Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 27 octobre 2006

A TNB, alias Tchernobyl

Alors que j'étais lycéenne en internat, je participais à la rédaction d'articles dans un zine pirate d'un lycée dans l'Est de la France... Tchernobyl ou TNB pour les intimes...

Il s'agit d'un de mes meilleurs souvenirs de lycée et d'internat ;-)

Tout cela a été possible grâce à my best friend.

J'ai rencontré l'équipe de ce zine de manière épistolaire et par le minitel, le net avant l'heure quoi ;-)

C'était et cela restera une aventure extraordinaire... J'envoyais mes articles par la poste afin qu'ils soient ensuite reproduits dans le zine qui était distribué dans ce lycée de manière totalement anonyme...

Je regrette juste d'avoir été si loin (700 km nous séparaient) et donc, de ne pas avoir été témoin de tout ce qui se passait là-bas... Bah oui, tous les élèves souhaitaient connaître les quatre rédacteurs !! En plus, j'étais la seule fille, quel privilège !

L'équipe, c'était Chrystall, Honkr, Beurk et moi (Léa) ;-)

J'avais noué une relation vraiment très proche avec Chrystall : une correspondance très importante qui m'a soutenu pendant mes années d'interne avec que des filles (beurk), mes soirs de solitude intense, des échanges d'une rare et belle qualité, intensité...

Des similitudes dans notre façon de penser, notre conception de l'Amour, de la Vie... Il a été la personne la plus présente de ces trois années, et nous avons continué de se lire l'un et l'autre, toujours sans s'être jamais vu...

Ca a duré un long moment, et un été, j'ai pris le train pour pouvoir mettre une voix et un visage en mouvement sur cette écriture qui me disait tant...

 

Cela fait bien longtemps que je n'ai plus de ses nouvelles et il me manque, un peu, beaucoup, terriblement... Il était devenu un confident, une sincère épaule qui me comprenait bien, et surtout qqn dans lequel, j'avais toute confiance...

Je lui dédis ce post, et s'il m'entend, me lit ou pense encore à moi, Chrystall, écris-moi ! 

samedi, 21 octobre 2006

Quand je m'énerve...;-)

Je me suis énervée l'autre jour. Oui, ça m’arrive, pas souvent, mais là vraiment., ils exagèrent ! 

Forcément, le NML est concerné, évidemment, comme dirait France Gall… Mais ça faisait longtemps !! 

Ces batailles qui ont été les miennes, ont duré, duré et reviennent de temps en temps… 

Que dire de tout cela ? L’Alpyne et l’Autre ne seront jamais comme je souhaite qu’ils soient, et je ne serai jamais comme ils voudraient que je sois, surtout pour l’Autre… 

De cette vérité qui m’a tant fait souffrir car je me suis perdue, je me suis cherchée et enfin, cet été, je me suis retrouvée…. Il était temps !! 

Tout part de là, le commencement de tout (cf The Smashing Pumpkins, BO de Batman & Robin, the end is the beginning is the end)… 

Se chercher à travers le regard des autres, des gens qui nous ont vu grandir, qui nous ont les premiers jugé, qui nous ont supporté dans le sens anglais (cher également à l’Autre…), tout cela m’a blessé, m’a perdu, et a été particulièrement douloureux… 

  • Tant de reproches supportés pour me faire croire à ma Vérité, qui n’était pas mienne mais leur,
  • Tant de nuits agitées, sans sommeil, perturbée que j’étais par ces délires humains,
  • Tant de larmes versées car passées à chercher qui j’étais, qui je suis….
  • Tant de choses à comprendre,
  • Tant de gens rencontrés pour savoir qu’ils ne me correspondront pas, et tant de choses encore…

Réaliser cet été que je suis redevenue MOI, que je me suis retrouvée, que je serais toujours telle que je suis, que je me suis manquée et que je suis heureuse d’être qui je suis… 

Et qu’en l’écrivant de plus en plus ici (et navrée de vous agacer avec ces posts de ce goût), je me dis que je suis fière d’avoir continué à me battre pour une juste cause… 

…la mienne, tout simplement… 

A vous tous qui me lisez et qui essayez de comprendre qui je suis, les déserts que j’ai pu traverser, la solitude presque extrême de mon passé, seule parmi tant d’autres, anonyme et étrangère dans mes réflexions tellement personnelles, mais finalement pas si idiotes, a-temporelles ou non pertinentes… 

La seule personne qui avait tout compris n’est plus là depuis si longtemps, et me manque terriblement….Mais, elle avait compris que si j’écoutais mon cœur, je serais moi et j’adviendrai. 

Ce qui m’a aussi sauvé a été la musique et l’écriture, vous vous en sauriez douter ;-) 

Et aujourd’hui mon cœur est heureux et léger d’être là où je suis, de croiser la route de personnes chères, et d’arriver à refaire confiance à la Vie…

vendredi, 13 octobre 2006

Nouvelles du front

C'est la suite de ma "rencontre" avec les gens de U.[Lik] ... Echange de bon procédé puisque Politicus m'a demandé si je connaissais un titre qu'il a mis en exemple dans son post pour m'aider à créer ma radioblog ou qqch qui y ressemblera d'ici...2010 ??!!!!!

Et je suis pas peu fière de dire qu'il s'agit de Telepopmusik (I breathe and believe), groupe d'Angela Mc Cluskey, chère à mon coeur elle aussi.. Un brin pop-electro-rock... le genre de mélange que je n'écouterai pas forcément, mais elle a une voix très particulière, un peu rauque, électrique...

On pourrait croire qu'elle n'a pas ou peu de voix, mais si on écoute un autre de ses titres, It's been done (titre à tomber par terre...), on en doute..; Et puis, elle a un style bien à elle et donc, juste pour cela, il faut en parler et la faire connaître, car j'ai du mal à trouver ses CD...

Ce soir, c'est WE et je suis heureuse d'avoir terminé cette semaine de folie : peu de sommeil, l'insomnie m'a guetté trois jours consécutivement, le temps humide m'a agacé, car j'ai eu mal à ma cheville à nouveau par moment, et c'est vraiment frustrant de ne toujours pas pouvoir faire ce que je veux, être totalement opérationnelle à mon boulot...ne pas pouvoir me déplacer où je le souhaiterais pour voir les gens que j'aime (reste alors le taxi...!)...

Devoir rester manger dans la petite cuisine alors que je ne demanderai qu'une seule chose : marcher pendant une petite heure, un sandwich à la main, ou un livre ou encore mon cahier précieux qui recueille mes émotions intenses du moment et mes créations... Tout ça avec l'Ipod sur les oreilles... Ou mieux encore partager mon dèj avec les gens que j'aime...

Bref, retrouver mon petit coin de paradis, mon Laurenn Wonderland, ma bulle de cotton, ma bulle arc-en-ciel, mon univers plein d'amour et de douceur, le doux nuage qui m'enveloppe et me protège des autres...

J'ai trouvé la parade : j'ai déjeûné cette semaine à mon bureau dans l'openspace l'Ipod sur les oreilles en écoutant ma playlist, en surfant sur internet et en bouquinant... tout en espérant faire une micro sieste. 


lundi, 09 octobre 2006

De l'amitié

Il est temps d'écrire dessus, je crois !

Depuis maintenant six semaines, je marche avec des béquilles... Et ce n'est pas près de se terminer... Grosso modo, l'attelle du médecin de l'hôpital s'est révélée être une véritable bêtise, et je reste polie !

Car depuis deux semaines, je suis plâtrée, et je vais y rester encore entre deux et quatre semaines, en fonction de mon ressenti de la douleur, dixit l'orthopédiste vu l'autre jour !

Forcément, je suis toujours plus ou moins coincée chez moi, et c'est là que j'ai vu/reconnu la véritable valeur de l'amitié... Et le tri se fait, naturellement...

Je pourrais être déçue de voir que certaines personnes ne prennent pas de nouvelles, mais en réalité, elles confirment mes premières impressions sur elles, alors, y a pas tant de pertes que cela !

Ainsi par exemple, seuls my best friend et sa fiancée, Maiki et C sont venus me voir, seuls F, E, Z, F, P, D, C, M, P, C, F, I, K et P ont pris de mes nouvelles régulièrement, ainsi que l'Alpine, Scat, l'Autre.

Vu comme cela, je vous l'accorde, ça fait quand même du monde !!!!

Mais j'aurais tellement bien voulu les voir aussi  et surtout (en plus de les lire !)...

Et je n'oublie pas non plus mes lecteurs de la blogosphère, avec lesquels des liens se sont tissés, et qui s'en sont mêlés...

Et j'ai reçu des nouvelles de Glucs ce matin !

Quant à Smart, elle n'a pas daigné faire qqch...

Je pourrais en vouloir à ceux qui ne se sont pas manifestés mais en réalité, ça me laisse complètement indifférente ! Vous pourriez également vous dire que si j'en parle, c'est que justement, ça ne me laisse pas indifférente... Eh non, râté !

Cela me permet à moi-même de me confirmer ce que j'entends par amitié... Un réel partage, des points communs, des vues différentes, des dialogues, des choses intensément partagées, et tout pleins de trucs qui font que leur présence m'est "indispensable", ou en tout cas, que je les aime... 

Et il est tellement bon de dire aux gens qu'on aime qu'on les aime.

Ca fait partie de moi, ça me correspond de dire ce que je ressens, comment je vois les choses et qu'intel, je l'aime ! Justement parce que notre amitié m'est très précieuse !

Parce que les gens à qui je donne mon amitié savent que je la donne entièrement, gratuitement et surtout avec mon coeur. C'est ça, vraiment, partager ma vie, leur vie, les conseiller si je peux, les écouter, toujours, et leur proposer une autre façon (si je peux) de voir un problème pour envisager des solutions, auxquelles ils n'auraient pas pensé...

La valeur de l'amitié n'atteint pas le nombre des années, oh non, mais elle concentre en elle-même des sentiments intenses partagés, des personnes qui aiment échanger ensemble et avancer ensemble et qui aiment se retrouver...

Je dédis cette note à tous mes ami(e)s, dont ceux qui me lisent parmi vous tous...

... sachez que vous m'êtes précieux et que je vous aime...

Et merci à vous tous de continuer l'aventure de la Vie avec moi...

A très bientôt, j'espère ;o) 

jeudi, 05 octobre 2006

Etat présent de mon esprit

Non, non, je ne me mettrai pas en scène ce soir. Il est déjà bien trop tard pour réfléchir à mettre ou pas toutes les nombreuses notes que j'ai sous la coude...

Je vais juste emprunter les mots de Verlaine, dont le seul poème que vous lirez ci-après reflète mon âme du moment, de l'instant... Et c'est aussi un de ses rares poèmes que j'aime...

 

Il pleure dans mon coeur
Comme il pleut sur la ville ;
Quelle est cette langueur
Qui pénètre mon coeur ?

Ô bruit doux de la pluie
Par terre et sur les toits !
Pour un coeur qui s'ennuie,
Ô le chant de la pluie !

Il pleure sans raison
Dans ce coeur qui s'écoeure.
Quoi ! nulle trahison ?...
Ce deuil est sans raison.

C'est bien la pire peine
De ne savoir pourquoi
Sans amour et sans haine
Mon coeur a tant de peine !

 

Je dédis ces vers à mamy, et je pleure en te dédiant ce poème...

Et comme a dit Goldman, "tu manques, si tu savais...profondément, tout doucement.."

Et pour moi, c'est tellement, tous les jours, constamment, éperdument, irrationnellement, infiniment, et tant de choses encore que tu sais, maintenant....

jeudi, 28 septembre 2006

In the fourmillière - Le diable s'habille en Prada

Ma boss est un dragon, selon les jours, selon SES jours pour être exacte, et là, je peux l'être donc...

Depuis le début de la semaine, l'atmosphère au bureau a changé, ... à mon égard, forcément. Loin de moi l'idée de me poser/porter en victiiimmmeeeeuh, j'ai tout simplement horreur de ça, donc, question suivante ?!! 

Mais c'est la réalité (odieuse réalité, en vérité !)...

En fait, le WE dernier, l'autre équipe a passé le WE ensemble, bref, un WE d'équipe quoi. Jusque là, rien de plus normal. Sauf que les deux autres assistantes m'ont descendue en flêche, et donc, ça parle à voix basse lorsque j'arrive au moment inopportun !

Je fais celle qui ne voit pas, car en plus, je trouve ça d'une extrême puérilité, non ? De plus, elles jugent sans avoir pris la peine de me connaître... Et surtout, elles ne savent pas de quoi je suis capable.... Non, je ne suis pas un démon, je me protège juste un peu, et toc !

Et donc ma boss, un peu influencée par une des avocates de l'autre équipe (et qui habite à deux pas de chez moi, horreur..) se prend pour Dark Vador, ou le Diable en personne, bref, elle s'habille en Prada !

Non, sans blague, ses humeurs, elle a du mal à les gérer, et donc, tout est prétexe à critique dans mon travail...

Genre, mon niveau d'anglais qui aurait changé en 15 jours !!! Je suis morte de rire !

Le mieux, c'était quand même cet après-midi. Elle m'appelle telle une furie parce que je ne lui aurais pas remis l'intégralité du jugement et donc, elle ne pouvait pas interjeter appel... sauf que la connerie c'est pas moi qui l'ai faite, c'est l'autre avocat, et toc...

Et je peux vous dire que je ne me suis pas gênée pour lui faire entendre ce qu'elle devait entendre, nah !

Résultat, elle est rentrée furax d'avoir perdu son temps (ce que je peux comprendre), mais elle s'est déchaînée sur toutes les corrections des différents courriers que j'avais tapé sous audio, donc, selon ses instructions.

Après qu'elle soit repartie en disant "ça ne va pas du tout...", elle est revenue, et j'en ai profité pour lui demander ce qu'elle avait écrit ça et là...

Et là, victoire... Elle m'a dit : "ah oui,  ça veut pas dire grand chose... Il faudrait mettre...."

Demain, si elle ne se calme pas, je vais lui "remonter" les bretelles, façon Laurenn. Elle risque d'être surprise...

Sauf que demain, on déménage mon bureau pour que je sois moins éloignée des photocopieuses etc. (moins à marcher & me fatiguer, because plâtre...)

Et donc, je me retrouve en plein coeur de la fourmillière (ie, là où sont concentrés tous les avocats, et où il fait super chaud...), comme je l'ai prénommée... 

Ca risque d'être un peu chaud avec les deux autres, mais en même temps, cela permettra aux autres avocats de voir comment je travaille, que je suis concentrée, pas dispersée et très organisée... Nah again !

Y en a marre de tous ces gens odieux....

lundi, 25 septembre 2006

La philosophie de l'entorse...

A tout malheur, solution ?

Peut-être, je ne sais !

J'essaie de trouver, ou en tout cas d'expliquer le pourquoi, la cause de cette entorse, qui dure, dure... et qui m'a laissé dans une rage, dans un désespoir odieux, dans un désert indicatif, mais surtout m'a cloîtré dans mon appartement, et comme ça dure, j'essaie ... de vivre autrement !

Ben oui, pas le choix, donc, on avance, et hop, me voilà à nouveau parmi vous !

Je pense que cette semi-immobilité est là pour me dire de faire attention, de vraiment prendre soin de moi, de me prendre encore et davantage en considération et de continuer à poursuivre ce qui a commencé cet été...

Résultat, j'ai commencé la journée en ... fanfare en ... me prenant les pieds (enfin, l'autre pied, le seul disponible !) dans ... mais non, pas le tapis, dans les béquilles, forcément !!! Oui, je sais, vous vous demandez comment j'ai fait ? Euh, j'ai du me presser un peu.... et donc, résultat des course (!!), je me suis fait mal à un orteil du seul pied valide !!!!

Bon, il a gonflé, est devenu bleu, un peu, et là, je viens de le bander avec un autre, histoire qu'il aille mieux...

Toujours pas le pied cette affaire... mais bon, y a pire, et je commence à moins souffrir de ma cheville... cassée, donc, tout va bien !!

mardi, 05 septembre 2006

Des jours avec, des jours sans

Oui, je sais, ça fait penser à une (vieille) pub Levi's, pour ne pas la nommer... Vous vous souvenez ? Trève de plaisanterie, le sujet est plus sensible qu'il n'y paraît(ra ?), et a pour objet l'image, l'image de soi surtout et la mienne en particulier....


Vaste question et petite terreur au fond de moi également. Je vous explique : mon image, le reflet de mon corps entier dans le miroir (n'importe lequel) me plaît à certaines heures et pas à d'autres. Ca peut être bref, mais aussi devenir une longue descente aux enfers. Oui, j'y vais peut-être un peu fort avec les comparatifs, mais je me connais aussi, alors ?!

Parce que cette image peut devenir obsédante : la question la plus fréquente est "ai-je minci ?".

Ca commence comme une banale journée, le matin, je sors de chez moi et je me trouve belle. Mais si après, je me regarde fortuitement dans une autre glace et que le reflet que le miroir me renvoit ne me plaît pas, alors, ça a tendance à devenir une fixation qui me poursuit, me bouffe jusqu'à l'infini, malheureusement...

Parce que si je me trouve/sens jolie tout va me sourire et c'est également valable si je décide de sourire (en tout cas, à l'intérieur de moi).

Mais même si je souris dans le fond, ça ne suffit pas, parfois... Si ce sentiment peut être furtif, il peut durer, durer, et c'est là que le cauchemard commence.

Je lisais dernièrement que lorsqu'on n'est pas à l'aise avec son corps ou lorsqu'une situation nous met mal à l'aise, on se compare aux autres... et c'est effectivement là que ça dégénère....

J'arrive tellement bien à me comparer, et forcément à me comparer aux autres filles plus minces que moi. Et forcément, je ne regarde que les autres filles qui sont/seraient plus minces que moi... Selon mes critères, forcément !

Ben oui, qu'est-ce que j'y perds ? Eh bien, MOI, tout simplement, et c'est loin d'être anodin, oh non, croyez-moi ! Ca vire au tragique, et je me mortifie tellement facilement...

Depuis cet été, j'ai essayé de relativiser, de remettre de l'ordre dans tout ça et ça commence à faire son effet petit à petit, mais c'est long. Et il faut accepter que ça prenne du temps...

Alors, j'ai accepté, j'ai relativisé, je me suis écoutée, j'ai persisté et j'ai aussi découvert le plaisir de venir ici écrire, prendre de la distance avec des choses pas évidentes et voilà.

Je ne suis plus très loin du but, je crois... 

dimanche, 06 août 2006

Résiste - France Gall & Michel Berger

Si on t'organise une vie bien dirigée
Où tu t'oublieras vite
Si on te fait danser
Comme un amour qu'on quitte
Si tu réalises que la vie n'est pas là
Que le matin tu te lèves
Sans savoir où tu vas
Résiste

Prouve que tu existes
Cherche ton bonheur partout, va,
Refuse ce monde égoïste
Résiste
Résiste
Danse pour le début du monde
Danse pour tous ceux qui ont peur
Danse pour les milliers de coeurs
Qui ont droit au bonheur
Résiste

Tant de liberté pour si peu de bonheur
Est-ce que ça vaut la peine
Si on veut t'amener à renier tes erreurs
C'est pas pour ça qu'on t'aime
Si tu réalises que l'amour n'est pas là
Que le soir tu te couches
Sans aucun rêve en toi

vendredi, 04 août 2006

Retour à No Man's Land

Aujourd'hui, retour à No Man's Land (NML)... J'y vais avec une certaine appréhesion, l'autre risque de me scotcher au mur, comme il l'a fait il y a 3 semaines et comme il l'avait fait mi-mai... En mai, j'avais passé l'éponge, mais la dernière fois, je ne peux pas vu ce que j'ai pris. Ceux à qui j'en ai parlé ont été tellement surpris qu'ils sont restés la bouche ouverte, stupéfaits, sans voix ;-)
Bref, je veux pas y aller mais je m'y suis obligée, car c'est plus pratique pour retrouver les amis avec lesquels je pars randonner...

Sauf que depuis 3 semaines, il se passe des trucs bizarres : je me cogne partout (encore ce matin, le même petit orteil s'est re-cogné contre mon canapé ; hier soir, je me suis assomée, résultat, bosse sur le front, etc, etc...). Je vous fais pas de dessin :-) et je cauchemarde...Sans parler d'absences en pleine journée, particulièrement rigolottes une fois que je m'en rends compte...!!

Mais ça va bien, mieux, et je me trouve des trucs tout simple mais qui marche ;-) YOUPI !

Y a du bon à revenir : Matisse sera là et heureux de me voir... et moi aussi, je m'en réjouis...

samedi, 29 juillet 2006

Solitude humaine 2

Hello !

Voici un extrait de ce que j ai repondu a qqn sur son blog perso, et je trouvais que c etait important que je mette ici car ca va me servir de base pour une prochaine "reflexion" que je developperai ici.

Hello !
je suis rassuree (enfin, si l on peut dire) de voir que je ne suis pas toute seule a me debattre avec ces considerations personnelles, a savoir : comment faire abstraction du regard des autres pour vivre ? Comment arriver a dire "zut" aux gens qui nous font suer et etre soi meme en toute circonstance ?

Comme vous/toi, j ai fait le test : qu est ce que je voudrais faire vraiment ? Quelles sont mes veritables envies ? Et ca a fuse, comme jamais : je reprendrais des cours de musique, je prendrais des cours de theatre, je continuerai a prendre des cours de danse, je prendrai soin de moi.... et surtout je ferai mes choix professionnels et personnels en fonction de moi et pas des autres...

Et la, je pense que je commence a etre sur la bonne voie : le secret : s ecouter soi (meme) et ne pas (ou le moins possible) ecouter les autres. Nous savons nous memes ce que nous sommes et souhaitons etre, ALORS ??!! Voila : on s y met tout de suite !

Et sinon, la vie va plutot mieux mais c est super dur... Heureusement, c est l ete... OUF !

jeudi, 27 juillet 2006

Solitude humaine 1

Je n'y avais rien écrit lorsque je l'ai ouverte, et pourtant, il s'agirait quand même d'en écrire qqch sur cette solitude humaine que nous vivons tous. Ce matin, j'ouvre le journal (un de nos grands quotidiens nationaux) et je me contente de lire en diagonale la 1ère page... J'étais horrifiée par tout ce que j'y ai lu : je savais déjà que le monde dans lequel nous vivons est une horreur, un monde égoïste, individualiste à l'extrême... et j'en passe et des meilleures, mais là, mon sang s'est glacé, j'en avais les larmes aux yeux... lire autant sur la bétise, l'ignonimie humaine... C'était trop. J'ai arrêté là cette violence devant mes yeux... J'en suis arrivée à me demander pourquoi notre monde occidental s'étripe avec autant de plaisir à la recherche d'une mondialisation perverse, alors que l'autre monde, celui des peuples vivants dans des pays en voie de développement (PVD devenus PMA, etc, etc...) luttent juste pour vivre/survivre, car ils ont faim... N'est ce pas horrible ?