Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 06 mai 2007

Laisser les choses derrière soi

Il était temps ! Oui, il était temps que certaines choses s'éloignent de moi, quittent mon corps, mon âme et mon coeur pour me laisser libre : libre de penser, libre d'Etre, libre d'être moi, moi-même... Un pur bonheur...

Un we léger, peut-être, tranquille d'une certaine façon, mais je tiens les rênes entre les mains, un peu plus qu'il y a qq jours, je réoriente l'axe qui s'était un peu désaxé et je reviens.

Même si le corps n'a pas retrouvé toute la légèreté passée, les choses m'apparaissent d'une clareté inouie, et juste cela, c'en est presque grisant, flottant, lumineux, les yeux humides...

15 jours à être seule avec moi-même et la certitude ancrée est apparue claire comme de l'eau de roche : cette fois-ci, c'est sûr que là, c'est loin, très loin, tout en restant si proche : je suis consciente de tout cela, tellement consciente ! 

Mais plus rancunière, j'ai pardonné. Ce pardon que je n'aurais jamais pensé pouvoir penser, justement, s'est fait d'évidence dernièrement, sans que j'y pense, ni y  réfléchisse ! Mais le pardon n'empêche pas que l'oubli de ce qui s'est passé est toujours ancré en moi et que j'en suis encore plus "aware", attentive à tous les signaux présents, autour de moi, ces moments de flottements qui, au lieu de me tendre des pièges comme avant me protègent infiniment des gens et de leur méchanceté, je retrouve ma bulle instantannément, et ils se rendent alors compte que je ne suis plus disponible pour écouter ce qu'ils racontent qui n'a aucun sens d'ailleurs !

C'est une impression tellement étrange...

Mais, je retrouve toute ma liberté de vie, d'être et comme l'a dit ma prof de stretching dernièrement, limite étonnée de me voir aussi sereine et souriante à son cours "tu as vraiment l'air heureuse..."

Ca veut dire beaucoup, croiyez-moi ! 

vendredi, 04 mai 2007

Serial dépenseuse !

Six mois sans marcher, sans pouvoir me déplacer sans ces béquille de M.... ? Envie de renouer avec une certaine légèreté ?
Depuis que mes pieds refoulent le bitume parisien, j'ai repris mes activités sportives petit à petit et j'ai aussi recommencé à regarder les vitrines des magasins de Paris ;-) Et ça donne des dépenses pas possibles, bref, je découvre ce que signifie être à découvert dès le 5 du mois !!
Moi qui savait si bien les gérer ces sous !! Mais c'est quand même "gênant" de ne pas comprendre où passent ses sous... non ? L'impression de ne pas être une adulte qui saurait gérer sa vie aussi, ça fait un peu bizarre !!
Alors, ok, je sais que c'est temporaire, que cet état de tout dépenser est conjugué à la façon de se sentir re-vivre ; renforcé par le fait que je n'ai "rien" fait pendant ces six mois d'arrêt forcé, bref, lorsque tout a recommencé à fonctionner, j'ai recommencé ce que je faisais avant... et le compte en banque n'a pas été le seul à "trinquer"...
Je vous le donne en mille : j'ai recommencé à aller aux cours de gym trois par semaines, mais le corps n'a pas suivi, forcément, c'était prématuré : alors, je suis tombée malade !!
Mais le porte-monnaie continuait son bonhomme de chemin.
Et j'ai repris les sorties, mais là encore, c'était prématuré, et donc, je me suis écroulée de sommeil : sur mon lit, dans le train partout où je pouvais récupérer ...!!
Mais le porte-monnaie continuait son bonhomme de chemin.
Bref, une envie de rattraper le "temps perdu" (il n'en était rien, pourtant) et j'ai un temps dispersé mon énergie pensant pouvoir renouer avec tout mon univers précécent sans "entorse"...
Mais, je m'étais trompée.
Les choses sont définitivement plus simples et plus faciles finalement : il faut que je me fasse confiance dans ce - nouveau - rythme qui m'est propre, et aussi que j'accepte que le temps de vie précédent que je pensais mien, ne me correspond pas/plus, ne m'a en fait jamais correspondu, et que le temps que je vis maintenant, que je comprends chaque jour davantage, la sagesse, qqpart, est d'évidence et me va bien...
Et finalement au grand étonnement des gens qui - pensaient - me connaître (voisins entre autre !).
La serial dépenseuse se calme : elle ne court plus partout, elle refuse de se brusquer, de voir les gens qui courent autour d'elle, elle refuse que les gens lui marchent sur les pieds etc, etc :-)
Parce qu'au milieu de cette sérénitude qui s'installe profondément, lentement, sereinement, il y a la certitude que cela me convient comme un gant tout en réalisant que les choses les plus intimes qui soient me conviennent vraiment bien -enfin ! (salsa, yoga, stretching, musique, zen, zen, zen... et je crois malheureusement, le théâtre en arrière, arrière plan... mais peut-être est-ce trop tôt ?)
[Et je ne sais pas pourquoi mais je me sens me poser sur une branche, calmement posément... et les bénéfices de cette attente, ce positionnement, ce calme en moi entraîne des bénéfices immédiats (jobs, rencontres, amis)... J'adore cet état de l'être, vraiment !]

lundi, 30 avril 2007

Feeling yogi

Ca y est, enfin, j'ai trouvé ... mon prof de yoga ! Il était temps ! Après avoir testé deux profs différents, et avoir littéralement détesté leur façon d'enseigner, je me disais : "ça y est, c'est pas pour moi le yoga, et zut !"

Dépitée, je m'était refusée de retenter l'expérience dans mon nouveau centre de danse, dont je suis devenue complètement "addicted".

Mais c'était ignorer l'appel de mon corps vers toujours plus d'harmonie et de douceur.

medium_demi_pince.jpgChose faite le we dernier, premier cours, difficile, mais qqch me dit au fond de moi que ça pourrait être super chouette !

Essai d'un autre cours avec un autre prof, et là différentes sensations, le cours est plus lent, plus relax, une invitation à la relaxation, à se laisser aller, sentir son corps s'enfoncer dans le sol et une fois qu'on en sort, l'impression qu'on va être transportée dans son lit tellement on se sent bien ;-)

Encore un miracle ? Peut-être ! 

Je suis retournée au premier cours que j'appelle yoga sportif  vu les positions qu'on a effectué, voyez plutôt :

medium_torsion.jpg Autant, la semaine dernière, j'en étais sortie complètement groggy, autant là, je me sentais bien et légère ! Cependant, si je ressens effectivement une sensation de bien-être, je ne peux mettre de côté cette effervessence d'émotions qui m'ont presque submergées à la fin du cours, une larme coulant sur ma joue alors qu'on était allongé sur le dos, les yeux fermés en écoutant une musique ...

Le mélange ses sons et la fin du cours y sont pour beaucoup : j'ai senti des choses qui se débloquaient en moi, l'impression de re-vivre à nouveau, la sensation heureuse de voir que le corps récupère, qu'il se délie, qu'il s'apaise... un beau moment finalement, même si ça reste douloureux : je me suis finalement fait bien du mal avec cette entorse ;-)

[entre le yoga et le stretching, j'ai des envies de m'étirer souvent, c'est fun !]

 

 

dimanche, 22 avril 2007

S'il fallait choisir ...

Depuis près de trois semaines, j'ai un billet qui s'élabore dans ma petite tête pour m'exprimer sur ce sujet sensible qui  me parle pas mais qui ne laisse personne indifférent.

Je passe un temps infini à me demander pour qui je vais voter ! Et je pose la question aux gens (amis, famille, collègue de boulot !) parce que je me sens perdue dans cet échiquier politique dans lequel je ne me retrouve pas, et de moins en moins.

A l’étranger en 2002, j’avais mené campagne pour les compatriotes français peu enclins à la notion de vote et avait réussi à les convaincre de faire des « procu ». Là, j’étais super fière parce qu’en plus, aidée par deux autres copains, on avait fait déplacer le sous consul de l’Ambassade de France… Mais, j’ai pas connu ni senti l’atmosphère ambiante de l’entre deux tours…

Aujourd’hui, je pense à ce temps-là, et je me demande à quoi je ressemblerais ce soir en écoutant/regardant les résultats…

Depuis trois jours, j’ai comme un nœud dans la gorge lorsque je pense aux résultats éventuels, car je ne peux m’empêcher de savoir que les sondages jusque là ne voulaient rien dire.

Alors, pour ne pas à avoir à y penser sauf hier soir ( !!), j’ai participé au collage d’affiches !

 

medium_Miss_Tic_-_Ceucidit16.JPG

Vendredi en fin d’après-midi, le boulot terminé, je rejoins notre Cath nationale, et découvre un caïd de l’encollage et Ceucidit encolleur recruté comme moi !

 

 

 

 

medium_Miss_Tic_-_Ceucidit26.JPG

 

Et vous pouvez les féliciter car ils ont super bien collé ! Au-delà ce collage, je retiens un chouette moment de partage, de franche rigolade et d’amitié !

 

medium_Miss_Tic_-_Ceucidit17.JPG

Les affiches ont été réalisées par Miss. Tic (un vrai talent), et on a eu le plaisir d’en avoir 14 différentes, quatorze affiches pour nous suggérer pour qui voter ?

Regardez, les photos de nos collages sont là :

http://www.flickr.com/photos/ceucidit/

 

et en bonus, les 14 aphorismes de Miss.Tic....

 

La France du bas résille

Gouverner nuit gravement a la santé mentale

Silence, on détourne

Impôt sur l'infortune

La France aux maliens, la bourgogne aux escargots

Impur désir d'avenir

Dans quel état j'erre

Ivre morte pour la patrie

Emmerdements durables

Protégeons les enfants, utilisons des préservatifs

On touche le fond sans les pensions

Le droit d'asile, une histoire de fous

Le travail nous retraite, la retraite nous travaille

jeudi, 12 avril 2007

Un peu de légèreté …

… dans ce monde de brute… 

Oui, je l’avoue, c’est un plagia ! Et je revendique ! Et zut ;-)

Oui, je voudrais pouvoir connaître un peu de légèreté partout dans moi, dans mon corps, dans ma tête aussi… Pourquoi cette impression d’étouffement revient, comme cela par bribe, telles les paroles enivrantes d’une chanson douce/triste ? 

J’aimerais, je souhaiterais pouvoir prendre la vie comme elle vient et ne pas me poser tant et tant de questions sur moi-même avant tout et mon avenir/futur, puis sur l’advenir humain, la société en général, le monde en particulier, pourquoi l’état de la planète et des hommes me préoccupe t’il tant ? 

Ne serait-ce pas plutôt une façon de s’oublier, de s’ignorer, d’éviter de penser à soi, de se pencher sur sa propre existence ? 

Eh oui, facile de faire cela ! Mais, je reste persuadée qu’on ne peut aider les autres avec la vraie volonté de les aider (ie celle venant du cœur, du « deep inside me ») que si on va soi-même « bien »… D’ailleurs qu’est-ce aller bien ?? [bon, là, je fais une digression pas possible, donc, je ne vais pas plus loin !] 

Il n’empêche, j’aimerais bien connaître vos recettes pour pouvoir toucher cette légèreté qui vous anime tous les jours ?

Je voudrais pouvoir ne pas m’en faire tous les jours, pour ces choses, parfois sans importance, pouvoir m'amuser tout simplement sans arrières pensées (coupables, parfois), avoir le répondant nécessaire et adéquat lorsque se présentent des situations pas faciles à gérer, bref, vivre en toute simplicité...

[Mais, le lourd passé que je porte sur mes frêles épaules se fait souvenir à moi de temps en temps, particulièrement lorsque l’Autre se fait violent… 

Et là, je redeviens mixte : une petite fille, fragile, perdue, le regard - presque hagard – mais aussi une jeune femme avec ses convictions, ses envies, sa furieuse envie d'avancer et de passer outre ces mots-là ...

... étrangeté de la vie…]

 

Ah, sinon, découverte de ce we (merci Scat) : Mika... Enjoy it

mardi, 10 avril 2007

Heure d’été

Voilà, c’est fait, elle est là et moi, je suis décalée, décalquée par ce nouvel horaire qui me correspond un peu, beaucoup, mais Dieu que j’ai sommeil… 

Alors je passe de l’état éveil au sommeil avec beaucoup de difficulté et je me retrouve à l’Ouest, complètement… ! 

Et puis ce temps qui change, ce ciel qui se couvre soudainement, ce ciel bleu qui réapparaît, ce soleil qui se cache derrière les nuages, et qui revient doucement, lentement, à ma grande surprise puis ma grande joie… 

Mais un peu de douceur me fait du bien après une semaine bouleversante émotionnellement… 

Good Time and Bad time, qui a chanté cela au fait ?

dimanche, 25 mars 2007

Re-marcher

De plaisir, de bonheur, mes pieds tombent en mesure sur le bitume parisien, je foule cette terre que je ne pensais plus fouler de mes deux pieds seuls assurés à un moment donné… 

Plus de six mois se sont écoulés depuis cet accident bête, je le re-dis, mais qui m’a été d’une grande philosophie, une grande leçon que la vie m’a donné, à moi toute entière. 

Alors, j’ai délaissé quelques activités, le théâtre entre autre, parce que tout simplement, il m’était définitivement trop douloureux de ne pas être disponible à 100 % dans ma tête pour apprendre un texte, tout en sachant pertinemment que j’avais beaucoup de mal à mouvoir ce corps, à me mouvoir, à bouger avec assurance sur une scène, à me montrer telle que je suis dans la vie, sur scène, à ne plus me cacher derrière cette frange, derrière ce sourire, derrière ce corps. 

Exister à nouveau par ce corps qui redevient mien, doucement, lentement, mais aussi douloureusement. 

Réaliser que le théâtre devra m’attendre encore qq semaines avant que je me sente assurée, à l’aise dans mes mouvements, avant de pouvoir re-monter sur cette scène qui ne m’effraie plus autant qu’avant, parce qu’aussi, les doutes m’assaillent moins… tout simplement parce que je me retrouve tout à fait, entière et heureuse de me retrouver. 

Finalement, c’est plutôt simple, vous ne croyez pas ?

mardi, 13 mars 2007

Ca sent l’été..

Un si joli ciel, un si beau soleil, et me voilà propulsé au paradis ;-)
 
Je me suis sentie bien légère ce we, même si qq parasites ont envahi ma tête brune.. déchargée de qq cheveux pour mon plus grand plaisir et bonheur… 

Eh oui, ça sent bon l’été, la danse, les vêtements légers, le corps qui s’élève, le cœur qui respire… 

Des petits bouts de bonheurs glanés au fil du vent, sur le clair de lumière du soleil 

Allez de l’avant, relever la tête sans affront envers la vie et encore moins envers moi-même, se faire confiance, confiance en son propre corps, faire les choses doucement… et pleurer si j’en ai envie, parce que j’ai mal, parce que ça passe pas, ce chagrin,

... bouh ;-) 

Mais il fait si beau, comme chante Vincent Delerm (vous l’avez vu samedi soir ??)

samedi, 24 février 2007

Playlist n°2 !!

Oyé, oyé, voici ma playlist number 2 tant attendue, par moi ! Et je suis super fière d’avoir trouvé les moyens techniques pour que vous soyez en mesure de l’écouter dans l’ordre que je vous propose et après dans votre ordre à vous ;-) Elle est toute fraîche, toute nouvelle, et je vous souhaite de pouvoir en profiter et de me dire si vous l’aimez ou pas !
Bon WE !!
PS : soyez indulgents, j'ai eu des problèmes de mise en page, grggrrr...
 
V.Delerm, Sous les avalanches The Dandy Warhols, Horse Pills The Servant, How to destroy a relationship ? The Magic Number, Take a chance Block Party, I still remember Ghinzu, the Dragster Wave Duke Special, Free wheel 30 seconds to Mars, Was it a dream ? South, Paint the silence Depeche Mode, Lilian Indochine et B. Molko, Pink Water Razorlight, America Nelly Furtado, Meneater Muse, Map of the problematique Cold Case – es posthumus – Nara Pink, U + Ur Hand The Guillemots, Annie, Let’s not wait The Raveonnettes, My boyfriend’s back

samedi, 06 janvier 2007

Five things about me you will know ;-)

Eh oui, tout arrive puisque j'ai été "taguée" par  Titus ;-) selon son expression !!!

Après la première surprise passée, je me décide à relever le défis et à vous livrer cinq choses de moi que vous ignorez, semble t-il ?!!

  1. Mon sourire a qqch de Tennessee, non, je blague, mais il est un fait certain qu'il ne laisse pas les gens indifférents... Je ne m'en rends vraiment pas compte, et suis toujours surprise lorsqu'on m'en parle ! Parce que, s'il me caractérise, je sais aussi que, d'une part, il peut cacher une vraie timidité/réserve ou un moment où je ne sais que dire, et d'autre part, mes ami(e)s ne savent pas quoi faire lorsque je ne souris plus/pas.. parce que ça veut dire que ça va pas très bien... 
  2. Les pays qui me sont chers : le Japon, depuis longtemps ! J'ai appris le japonais pendant un an, y suis allée une seule fois rendre visite à ma corres' japonaise, et n'ai qu'une envie, retourner là-bas et reprendre des cours de japonais... et sinon, la Finlande où j'ai passé quatre mois formidables, des rencontre, des paysages superbes, des sensations différentes, le sauna, les aurores boréales, et suis revenue en France tellement déconnectée que pendant la première semaine, je n'arrivais plus à parler français, pensant et faisant tout en anglais... C'était plutôt fun ;-)
  3. Je ne suis pas une amoureuse de l'informatique et des pc, oui, je sais, ça va vous paraître étrange, mais c'est un fait évident ;-) Rien ne m'énerve plus que de ne pas arriver à mettre des trucs en forme comme je le souhaiterais, sur mon blog entre autre, tel que ma radioblog, les tags avec les clouds bidul... Malgré la très sympathique aide de l'équipe formidable de u-[lik]
  4. J'ai serré la main du Pape Jean-Paul II, et j'ai ressenti qqch de très étrange, une paix intérieure, un truc venant de l'espace... Je suis super fière ;-) Bon, maintenant, je crois plus vraiment à cette religion, mais c'était un "drôle" de moment.
  5. J'adore (en vrac) : lire, écouter de la musique, danser, rire, "les hommes en général et le "futur mien" en particulier", mon chat, la mer, le sauna, les massages, dormir, voir mes ami(e)s, rencontrer des gens, écrire, le théâtre ...
Et je passe le relais à Serge, Mimie, Flyintiger, Politicus et Naturel ;-)
 
A vous lire ;-)

jeudi, 14 décembre 2006

La Vie Sans béquilles !

Eh oui, tout arrive ! Enfin ! Ouf, plus rien à l'horizon ne me soutient, plus rien ne m'empêche de prendre les choses à ma portée dans les magasins (enfin, pas trop haut et pas trop lourd), je recommence à avoir une vie plus trépidante, plus normale, plus sociale aussi, et je renoue avec le métro parisien (qui finalement, même si je l'aime bien, ne m'a pas manqué tant que cela... enfin, les gens dedans, en réalité !!).

Quel plaisir et délice de fouler de mes pieds, le sol parisien, enfin, changer de chaussures, et quitter mes converses basses en cuir noir que je ne quittais plus depuis le 25 août, jour malheureux de ce bête accident... Enfin, commencer à remettre mes jolies chaussures, en particulier mes bottes cavalières ...

Ahlalala, vous ne pouvez imaginer à quel point je me délecte de dérouler ma cheville comme me le conseille mon kiné, qui est qqn de formidable ! Parce qu'avec une seule séance, il m'a permis de lâcher cette dernière béquille qui m'empoisonnait la vie...  [Il a quand même remis l'astragale en place ;-)) : c'est un os pivot du pied puisque c'est par lui que passent en totalité les contraintes pondérales d'appui au sol... (seconde de littérature médicale :-)).]

Que ça fait du bien de se sentir comme libre, sans cette béquille que je ne savais pas quand j'allais enfin laisser tomber, et qui me désespérait le coeur et l'âme et le corps... me demandant si j'arriverais un jour à remarcher, tout simplement ???

Mais alors, que c'est fatigant physiquement... Ca, je peux vous le dire !! Je rentre sur les rotules le soir et n'ai qu'une envie, c'est de m'endormir, mais en général, je veille et tout cela, bien trop tard, et donc, là, je survis sur un rythme effréné, mais que je me dois d'arrêter au risque de tomber malade, et ce serait dommage...!!

Le kiné n'a quand même pas été hyper rassurant lors de la 1ère séance : il m'a dit qu'il n'était pas sûr que je récupère complètement...ma cheville ... (là, je lui ai affirmé le contraire, nah !) et également que le tendon d'achille avait "trinqué" dans le plâtre... Ca, j'avais bien vu ! Mais bon, je suis entre de bonnes mains, alors, je ne m'inquiète plus trop ! 

Sauf que je me suis permise de lui dire au kiné : "attendez-vous à ce que je récupère vite (je suis une fille sportive ;-)), et il faudra me freiner ..." Je me demande s'il l'a bien compris, et s'il s'est rendu compte..!!!

En tout cas, vous l'aurez compris, je r-e-v-i-s... 

samedi, 25 novembre 2006

La théorie des portes ouvertes ;-)

... Ou celle des portes fermées ... ;-)

Accrochez-vous, ça va "déménager", mais seulement un court moment...

Imaginez-vous, un seul instant, rouler en voiture les portes ouvertes ? Non, bien sûr ! Imaginez-vous un train roulant les portes grandes ouvertes ? Non, également ?

Imaginez-vous une maison ou un appartement... La porte d'entrée, vous la fermez, n'est-ce pas ? et les autres portes la contenant, vous en faites quoi, dites ??!??

Parce qu'au NML, ce qui fait loi, c'est la théorie des portes fermées, ben oui. Ne me demandez pas pourquoi, je ne saurais vous répondre, j'en perds, non mon latin, mais plutôt ma capacité à ouvrir la bouche (et les portes ;-)) pour exprimer des "choses" intelligentes/intelligibles, enfin bon bref, qqch de compréhensible, quoi !!

Et moi, ça me sidère cette forme d'intelligence-là ...

... Pas vous ?

... Non, mais, dites-moi, des portes fermées, c'est pas vachement bien ??

Parce que, sinon, ça servirait à quoi les portes ??

Faudrait les enlever parce qu'elles ne serviraient à rien...!!!

Si je ne conteste pas la légitimité qu'une porte puisse être laissée fermée ou ouverte, il me semble capital que la porte fasse ce qui bon lui semble...

Du devenir ou de la liberté du laissé-faire d'une porte, nous ne sommes pas loin...

Alors, je vais vous épargner ces réflexions de philo à deux balles surtout le matin.

Il n'empêche, au NML, c'est la théorie des portes fermées qui fait foi et loi, et je ne vois pas la peine de polémiquer sur cette étrange conception de l'esprit... 

mardi, 17 octobre 2006

Bruits de couloirs...

Ma boss s’habille en Prada, vous vous souvenez ? Je pensais juste faire un titre un peu délire sur un sujet léger, mais je me suis aperçue qq jours plus tard qu’elle arborait effectivement un sac Prada, rouge qui plus est !!!

La vie professionnelle de Laurenn est un spectacle vivant, un théâtre à la Shakespeare, une comédie si on prend le recul ultra nécessaire… 

La Prada en question est en plein marasme amoureux (ie, elle divorce de son Jules). Je comprends qu’elle en souffre, mais faire passer toutes ses crises d’humeur sur moi, non, je suis pas d’accord… 

Donc, « régulièrement », enfin, lorsqu’elle commence à monter sur ses échasses à mon égard, je la remets gentiment à sa place… soit, dans son bureau ! Oui, je ne manque pas d’humour, vous conviendrez ! 

Elle se mêle de tout ce qui se passe à notre étage, veut tout savoir de la vie des uns et des autres, et s’implique à l’extrême… Elle aimerait faire pareil avec moi, mais non, je ne suis pas d’accord…

Je me protège comme je peux, je me protège d’elle et de l’autre assistante un peu beaucoup envahissante qui parle très fort, bouah ! 

Elle a un côté complètement à côté de la plaque qui me fait halluciner et hurler de rire…

A 33 ans, elle déjeune avec son papa (daddy chéri ou selon Marilyn Monroe, « My heart belongs to daddy… »), jusque là, rien d’anormal… sauf, peut-être, que ce dernier lui offre une méga paire de bottes d’un créateur dont j’ai oublié le nom tellement j’étais dépassée par cette futilité ambiante…. Qui caractérise souvent les gens qui sont à l’Ouest… 

Vous connaissez peut-être ce créateur ?? Il prête ses accessoires dans de nombreux films au cinéma… la semelle de la chaussure est rouge…

Je m’en vais regarder d’un autre œil les films, maintenant…. !!!! 

Quand je vous disais que la Prada s’habille en rouge…

PS : je ne suis pas jalouse de ses bottes, j'ai déjà les miennes ;-)

jeudi, 28 septembre 2006

In the fourmillière - Le diable s'habille en Prada

Ma boss est un dragon, selon les jours, selon SES jours pour être exacte, et là, je peux l'être donc...

Depuis le début de la semaine, l'atmosphère au bureau a changé, ... à mon égard, forcément. Loin de moi l'idée de me poser/porter en victiiimmmeeeeuh, j'ai tout simplement horreur de ça, donc, question suivante ?!! 

Mais c'est la réalité (odieuse réalité, en vérité !)...

En fait, le WE dernier, l'autre équipe a passé le WE ensemble, bref, un WE d'équipe quoi. Jusque là, rien de plus normal. Sauf que les deux autres assistantes m'ont descendue en flêche, et donc, ça parle à voix basse lorsque j'arrive au moment inopportun !

Je fais celle qui ne voit pas, car en plus, je trouve ça d'une extrême puérilité, non ? De plus, elles jugent sans avoir pris la peine de me connaître... Et surtout, elles ne savent pas de quoi je suis capable.... Non, je ne suis pas un démon, je me protège juste un peu, et toc !

Et donc ma boss, un peu influencée par une des avocates de l'autre équipe (et qui habite à deux pas de chez moi, horreur..) se prend pour Dark Vador, ou le Diable en personne, bref, elle s'habille en Prada !

Non, sans blague, ses humeurs, elle a du mal à les gérer, et donc, tout est prétexe à critique dans mon travail...

Genre, mon niveau d'anglais qui aurait changé en 15 jours !!! Je suis morte de rire !

Le mieux, c'était quand même cet après-midi. Elle m'appelle telle une furie parce que je ne lui aurais pas remis l'intégralité du jugement et donc, elle ne pouvait pas interjeter appel... sauf que la connerie c'est pas moi qui l'ai faite, c'est l'autre avocat, et toc...

Et je peux vous dire que je ne me suis pas gênée pour lui faire entendre ce qu'elle devait entendre, nah !

Résultat, elle est rentrée furax d'avoir perdu son temps (ce que je peux comprendre), mais elle s'est déchaînée sur toutes les corrections des différents courriers que j'avais tapé sous audio, donc, selon ses instructions.

Après qu'elle soit repartie en disant "ça ne va pas du tout...", elle est revenue, et j'en ai profité pour lui demander ce qu'elle avait écrit ça et là...

Et là, victoire... Elle m'a dit : "ah oui,  ça veut pas dire grand chose... Il faudrait mettre...."

Demain, si elle ne se calme pas, je vais lui "remonter" les bretelles, façon Laurenn. Elle risque d'être surprise...

Sauf que demain, on déménage mon bureau pour que je sois moins éloignée des photocopieuses etc. (moins à marcher & me fatiguer, because plâtre...)

Et donc, je me retrouve en plein coeur de la fourmillière (ie, là où sont concentrés tous les avocats, et où il fait super chaud...), comme je l'ai prénommée... 

Ca risque d'être un peu chaud avec les deux autres, mais en même temps, cela permettra aux autres avocats de voir comment je travaille, que je suis concentrée, pas dispersée et très organisée... Nah again !

Y en a marre de tous ces gens odieux....

mercredi, 27 septembre 2006

Du chocolat

Mordre la vie à pleines dents, la mordre avec du chocolat dedans, miam, miam !

Qq WE en Belgique m'ont totalement convertie au chocolat belge que je trouve le meilleur au monde... Et puis, les Belges, quel peuple étonnant, gentil... j'adore , je suis (presque) conquise ;-) Promis, j'arrête là mes digressions...

Alors, le chocolat belge, une fois qu'on y a goûté, on devient vraiment exigeant avec les chocolats qu'on mangera par la suite... Je ne jure que par lui le chocolat belge, que par le Wittamer... eventuellement le Neuhaus.... C'est dire ;-)

Et donc, depuis ces WE en Belgique, le café (sans sucre) appelle le chocolat obligatoirement, forcément...

Alors, lorsque je commande un café dans un bar et qu'il n'y a pas de chocolat, je fais mon plus joli sourire et je demande gentiment et poliment si je ne pourrais pas avoir un carré de chocolat avec... Bah oui, ça me rappelle de jolis souvenirs, mais aussi et surtout la douceur du chocolat qui fond dans la bouche, quel bonheur...

Et en général, je l'obtiens, non à la force de la cheville (je vous voyais venir !!) mais par la grâce de mon sourire...!

Et vous, vous êtes café + chocolat, café sans chocolat ??

Ah oui, parce que j'ai oublié de vous dire qu'au cabinet, y aussi du chocolat avec le café... pas mal, non ?