Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 01 mai 2008

Déracinée ?

Ca vous rappelle qqch ? moi, oui, infiniment : un moment presque de béatitude, son concert au Grand Rex il y a un an déjà, et sa musique qui se rappelle doucement, tendrement à mes oreilles :

 

podcast

Je crois qu'elle me fait définitivement penser à l'été, aux vacances, à la douceur de la vie, à cette petite maison à la campagne à laquelle je rêve, j'aspire...

Et ce temps qui passe à la fois rapidement et tellement lentement. Je voudrais revenir en arrière et aussi le faire s'accélérer, revoir le sourire de Philippe en vrai, le serrer dans mes bras et poursuivre notre discussion où elle s'est arrêtée.

Alors, oui, je sais que j'ai pu lui dire tout ce que j'avais à lui dire de son vivant, mais il me manque, je ressens son absence, tout comme je ne la ressens pas..

Ca me rassure et me console.

Je veux une vie plus douce et qui me ressemble tout à fait. Je n'aime pas me battre pour des futilités avec les gens, même s'il y a de choses pour lesquelles j'ai certains principes... 

samedi, 26 avril 2008

Joyful Girl ?

Y a des jours comme cela, y a des semaines comme ça aussi.

Et puis y en a des différentes, de vraiments différents.

Tout d'un coup, l'atmosphère change, l'air s'humidifie et me voilà à nouveau projeter sur le devant de la scène : oh non, pas dans la cage/fosse aux lions pour m'y faire dévorer toute crue, mais sur l'estrade (comme au théâtre) pour développer et avancer mes idées, mes propositions...

Ma lutte à moi est quotidienne, finalement.

Alors, pour me donner du courage, pour continuer à avancer sur mon chemin de Vie, je m'arme de force et courage et relève la tête, et repars :-)

Ma recette, toute simple, passe par de la musique à outrance et de la lecture et du repos.

La musique tourne en boucle, encore plus que jamais et parmi cette dernière, j'ai découvert Duffy


podcast


et Ani Difranco.

 

free music

 

Deux styles de musique complètement différents, mais qui me vont bien l'un et l'autre. Chez l'une comme chez l'autre, une énergie communicative, une voix plus ou moins douce, mais un timbre qui m'attire.

Dans qq jours, je suis en vacances, je m'en réjouis ;-)

Je vais me retaper, quand bien même je suis plâtrée...Je revois la vie en rose ;-)

dimanche, 13 avril 2008

Memories of Jazz

 

Last Monday I have been to a Jazz Club in Paris, a famous one, and I heard some Jazz music, one of my favourite artist, Django Reinhardt. he was not there, of course, as he died long time ago, but one fiddler, Tim Kliphuis was... He was sooo good, playing violon with art, sensibility and serenity. I loved it, I love his play. He was with the Rosenberg trio, whom I discovered. There were absolutely fantastic... And this Tim's show could show you how good musician and fiddler he is...

jeudi, 10 avril 2008

Je déteste le jeudi ou comment va la vie ?

free music
 

On va faire rapide : des fois ça va, des fois pas.

Mon boss me casse les pieds : il recommence différemment son harcèlement, m'agresse verbalement devant les uns et les autres, et finalement se contrefiche de ce qu'il peut exprimer. Le problème, c'est que cela me destabilise complètement. Résultat, je ne suis pas efficace comme je le voudrais.

Le pire là dedans, c'est que tout est fonction de ses humeurs, pire qu'une fille, résultat, je me demande si c'est pas lui la fille plutôt que moi !! Et l'autre chose pire est qu'il fait le joli coeur avec tous : avec les hommes (heureusement, tous ne sont pas dupes) et avec les nanas qui se laissent séduire d'une façon que je qualifierai d'obscène... Je repense à ce qui se passait dans les 80's-90's : la promotion canapé, y a un peu de ça en lui... beurk

Heureusement, toutes ne sont pas dupes, et donc, sont mes copines, mais elles ne sont pas nombreuses !

Et y en a d'autres qui lui font croire être sous son charme alors qu'en fait, elles le craignent, et plongent tête baissée dans l'acceptation de ses moindres demandes... professionnelles... Alors ok, ça reste professionnel, mais vous verriez la façon dont il les regarde (pour ne pas dire autre chose)... Ca me donne envie de vomir.

Et puis sa façon de m'épingler comme aujourd'hui, et devant le n°2 et d'autres. Et le n°2 qui arbitre, en essayant de ne pas froisser la subtilité de l'un et de l'autre, sans dire qui a raison ou pas, mais en argumantant... J'espère qu'il voit mon changement de couleur sur mon visage.

Ca me fait suer de voir combien tout cet umbriglio me brise, me fragilise...

Les résultats ne se sont pas fait attendre : après-midi maussade moralement, une 1/2h d'alto catastrophique (j'ai même quasiment cassé une corde... demain midi, je suis chez le luthier !!) mais j'ai réussi à trouver l'énergie de me bouger et donc de courir jusqu'à mon cours de hip-hop : là-bas, je me suis donnée à fond, et au retour, j'ai pris un bain bien chaud, ça fait le plus grand bien tout cela.

Surtout, se focaliser sur des petits bonheurs de la vie pour qu'elle me soit plus douce : le violon alto, le hip-hop, la samba, les ami(e)s présents, le ciné, la musique que j'écoute en boucle (cf en introduction)...

PS : ah oui, je déteste le jeudi, vers midi plus précisément, heure et jour de décès de Philippe.... 

lundi, 31 mars 2008

Revisiter

Le temps d'une séance, le temps que se suspende le vol des oiseaux par la fenêtre éclairée de cette lumière printanière, le temps...

Un album aux accents anciens, aux couleurs presqu'éphémères mais que mon coeur n'a pas oublié, même lointain... 

L'artiste se nomme Fiona Apple. Vous la connaissez certainement sous ce titre :

free music

 
Et puis, y en a eu d'autres, telles, en vrac :

 

free music

 

Ou encore celle-ci :
 
free music
 
Et puis tout cela fait que je me retrouve ici, là, à vous parler de musique alors que je sors du ciné pour avoir vu un film qui m'a laissé sur ma faim, qui m'a déçue et que je ne recommanderais pour rien au monde : il s'agit de "Paris", le film de Klapisch...
 
En dehors de la musique - et encore - le scénario est vraiment ridicule, pour ne pas être plus blessante... Alors c'est vrai que je ne serais jamais une critique de films, car je ne suis pas cinéma, mais là, je dois dire que je me suis laissée bêtement influencée par les jugements des uns et des autres, des ouïs-dires et je m'en veux de m'être laissée si bassement avoir ;-) J'espère bien que ce sera la dernière fois !
 
Et vous, c'est quoi votre dernier ciné ?

23:38 Publié dans Musique, Paris | Lien permanent | Commentaires (2)

vendredi, 21 mars 2008

Finally

free music

  

 

Deux dimanches consécutifs où il pleut, et me voilà tournant comme un lion dans sa cage, assoiffé d'espace, de liberté, d'air qui s'engoufre dans mon cou, mon sweet et mes roller blade qui filent à la vitesse que je désire... Je n'ai pas encore le style des rollers bladers avec la musique sur les oreilles, mais j'ai au moins des lunettes de stars !

Je compense, dirons-nous en parcourant Paris, en long, large et en travers, à la rechercher de... euh, ben, je ne sais pas bien. Ou plutôt si ! une forme de fuite en avant, une envie d'air, d'épanouissement, et d'ailleurs surtout.

Ma platine fait défiler en boucle l'album de Télépopmusik, Angel Milk, que j'adore !

J'ai pleins de trucs qui, temporairement, me font du bien au coeur et au corps et à l'esprit : 

  • Le thé vert à la vanille qui est d'une douceur sur la langue incomparable...,
  • Le cappucino du Starbuck, de n'importe quel Starbuck, en fait ! (quelle ruine au final !)
  • Les livres de Simone de Beauvoir : whaouh, je suis scotchée, ça me parle tant ce qu'elle écrit, je n'arrive pas à descotcher de son écriture...
  • Le sport en général
  • La tisane, le soir, avant de m'endormir
  • ma couture, mon point de croix, mon tricot, enfin, quand je m'y mets, lorsque je ne suis pas scotchée à mon pc - comme si j'en avais pas marre de faire déjà près de 10h d'écran, je remets cela le soir, diable !
  • La danse que j'ai repris, quand même et avec laquelle je vais redevenir assidue !
  • La rando : je remets cela le we prochain... J'ai hâte, c'est peu dire, l'air vivifiant, l'air pur, la montagne, enfin, la pluie, peut-être, la neige sait-on jamais ? Mais la joie et la délectation de pouvoir aller au bout de soi dans cet échange avec la nature, à fond... Juste pour le plaisir des yeux
  • Les produits de beauté du Dr Hauschka, génialissime pour ma peau archi fragile/sensible/réactive... ;-)
  • La confiance en soi, essentielle, la zénitude par le yoga chaque matin, qq minutes, fascinantes, la méditation que je devrais pratiquer davantage
  • Les projets à plus ou moins courts termes que je formule, on verra s'ils voient réellement le jour !
Et vous, c'est quoi vos petits trucs pour voir la vie en rose, même quand votre univers s'annonce morose ?


 

 

mercredi, 19 mars 2008

La pluie

free music

 

 

Je relis - certes, en diagonale - Où es-tu ? (d'un auteur trop connu et critiqué) mais cette histoire trouve une résonnance/raisonnance particulière au fond de moi.

Surtout avec cet extrait :

L'enfant fixa Mary droit dans les yeux, sa lèvre inférieure tremblait :

    "Dans mon pays il pleut, mais pas des pluies comme ici, des vraies, qui tombent pendant tellement de jours qu'on     ne peut plus les compter. Et la pluie chez nous, elle est si forte qu'elle finit toujours par trouver son chemin pour entrer sous ton toit, et elle coule à l'intérieur de ta maison. Elle est intelligente la pluie, c'est maman qui me l'a dit, toi tu ne le sais pas, mais il lui en fait encore plus, toujours plus."

(...) 

   "Alors, elle cherche comment aller plus loin, et si tu ne fais pas très attention elle fnit par atteindre son but, elle se glisse dans ta tête pour te noyer, et quand elle a réussi, elle s'enfuit par tes yeux pour aller noyer qqn. Ne mens pas, je l'ai vue la pluie dans tes yeux, tu as eu beau essayer de la retenir en toi, c'était trop tard, ty l'as laissée entrer, tu as perdu !"

(...)

    "Elle est dangeureuse la pluie-là, parce que dans ta tête elle enlève des bouts de ton cerveau, tu finis par renoncer et c'est comme cela que tu meurs..."

Y  t'il qqch à rajouter ? Je ne crois pas, tout est dit, on ressent la détresse de l'enfant qui a perdu sa mère, la mère adoptive qui ne sait comment s'y prendre avec cette enfant, certes déconcertante, mais tellement pleine de vie.

lundi, 17 mars 2008

Two months left

free music

 

Voilà, ça fait déjà deux mois que Philippe nous a quittés pour toujours.

Je n'arrive pas - toujours - à y croire, et pourtant, pourtant... La musique, celle de cet album de Telepopmusik, me berce, éperdument pendant mes longs et grands moments de solitude humaine que je vis dernièrement. Cette solitude, j'en ai besoin, et en même temps, pas, mais je n'arrive tellement pas à m'exprimer sur un autre sujet que lui que je dois être agaçante pour les gens qui m'écoutent...

Il me manque tant, nos échanges, nos partages, perdre un être cher, qu'on a tant aimé, et vlan, la maladie qui le rattrappe, tout me semble tant irééel... c'est comme ces nuits sans sommeil, cette quasi-absence de faim, sauf pour m'empêcher de penser, de penser à lui qui est parti, étouffer cette douleur muette...

Que seul mon regard transparent face aux autres éprouve, finalement...

Avec cette absence tellement brutale, je pourrais en perdre la raison, mais le job que j'ai en ce moment est tellement intense, que je fais face à tout cela, ces responsabilités tuantes, mais qui sont vraiment bien, car, au moins, je reste en vie, même si, je n'ai pas tant l'impression de l'être : ai encore failli passer sous le bus pas plus tard qu'hier...

Il y a toujours cette double vie que je mène, de façon moins brutale, mais quand même. Lorsque le chagrin me surprend, s'il ne se met pas en marche tout de suite, il dure, dure, comme une source qui commence à s'agréger, et qui, une fois ouverte, aura du mal à s'arrêter... Et ma réalité au travail, la vie de tous les jours, le sport que je pratique tant et qui me va bien, je crois.

It's for you, my Dear, as you called me...

samedi, 15 mars 2008

Samba !

Juste pour le plaisir des yeux... Mon prof de salsa, d'originie brésilienne, un extrait de Samba, que j'ai testée hier soir.... cours que je garde !! Tout comme le cours de hip-hop ! YOUPI

jeudi, 13 mars 2008

Hip-Hop part 1

Voilà à quoi ça ressemble... Et je peux vous dire que ça donne la pêche et on n'a pas le temps de penser au boulot et aux prises de becs avec le boss !!

mardi, 04 mars 2008

Pour Philippe

free music

 

 

One day your story will be told
One of the lucky ones who's madz his name
Beneath the lights of your deserved fame.
And it all comas round.
Once in a lifetime like it always does.
Everybody loves you 'cause you've taken a chance,
Out on a dance tothe moon, too soon.
And they'll say told you so.
We were the ones who saw you first of all.
We always knew that you were one of the brightest stars.
One day they'll tell you that you've changed,
Though they're the ones who seem to stop and stare.
One day you'll hope to make the grave,
Before the papers choose to send you there.
And it all comas round.
Once in a lifetime like it always does.
Nobody loves you 'cause you've taken a chance,
Out on a dance tothe moon, too soon.
And they'll say told you so.
We were the ones who saw you first of all.
We always knew that you were one of the brightest stars.
And they'll say told you so.
We were the ones who saw you first of all.
We always knew that you were one of the brightest stars.

dimanche, 17 février 2008

One month, already

I miss you so deeply It is so hard to live As though, you are not there anylonger. I miss you so Love you 

free music

jeudi, 24 janvier 2008

Dire au revoir à Philippe

Le temps sera bientôt venu de lui dire au revoir, effectuer un A/R à Bruxelles pour être présente à ses obsèques... Ah, que cela va être dur et difficile, surtout quand je réalise que la dernière fois que j'y suis allée, c'était pour le revoir et le serrer dans mes bras, et que là, ça va être pour l'enterrer, vous imaginez-vous la grandeur de ma douleur ?

En même temps, je ne suis pas la seule à devoir affrontrer cette dure réalité, ses parents, ses frères et toute sa famille... et les amis.

Ce qui est terrible pour moi est d'avoir senti qu'il allait mal la semaine dernière, d'avoir ressenti son départ, jeudi soir, on ne se refait pas.

Ce qui est aussi "fantastique", c'est de  savoir que Phil est parti en laissant les choses au clair derrière lui : il avait préparé ses obsèques, son testament, bref, tout fait (je crois) pour que ses parents se sentent moins démunis... comme s'il savait qu'il était condamné...

Ah, saleté de maladie.

Mais, il me laisse tant de bonheurs, de pensées, de joies dans le coeur que ce soir, ça ne va pas trop mal par rapport à dimanche et lundi soir où j'étais totalement ravagée.

J'ai retrouvé une chouette photo de nous deux qui date de 2004 je crois et on est vraiment mimis tous les deux : il regarde l'objectif et a mis sa main sur mon épaule, c'était un très chouette moment, dont je me souviens parfaitement...

Donc, le plus dur, c'est cette semaine, la regarder passer lentement et ayant conscience de cette échéance  samedi, reprendre ce train, dormir à l'hôtel et rentrer le samedi soir - pas toute seule heureusement - et le dimanche, ce sera rollerblade, ça me fera du bien.

Et devoir se composer un visage plus ou moins digne au boulot, mais en même temps, je ne gère pas ce chagrin, alors j'ai prévenu mes bosses, et l'un d'entre eux semble comprendre... Je ne souris plus ;-) c'est un signe, croyez-moi.

Mais samedi, je serais courageuse pour faire honneur à Phil et lui dire qu'il était la vie incarnée alors, je ne me laisse pas abattre.

jeudi, 17 janvier 2008

Paul Mc Cartney - Live and let die

lundi, 14 janvier 2008

Beatles mania, part 2 !!

There are places i'll remember All my life though some have changed Some forever not for better Some have gone and some remain All these places have their moments With lovers and friends i still can recall Some are dead and some are living In my life i've loved them all But of all these friends and lovers There is no one compares with you And these memories lose their meaning When i think of love as something new Though i know i'll never lose affection For people and things that went before I know i'll often stop and think about them In my life i love you more Though i know i'll never lose affection For people and things that went before I know i'll often stop and think about them In my life i love you more In my life i love you more