui descendent en-dessous d'un certain seuil, mais que son corps produit aussi et qui dépassent le seuil critique...

Cela me fait espérer, malgré cette p**** de rechute fin août.
podcast

lundi, 01 octobre 2007

Haute tension !

324711d87325e8f60baef31a38579d1b.jpgJe pourrais choisir un autre titre, mais je crois celui-ci particulièrement à propos !

Que je vous explique : ça y est, mon bureau a déménagé et je me retrouve dans de nouveaux locaux : à côté de deux nanas bêtes qui me font suer, je n'ai plus mon bureau où j'étais peinard toute seule, tranquille pour me concentrer et checker mes emails et regarder mes blogs et bosser tranquille, à mon rythme .. Je partage un bureau avec deux autres personnes et en plus je tourne le dos à la porte d'entrée et les gens qui passent dans le couloir (le bureau n'a pas de porte, vive les open space !) ont vu directe sur mon écran, nickel, j'en suis ravie.

Donc, pas top, du tout !! Alors, j'ai pris le parti de m'isoler du monde ambiant en apportant des boules quiès, et toc ! Et j'ai aussi dit ma façon de penser au boss de mon boss et je vais squatter les salles de réunion lorsque je recevrais mes vendeurs, sinon, le café d'en bas !!

Donc Haute tension ! 

Et puis haute tension, parce que je suis retournée chez le médecin ce soir pour mon doigt.... qui ne va pas bien du tout... Infection, que je sentais poindre vu comment j'étais mal ce we... à dormir plu de 3h dimanche après-midi, ce n'est plus une sieste à ce régime !! Et là, le médecin prend ma tension... Eh bé, j'ai pas été déçue du voyage : je n'ai jamais eu une tension aussi élevée, ça fait froid dans le dos... J'espère que les choses rentreront dans l'ordre soon...

Je suis à la fois sereine et tendue, anxieuse de ce qui arrive, du temps qui s'étire et qui laisserait deviner des jours meilleurs auxquels je crois dur comme fer, mais là, j'avoue que c'est un peu dur...

Le mois de septembre a été quand même fort émotionnellement, ce doit être cela...

 

vendredi, 27 juillet 2007

Souhaits

 

221e92e5aaaccdae4c33f77d3b65ee73.jpgJe voudrais que le soleil s'ouvre, que la lumière se diffuse dans la clareté de l'avenue.

Je voudrais que tu ouvres tes paupières et que tu laisses filtrer ce regard qui me fait fondre.

Je voudrais que le temps s'arrête un instant et que je regarde le temps présent défiler.

Je voudrais que tu attrappes ma main qui dans l'instant suivant t'effleurera seulement.

 

 

Je veux vivre cet instant présent.6b770b14c2f332e7d628c7a4af713280.jpg

Je veux être heureuse, éperdument.

Je veux pouvoir continuer de sourire malgré tout.

Je veux être en paix.

 

 

J'ai voulu être avocate pour défendre une noble cause.

J'ai voulu prouver que j'étais forte et capable.

J'ai voulu chanter, danser, nager, vivre, rire, aimer, désirer, sentir, boire, regarder.

J'ai voulu lui ressembler tant que je me suis perdue.

 

Mais aujourd'hui, je ne me perds plus, je ne m'oblige plus à prouver que "I'm worth it", que j'aime, que ci, que ça.

Aujourd'hui, je m'émerveille de petites choses, de petits riens, de ça, de là, de paroles entendues, de mélodies, de sons, d'écoute, de marche, de fragilité, et tout ça, c'est en moi, au fond de moi et l'univers m'appartient.

Je le partage.

mercredi, 25 juillet 2007

Swimming pool

2e0f6dbd4d000d1aa2009c7c12f7d381.jpg Non, je ne fais pas référence au film du même nom que je n'ai d'ailleurs pas vu !

Je pense à la chance que j'ai de pouvoir aller à la piscine quand bon me semble l'été puisque j'habite un petit coin paradisiaque à Paris !

Je ne veux pas faire de jaloux non plus, alors, je n'en dirais pas davantage... Si ce n'est que ça devient un formidable lieu de rencontres, finalement (cf musique de Melrose Place) !

free music
 

Je vais la jouer naïve, mais j'avoue que je ne me rends vraiment pas compte de cette possibilité ;-) Et là, ça a pas loupé !

Je rentre du boulot avec l'envie de faire un plouf assez forte, mais pas vraiment de volonté, ou d'entrain, et voilà que je croise un de mes voisins qui me dit "rdv dans la piscine ? "

Bizarrement, la motivation est revenue !

Ok, il ne me fallait pas grand chose pour me motiver, parce que y a entre autre la préparation à la rando de cette été, et aussi l'envie de se rafraîchir.

Mais il m'a fait rire ce voisin, parce que visiblement, il m'avait remarqué dans l'eau, mais moi pas !

Ben oui, lorsque je me plonge dans l'eau, je redeviens une sirène tant j'aime le contact de l'eau avec mon corps, et j'avoue que j'enchaîne ces longueurs avec une régularité effarante, laissant les gens derrière moi, ne m'attachant qu'au plaisir ressenti de l'eau qui file, me porte, me supporte, et me fait du bien...

Et donc, je ne regarde pas autour de moi ! En plus, sans lunettes dans la piscine, tout l'univers est flou, comme lorsqu'on plonge les yeux dans la piscine ! Je ne reconnais personne, ne vois personne, sauf mon corps attiré irrésistiblement vers le fond bleu ;-)

Je retrouve mes sensations d'il y a deux ans lorsque j'y allais très souvent (presque tous les 2 jours), et j'enchaînais les longueurs dans mon bassin fétiche de 50m, en me fixant des objectifs minimaux (700m) mais jamais de max, car je souhaitais que le corps dicte lui-même selon son sentiment de plénitude, ou de fatigue... Ah, que j'ai pu aimer cette sensation...

Et donc, me revoilà évoluant dans les fonds bleus de ma piscine, dans le bleu de mon univers galactique et je redeviens la sirène que j'ai été petite fille !

Ah quel bonheur, plaisir de renouer avec ces sensations, croyez-moi !

mardi, 26 juin 2007

La U-Lik Team

medium_U-lik.gif



Vous vous demandez de quoi/qui il s'agit ? Bougez pas, je vous raconte !

C'est l'histoire de deux types (El Rude et Leafar) qui sortent de la même (grande) école de commerce... et qui ont partagé pendant leurs années d'études la bibliothèque (dans le sens le plus général du terme) de leurs amis... ce qui leur a permis d'avoir le plaisir de partager leurs goûts et de découvrir ceux des autres..

Ben oui, jusqu'à preuve du contraire, nous sommes tous différents (ouf) !

Et puis, ils ont achevé leurs études, les gens bougent et ne se retrouvent plus aux mêmes endroits.

Bref, ils se sont demandés comment ils pouvaient garder ces liens et également rapprocher les gens, les faire partager qqch, et ils ont repensé à la bibliothèque qu'ils avaient étudiants... et ça a donné ça : ils ont créé une entreprise, ayant pignon sur Internet !

Il s'agit de U-lik (prononcer you like) : leur site vous donne la possibilité de vous créer un profil, de vous constituer une bibliothèque en enregistrant progressivement vos goûts (musique, littérature, personnalités, villes, pays, oeuvres d'arts...) et de vous faire des amis qui partagent les mêmes goûts, et de découvrir leurs goûts et de les partager...

Quoi de plus sympa ?

Et aussi et surtout, ils ont aussi un autre site que j'apprécie beaucoup car il m'a été très très utile : il donne des astuces et des trucs pour faire évoluer son blog, chouette ! Ils m'apportent des réponses lorsque je bloque sur un épineux problème  pour mon blog et voilà pourquoi je les remercie de temps à autre ... et aussi, ils ont fait l'honneur de me nommer il y a qq temps u-liker of the week.

Une vraie reconnaissance qui m'a beaucoup touchée, et il était temps que je leur rende la pareille, voilà qui est fait ;-)

Allez les voir par et !

Merci à vous et surtout bonne continuation à tous ;-) 

lundi, 25 juin 2007

1998...

Souvenirs d'une année spéciale, particulière... Comme celle-là pour ceux-là, chanson que j'adore, j'adore, comme leur album, Adore...
 
Mais je m'égare, quoique?!
 
Souvenir d'une année à la fac difficile car je redoublais ! Mais aussi tellement fun parce que cette année-là, je faisais deux langues étrangères, dont du japonais, et ça m'éclatait et les cours tombaient sur la matière principale alors je rattrapais les cours autrement ! Je faisais des mémo que j'accrochais chez moi, tout était japonais ! Je pratiquais aussi deux sports, danse modern jazz et volley... De superbes souvenirs. Des ami(e)s nouveaux et des fêtes fun...
 
Et le DEUG qui s'est profilé à l'horizon... Mais ce diplôme, chèrement acquis, ne l'a pas été sans douleur : entre les partiels de février, j'ai perdu l'Être qui, sur cette Terre, a compté peut-être le plus pour moi (en plus d'un autre qui me reconnaît enfin aujourd'hui). Entre deux partiels, j'ai dit Adieu à une partie de l'enfant que j'étais encore, j'ai fait cet aller-retour terrible pour te dire Adieu, j'ai essayé de ne pas hurler face à cette douleur sourde et muette qui déchirait mon visage d'enfant, surtout ne pas montrer aux autres combien ce départ était prématuré, tellement...
 
A partir de ce moment, plus rien d'autre n'a compté que de pouvoir lire dans les nuages un signe de toi, dans le vent espérer que tes cendres ont frôlé ma nuque, que partout où je me trouve, tu es là. Et l'évidence, le devoir de continuer, de perpétuer ta vie, en habitant là où tu m'avais vue grandir, où tu m'avais encouragée, protégée. Ton départ, durement ressenti, je suis devenue un peu l'ombre de moi-même, toute de noir vêtue, sans m'en rendre compte, je comptais les jours qui me séparaient de ton éternel départ et je pleurais, je cherchais dans le ciel des réponses, le pourquoi de ta, si, soudaine disparition...
 
Mais les années passent, l'eau a coulé sous les ponts de Paris et je n'ai jamais oublié ton étoile, ta présence près de moi chaque jour, à chaque instant de doute, de bonheur, d'interrogations, de réussites, de peines, de joies... tu as toujours été là, près de moi et ton étoile veille sur moi...
 
Ca a aussi l'année de l'été le plus formidable de ma vie, un cadeau fait de BD de Tintin,de chaussures rouges, de Minouche, de coupe de cheveux à la "Ophely" (cf Folle d'Elle !), de Smashing Pumpkins avec Adore en boucle sur le walkman... les albums de l'été, j'ai toujours été forte pour m'en concocter qq uns...
 
Ca a été aussi l'année de mon retour dans ma ville, Paris, la lumineuse qui m'avait tant manqué, découvrir que tout est possible...
 
Parce que si l'été dernier j'ai, enfin, arrêté de te pleurer chaque jour, de t'en vouloir éperdument car tu étais partie trop tôt... j'ai surtout réalisé que tu continuerais à vivre tant que tu vivrais dans mon coeur et que le cadeau que tu m'as laissé a été d'être incinérée, car où que je sois, tu es là qqpart... et c'est encore ce qu'il y a de plus précieux.
 
Merci mamy
 
PS : je crois que la musique ne passe pas... il s'agit de 1977 des Smashing, de Nobody knows d'Avril Lavigne et de Gothic des Lost Prophets... seulement lorsque je suis en colère, mal, triste... (cf dans my radioblog !)

lundi, 18 juin 2007

Pour Titus !

Voilà mon Cher Titus, un petit clin d'oeil à ta découverte du we que tu m'as fait l'honneur de partager avec toi. Je suis touchée et flattée de ta confiance et te remercie beaucoup de me faire partager à la "U-Lik" tes musiciens préférés...
Hope you enjoy it !

samedi, 16 juin 2007

Invisible

Il y a un temps pour toute chose.

Le temps pour se construire, le temps pour réfléchir, le temps pour vivre, le temps pour rire, le temps pour manger, le temps pour dormir.

Ce we, j'ai décidé de prendre le temps pour moi, et moi toute seule, de façon très égoïste : être absente pour les autres, mais consacrée à moi-même toute entière et réaliser les dernières choses que je me promets de faire depuis qq mois... car même si je m'y attelle petit à petit, je n'en vois toujours pas la fin et ça m'agace ! 

Et donc, rester à l'écoute de soi-même, pratiquer le yoga, ma nouvelle drogue du we, peut-être de la salsa, peut-être voir des amis et partager un apéro, mais peut-être aussi, méditer, prendre la température du monde en pleine nature, oublier les souvenirs douloureux sur mes rollers, vider les choses qui encombrent mon espace vital, lui rendre la légèreté que je ressens intérieurement, la légèreté de mes mouvements, la cheville déliée, libre, le corps souple et heureux, la liberté de nager dans ma piscine...

Je deviens invisible mais réceptive à moi-même pour moi-même le temps de ce we...

Bon we ! 

vendredi, 15 juin 2007

Comment peut on devenir...

...  fort dans la vie et ne pas desesperer ....?

Voilà une recherche qui a été faite dernièrement et qui a permis à qqn d'arriver sur mon petit bout de terre sur la blogosphère !

D'abord interloquée, puis étonnée, et finalement, "tiens, c'est plutôt drôle" ou "ben, ça alors, mon blog pourrait apporter ce genre de réponse ?!??", ben, j'en suis plutôt flattée ! 

L'étonnement passé, j'ai été taguée par Wentworthlady (fan de Wentworth Miller... moi aussi, je craque pour lui ;-)) et donc, je joue le jeu des 7 révélations...

  1.  Je suis l'aînée d'une famille nombreuse mais la plus petite (en taille).

  2. Si on reste dans l'univers familial, je suis la seule à avoir le teint clair, les yeux bleus et des cheveux bruns à l'origine, mais qui sont de plus en plus châtains ;-(

  3. Je porte des lunettes depuis l'âge de 2 ans et demi... 0ui, c'est très tôt, mais j'étais très très myope (je le suis toujours, mes lunettes sont "vitales") ... J'ai perdu mes lunettes dans la mer alors que je remplissais deux sauts et, au lieu de lâcher les sauts pour récupérer mes lunettes, ben je suis remontée en courant vers mes parents pour leur annoncer la nouvelle... J'ai eu beaucoup de chance, elles ont été retrouvées dans l'épuisette d'un mec qui râtissait le fond de la mer sur la plage... Et j'ai toujours peur de les perdre ou de ne pas les avoir sur le nez lorsque je pars dans l'eau... Elles sont où mes affaires ??

  4. J'ai failli mourir : à l'âge de un an en avalant de la lessive ! Résultat, conduite d'urgence à l'hôpital pour un lavage d'estomac !! Le jour de mes 12 ans, j'ai été opérée d'une banale appendicite... qui a été ré-opérée 5 jours plus tard... Je suis rentrée deux jours avant Noël et j'ai appris à ce moment-là que mon état avait vraiment été critique, très critique... [j'ai fait une poussée de fièvre impressionnante pendant trois jours (+40°), des piqures à gogo (toutes les 4 heures), le médecin de famille puis toute la famille qui sont passés à mon chevet...] Durs souvenirs... Cette année, ça va faire 20 ans d'ailleurs !

  5. Mon signe astrologique chinois ou japonais est le lapin ou le chat : ceci explique pourquoi je suis fan de chats ?

  6. J'ai revu mon premier copain 3 ans après notre rupture et il m'a dit que si nous ne nous étions pas séparés, il était persuadé que nous serions toujours ensembles... Ca m'a beaucoup touchée, sa sincérité, même si j'avais du mal à m'y voir !! La page était vraiment tournée pour moi ! PEut-être est-ce lui qui m'a laissé mon attirance vers les hommes grands, minces/sportifs aux regards clairs ....?

  7. On arrive à la fin, OUF !! On m'a comparé à Lara Croft (whaouh !), à Mireille Matthieu (beurk !), à Véronique Jannot (pour le sourire), et j'ai au moins deux sosies en France !!!
Voilà c'est fini, je ne le passe à personne, que ceux à qui ça dit (Titus, Ceucidit, Cath, Mimie, Dyane et d'autres) si vous passez par là, allez-y !
En bonus (my favourite) : 

medium_2.jpgmedium_4.jpg

mardi, 05 juin 2007

Multicolors ;-)

La vie en technicolors, ça vous parle ?

Ca va vous parler !

Jusqu'il y a un temps pas encore lointain - enfin je ne suis pas bien certaine, et là, je marche sur des oeufs...

Donc je disais, qu'il y a encore pas longtemps, je croyais que la vie était bicolore, genre les films de Chaplin à la noir et blanc.

Sauf que, ce n'est pas la réalité, en tout cas, pas la réalité de la vie en générale et de la mienne en particulier.

Sauf que, formatée à sauce bicolore, noir et blanc, ma réalité bicolore en noir et blanc a forcément été tronquée, amputée d'une part importante de (en vrac) rêves, réalités, sensations, émotions, expressions, libertés (de pensées, de paroles, etc, etc...) et j'ai ressenti, en réalisant - entre autre - cela, qu'une partie de ma vie me manquait, mais qu'au final, c'était encore (ouf, joie !) une autre pièce du puzzle qui se rajoute au château qui se construit à l'intérieur ;-). 

En même temps, cela signifie également que l'énigme, mon énigme, se résoud au fur et à mesure et qu'il reste encore des parts d'ombres... Et c'est cela le plus douloureux au final.

Parce que si, je me connais de mieux en mieux, combien est-ce frustrant  de réaliser qu'à chaque fois qu'un pan du voile se soulève, se lève puis s'écarte de mon paysage, il y en a un autre pas loin (cela dépend de l'avancement de mon cheminement fiinalement...).

Mais combien est-ce frustrant ! 

Mais au moins, maintenant, je sais que ma vie est multicolores telle un arc-en-ciel ;-)