Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 12 septembre 2007

L'Amoureux

L'Amoureux, transis, quelle genre d'espèce est-ce ?

Un homme comme les autres, comme le chantait P. Kass ? Une femme comme une autre peut-être ?! Le reflet de ton visage dans la coupe qui t'accompagne m'enivrerait davantage que le fumet de ce caviar.

Poète à mes heures, ou, lorsque je désespère, je demeure, telle Apolinaire et te tiens tête car j'ai du caractère ;-)

Egalité entre nous deux, oui, je veux, pas de défiance, pas d'animosité, mais beaucoup d'onctuosité, telle la crème fouettée sur la boule glacée...

Bonne nuit petit chat ;-)

 

lundi, 10 septembre 2007

Mariages !

 8c7196254e5f3d0f5455b8b55907d0cf.jpg

Ca y est, le compte à rebour a commencé... pour les deux mariages auxquels je suis invitée ... Dans moins de 10 jours, je marie my best friend... et je remets cela la semaine suivante, en Italie, s'il vous plaît, pour une autre personne très très proche de moi...

Alors, émotions, émotions, ben oui, super présente !

Heureusement, je me suis prise vraiment à temps pour réunir tous les éléments pour être topissime ce jour-là ! Va y avoir des surprises !! Je crois n'avoir laissé aucun détail au hasard... et cela me soulage de savoir que de ce côté-là, c'est ok !

Une fois que ces événements seront passés, je ne manquerais pas de vous les faire partager avec qq photos de ma tenue et de l'ambiance de la fête !

Je suis super impatience... 

lundi, 27 août 2007

Revenir

Je suis rentrée il y a près d'une semaine, mais n'ai pas été assidue du tout ici... Et voilà que je ponds cette note alors que je suis au boulot... Hum, pas très sérieux tout cela.

En vrac, avant de vous faire des posts plus structurés (!!), j'ai passé d'excellentes vacances, un peu courtes mais vraiment bonnes !

J'ai passé beaucoup de temps avec ma maman que j'aime très très fort, avec mon chat que j'aime énormément aussi et un peu avec mon frère, un peu avec des amis à Lyon, et ceux de la rando de l'an dernier en plein pays des Ecrins... un pur moment de bonheur même court !!! Des photos/images à tomber par terre...

Un retour à Paris un peu brutal, mais nécessaire, la certitude/l'impression que ma vie future n'est peut-être pas à Paris, mais peut-être au fin fond d'une montagne à élever qq chèvres ou encore et toujours, ce qui revient sans cesse dans ma tête qui bouge, bouge... l'humanitaire qui me guette encore... L'Afrique, l'Asie du Sud-Est, le Tibet, l'Amérique du Sud...

Que de continents, de pays que je souhaite découvrir, sur lesquels je souhaite poser mes deux pieds et les parcourir à pieds justement...

Des projets et idées ont germé dans ma tête, je ne manquerais pas de vous les faire partager...!

C'était un bel été...

Bienvenue chez moi !

mercredi, 01 août 2007

A l'eau ?

Help, comme ont chanté les Beatles ?

Y a un peu de ça ! Mais pas tant que ça, non plus !!

En fait, j'ai fait du grand Laurenn ce we, vraiment, et ce, involontairement... Ce qui fait que je suis obligée de vous écrire depuis le boulot, chose qui ne m'enchante guère...

Ce we est arrivé ce qui me pendait au nez depuis plusieurs mois, à savoir, la catastrophe interplanétaire... oui, si peu ;-) !!!

Je vous explique : tout comme WentworthLady l'a écrit précédemment, je fais beaucoup de choses devant mon pc : je consulte mes mails, j'écoute de la musique, je surfe sur mon netvibes et je bois du thé, du café, je mange, bref, c'est la chose qui remplace la télé, des fois la chaine hifi, mon chat, etc, etc...

Et donc, je fais beaucoup, beaucoup de choses en même temps (comme au boulot, ou dans ma personal life !)

Et voilà que, pendue au téléphone ce dimanche matin, me lamentant du temps parisien pourri (il pleuvait des cordes, le rdv au Parc Floral ne pourrait se faire ;-(), je surfais sur Internet et écoutais FIP... tout en sirotant mon tout nouveau thé que j'adore, une sélection spéciale de Ladurée (oui, parfois, j'ai un certain goût !), et puis, là, CATASTROPHE !

Je ne sais ce qui s'est passé, mais ma tasse de thé m'a échappé des mains, elle a voltigé en l'air, son contenu se déversant sur le pc portable, la moquette éperdument et sur la Freebox... mais ne s'est point brisée puisque je l'ai rattrappée entre temps... Sauf que le thé, non ;-( !!!

Je vous le donne en plein dans le mille...

Voilà le résultat :

  • ma conversation téléphonique s'est interrompue, et n'a pas reprise...
  • ma moquette a été aspergée, mais sauvée (ouf, je suis locataire !)
  • ma freebox a continué de fonctionner mais depuis dimanche soir recherche le réseau pour se connecter, pas engageant ce truc !
  • la souris tactile... en a pris pour son grade, mais grâce au sèche-cheveux, le pc n'a rien...

Bref, je n'ai plus de connexion, plus de téléphonie illimitée et aussi plus de télé !

Un mal pour un bien ? Peut-être !

Constatez-le : je ne suis plus scotchée le soir devant mon pc, résultat, je lis, et surtout, j'avance à pas de géante dans mon rangement/tri galérien/vidage de choses inutiles dans l'appart' qui ne demandaient que cela : cela m'a entre autre permis de retrouver les deux mémoires que j'avais écrit et que je pensais perdus puisqu'ils étaient sur le pc de mon ex qu'il m'a volé ensuite...

Et donc, cette absence de connexion me permet de prendre soin de mon intérieur d'une façon plus constante et de me réjouir de l'avancement de ce rangement...

C'est un vrai plaisir ! Ca fait du bien de constater les choses en moins, l'appart' s'aère...

Mais, cela veut dire que je suis moins présente ici, et pourtant, j'ai pleins de choses à vous raconter ... Alors, ça attendra que la Freebox remarche !!

Donc, je ne suis pas encore en vacances, mais ai qq problèmes de connexion qui devraient se résoudre, je pense !

Bonne journée et bonnes vacances à ceux qui y sont !

mercredi, 25 juillet 2007

Swimming pool

2e0f6dbd4d000d1aa2009c7c12f7d381.jpg Non, je ne fais pas référence au film du même nom que je n'ai d'ailleurs pas vu !

Je pense à la chance que j'ai de pouvoir aller à la piscine quand bon me semble l'été puisque j'habite un petit coin paradisiaque à Paris !

Je ne veux pas faire de jaloux non plus, alors, je n'en dirais pas davantage... Si ce n'est que ça devient un formidable lieu de rencontres, finalement (cf musique de Melrose Place) !

free music
 

Je vais la jouer naïve, mais j'avoue que je ne me rends vraiment pas compte de cette possibilité ;-) Et là, ça a pas loupé !

Je rentre du boulot avec l'envie de faire un plouf assez forte, mais pas vraiment de volonté, ou d'entrain, et voilà que je croise un de mes voisins qui me dit "rdv dans la piscine ? "

Bizarrement, la motivation est revenue !

Ok, il ne me fallait pas grand chose pour me motiver, parce que y a entre autre la préparation à la rando de cette été, et aussi l'envie de se rafraîchir.

Mais il m'a fait rire ce voisin, parce que visiblement, il m'avait remarqué dans l'eau, mais moi pas !

Ben oui, lorsque je me plonge dans l'eau, je redeviens une sirène tant j'aime le contact de l'eau avec mon corps, et j'avoue que j'enchaîne ces longueurs avec une régularité effarante, laissant les gens derrière moi, ne m'attachant qu'au plaisir ressenti de l'eau qui file, me porte, me supporte, et me fait du bien...

Et donc, je ne regarde pas autour de moi ! En plus, sans lunettes dans la piscine, tout l'univers est flou, comme lorsqu'on plonge les yeux dans la piscine ! Je ne reconnais personne, ne vois personne, sauf mon corps attiré irrésistiblement vers le fond bleu ;-)

Je retrouve mes sensations d'il y a deux ans lorsque j'y allais très souvent (presque tous les 2 jours), et j'enchaînais les longueurs dans mon bassin fétiche de 50m, en me fixant des objectifs minimaux (700m) mais jamais de max, car je souhaitais que le corps dicte lui-même selon son sentiment de plénitude, ou de fatigue... Ah, que j'ai pu aimer cette sensation...

Et donc, me revoilà évoluant dans les fonds bleus de ma piscine, dans le bleu de mon univers galactique et je redeviens la sirène que j'ai été petite fille !

Ah quel bonheur, plaisir de renouer avec ces sensations, croyez-moi !

vendredi, 20 juillet 2007

Nouvelle expo de Lisanote

Comme vous le savez déjà, je supporte dans le sens anglais mes ami(e)s créateurs, et particulièrement celle créatrice de la marque Lisanote...

Elle est de retour pour s'exposer,en plus, pas loin de chez moi, ça tombe bien !

7c76412569f1c52b87a4e2ca20956bbb.jpg

 

L'expo a lieu du 16 au 30 juillet, alors, n'hésitez pas à faire un tour là-bas.

 

Ci-joint, le flyer qui vous parlera davantage !

 

lundi, 02 juillet 2007

Veiller tard

Je ne sais pas vous, mais moi, plus les jours ralongent, plus je me couche tard... et ça devient catastrophique... pour ma santé, tout simplement !

Ben oui, même si cette vie semi-nocturne ne tourne pas autour d'apéros, dîners incessants, juste le fait de se plonger dans un livre captivant comme je n'arrête pas d'en dévorer en ce moment, ou alors, via la freebox, se connecter sur le réseau cablé maudit de sa télé et rester scotchée devant... des séries américaines un peu débiles (c'est le côté le plus détestable de mon être !)... ben, résultat, je me couche archi trop tard...

Plus les jours ralongent, plus je rafistole mes jours en peu d'heures de sommeil, et vlan, le we, je suis incapable de sortir, de profiter  des gens que j'aime et que j'avais prévus de voir...

Parce que oui, entre la fin du précédent job, le nouveau dans lequel je m'éclate (faut quand même le dire, et ça fait vachement du bien !!!), le stress du précédent que j'abandonne, bref depuis 6 semaines, le we, je suis sur les rotules...

Ajoutez à cela des événements perso qui me bouleversent de l'intérieur intensément, et patatrac, y a plus de Laurenn visible le we...

Ca fait quand même deux we consécutifs que j'en suis réduite à faire la morte, l'avachie, la crèpe sur le canapé, même pas capable de lire, de m'abandonner à la radio et encore moins à cette terriblement poisse télé...

En plus, rajoutez un profond dégoût pour toute nourriture qui passerait sous mon nez, je vous fait une diète improvisée comme cela (même pas mal !).

Sauf que je m'en passerais bien de cet état de larve flasque là, non mais !

J'arrête de m'imposer des commandements imbéciles pour faire place à une profonde écoute de mon petit corps qui souffre... et je dors, je mange pas ou léger, très léger et hop, je suis en forme pour le boulot dès le lundi !!!

Le comble de l'histoire ? Peut-être !

Mais comme j'en ai assez de subir cet état, j'ai décidé d'arrêter de veiller tard et de me coucher avant que l'été ne pointe vraiment son nez ;-)

Mais il est hors de question que je succombe au "terrifiant" métro, boulot, dodo, non !

Je m'aide, je me fais confiance et zou, là, il est l'heure !

Bonne nuit les petits ! 

lundi, 25 juin 2007

1998...

Souvenirs d'une année spéciale, particulière... Comme celle-là pour ceux-là, chanson que j'adore, j'adore, comme leur album, Adore...
 
Mais je m'égare, quoique?!
 
Souvenir d'une année à la fac difficile car je redoublais ! Mais aussi tellement fun parce que cette année-là, je faisais deux langues étrangères, dont du japonais, et ça m'éclatait et les cours tombaient sur la matière principale alors je rattrapais les cours autrement ! Je faisais des mémo que j'accrochais chez moi, tout était japonais ! Je pratiquais aussi deux sports, danse modern jazz et volley... De superbes souvenirs. Des ami(e)s nouveaux et des fêtes fun...
 
Et le DEUG qui s'est profilé à l'horizon... Mais ce diplôme, chèrement acquis, ne l'a pas été sans douleur : entre les partiels de février, j'ai perdu l'Être qui, sur cette Terre, a compté peut-être le plus pour moi (en plus d'un autre qui me reconnaît enfin aujourd'hui). Entre deux partiels, j'ai dit Adieu à une partie de l'enfant que j'étais encore, j'ai fait cet aller-retour terrible pour te dire Adieu, j'ai essayé de ne pas hurler face à cette douleur sourde et muette qui déchirait mon visage d'enfant, surtout ne pas montrer aux autres combien ce départ était prématuré, tellement...
 
A partir de ce moment, plus rien d'autre n'a compté que de pouvoir lire dans les nuages un signe de toi, dans le vent espérer que tes cendres ont frôlé ma nuque, que partout où je me trouve, tu es là. Et l'évidence, le devoir de continuer, de perpétuer ta vie, en habitant là où tu m'avais vue grandir, où tu m'avais encouragée, protégée. Ton départ, durement ressenti, je suis devenue un peu l'ombre de moi-même, toute de noir vêtue, sans m'en rendre compte, je comptais les jours qui me séparaient de ton éternel départ et je pleurais, je cherchais dans le ciel des réponses, le pourquoi de ta, si, soudaine disparition...
 
Mais les années passent, l'eau a coulé sous les ponts de Paris et je n'ai jamais oublié ton étoile, ta présence près de moi chaque jour, à chaque instant de doute, de bonheur, d'interrogations, de réussites, de peines, de joies... tu as toujours été là, près de moi et ton étoile veille sur moi...
 
Ca a aussi l'année de l'été le plus formidable de ma vie, un cadeau fait de BD de Tintin,de chaussures rouges, de Minouche, de coupe de cheveux à la "Ophely" (cf Folle d'Elle !), de Smashing Pumpkins avec Adore en boucle sur le walkman... les albums de l'été, j'ai toujours été forte pour m'en concocter qq uns...
 
Ca a été aussi l'année de mon retour dans ma ville, Paris, la lumineuse qui m'avait tant manqué, découvrir que tout est possible...
 
Parce que si l'été dernier j'ai, enfin, arrêté de te pleurer chaque jour, de t'en vouloir éperdument car tu étais partie trop tôt... j'ai surtout réalisé que tu continuerais à vivre tant que tu vivrais dans mon coeur et que le cadeau que tu m'as laissé a été d'être incinérée, car où que je sois, tu es là qqpart... et c'est encore ce qu'il y a de plus précieux.
 
Merci mamy
 
PS : je crois que la musique ne passe pas... il s'agit de 1977 des Smashing, de Nobody knows d'Avril Lavigne et de Gothic des Lost Prophets... seulement lorsque je suis en colère, mal, triste... (cf dans my radioblog !)

jeudi, 21 juin 2007

Fête de la musique, dernière minute !

Slone, ce musicien au grand coeur va jouer ce soir, oui ! Je suis très heureuse pour lui et me réjouis d'avance.

Prenez rdv ce soir devant le Virgin (5, bd Monmartre - Paris 2 / M° Grands Boulevards, L8 ou 9)... à 21h environ. Il reste pas longtemps, alors ne le râtez pas !

En tout cas, moi, j'y serais ;-)

A ce soir !!

samedi, 16 juin 2007

Invisible

Il y a un temps pour toute chose.

Le temps pour se construire, le temps pour réfléchir, le temps pour vivre, le temps pour rire, le temps pour manger, le temps pour dormir.

Ce we, j'ai décidé de prendre le temps pour moi, et moi toute seule, de façon très égoïste : être absente pour les autres, mais consacrée à moi-même toute entière et réaliser les dernières choses que je me promets de faire depuis qq mois... car même si je m'y attelle petit à petit, je n'en vois toujours pas la fin et ça m'agace ! 

Et donc, rester à l'écoute de soi-même, pratiquer le yoga, ma nouvelle drogue du we, peut-être de la salsa, peut-être voir des amis et partager un apéro, mais peut-être aussi, méditer, prendre la température du monde en pleine nature, oublier les souvenirs douloureux sur mes rollers, vider les choses qui encombrent mon espace vital, lui rendre la légèreté que je ressens intérieurement, la légèreté de mes mouvements, la cheville déliée, libre, le corps souple et heureux, la liberté de nager dans ma piscine...

Je deviens invisible mais réceptive à moi-même pour moi-même le temps de ce we...

Bon we ! 

samedi, 09 juin 2007

La petite souris

Dans la rue,
J'ai rencontré une souris

Sous la pluie,
Mouillée était Dame Souris ;-)

Je l'ai abritée sous le parapluie
Le mouchoir avec un pli

Elle était concentrée
Elle regardait son reflet

Emerveillée par ce petit être
Je me suis arrêtée sur l'espèce

Mais elle m'a ignorée,
L'ingrate, la mijorée

Finalement, elle repris son cheminement
Sous le regards, ébahis, des passants...

Et, affamée, je l'ai quittée
Pressée de rentrer manger !

mercredi, 30 mai 2007

La pluie

Après avoir passé 10 ans dans le "pot de chambre" de la Normandie et avoir détesté la ville, je détestais la pluie d'autant.

Et le temps passe, la pluie passe, le vent passe, et finalement, elle me passe et me rend presqu'indifférente !

Oui, ça peut paraître d'autant plus fou que j'ai lutté contre celle-ci tant elle m'agaçait : je la voyais s'abattre sur cette ville, sur ma vie entraînant le désespoir ambiant. Je l'assimilais à cette ville que je détestais, ces gens qui se regardaient le nombril sans aucun sens commun d'empathie, d'humanité, une ville repliée sur elle-même... beurk :-)

Alors, en plus, la pluie !

Jusqu'à présent, la pluie ne m'avait pas parue autant agressive, autant sournoise, presqu'humiliante. Là, elle m'apparaissait odieuse, terrible, et ne faisait plus rêver !

Et lorsque j'en suis partie (quel soulagement et la promesse de ne jamais y revenir, même si méga job ou amoureux souhaiterait m'y entraîner !), la pluie s'est remise à redevenir une chose commune, pas désagréable, ni agréable non plus, mais plus aussi asphyxiante... ouf !

De retour dans ma ville fétiche, elle ne m'a pas encombrée, loin de là, m'a permis de voir des vues de la Ville différentes, d'imaginer quelles photos je pourrais prendre, quelles vues... et ça m'a fait rêver et penser à autre chose.

Sauf que là, à défaut de faire beau, il pleut. Jusque là, ça me convient, mais là où ça ne va pas, c'est qu'il fait froid, et le froid humide, je n'aime pas du tout : ça glace le sang et les os aussi profondément que possible, et ça, justement, ce n'est pas possible.

Alors la pluie maintenant reprend un peu les aigreurs du passé, mais pas autant, je préfère la laisser glisser et lui donner le temps de s'écouler lentement sur la ville ;-)

vendredi, 25 mai 2007

Looking for a wedding dress !

Minute mode, légère !

Oui, vous avez bien lu, je suis à la recherche de la petite robe de mariage, mais pas pour le mien (où se cache ma petite moitié ??!) ... !

Donc, je disais, la petite robe de mariage qui "tue" pour les deux mariages qui ont lieu en septembre : l'un dont je suis le témoin, et l'autre, je ne le suis pas, mais il se déroule en Italie, alors, hors de question de ne pas être jolie, archi jolie !

Alors, j'en appelle à vous qui me lisez, si vous avez des suggestions, idées, elles sont les bienvenues !

Donc, on récapitule : je recherche une jolie robe, qui soit jolie et classe, dans laquelle je me sente à l'aise, et que je pourrais reporter. Je ne veux pas avoir archi chaud dedans, mais on ne sait pas le temps qu'il fera mi septembre, hein ??!! 

J'ai déjà éliminé Comptoir des Cotonnier, mais ai peut-être trouvé chez Tara Jarmon : petite robe style empire, avec petites manches rigolottes, un peu robe à smock, découvrant légèrement et joliment la poitrine... encore faut-il trouver ma taille (j'ai essayé en 36 et c'était un peu serré) !! 

Un peu comme ça, quoi !

medium_Robe_empire1.jpgmedium_Robe_empire2.jpgmedium_Robe_empire3.2.jpg

 

Merci d'avance de votre aide ! 

dimanche, 13 mai 2007

Happy Birthday !

Une grande pensée pour mon Beurk préféré dont c'est l'anniversaire aujourd'hui. Je te souhaite pleins de bonheurs, de joies et surtout un beau mariage en septembre ;-) Je t'embrasse fort

jeudi, 26 avril 2007

Le ridicule ne tue pas ;-)

La scène se passe en été, au début de l'été.
 
L'homme, après la dernière bouchée de déjeuner avalée, s'installe dans le canapé. Il allume la télévision et la scrute d'un air absent.
 
La jeune femme qui a partagé ce déjeuner avec lui l'observe attentivement puis vient se lover contre lui. Elle aspire à un peu de calme et de volupté. Les minutes suivantes lui montreront le contraire...
 
L'homme se lève et commence un [long] monologue sur leur couple, leur rencontre, leur histoire, et annonce un sanglant "je veux que ça se termine... il y en a un de plus amoureux dans notre couple..."
 
Le jeune femme, surprise, sort de sa torpeur, et s'étonne. Elle s'étonne d'autant plus de cette phrase, que c'est cet homme qui lui a dit qu'il l'aimait... à grand renfort de romantisme ... C'est lui qui a formulé ses sentiments aussi fort, le premier... le premier !!
 
Le plaidoyer de l'homme continue, ses arguments sont légers, inconsistants, ils ne répondent pas aux questions interrogatives et d'incompréhension de la jeune femme.
 
Cette soudaine décision de rupture la laisse sans voix, et malgré elle, elle pleure, elle ne peut s'arrêter, des larmes de crocodile... Et pleurer devant cet homme qui est en train de la blesser, de la quitter, de lui faire mal, affreusement, honteusement, en lui faisant croire que c'est elle la plus amoureuse, la grande fautive de leur histoire râtée... alors qu'il se contente de p.r.o.j.e.t.e.r. ses propres peines sur leur couple...
 
Ah, le lâche, le gougeat, lui faire cela à elle, me faire cela à moi !
 
[Il ne me méritait pas, la page est définitivement tournée avant la fin de l'été dernier ;-)]