Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 10 août 2008

Ondulations


Découvrez Arcade Fire!

 

Je voudrais écrire qqch de plus structuré afin de ne pas vous perdre dans les méandres de ma pensée. En même temps, peut-être que j'y arriverais toute seule comme une grande, mais il est possible que cette note soit longue, longue, longue, alors, je la couperai ? Fort possible.

J'ai vu un chouette film, Broken English, qui m'a totalement tapé dans l'oeil, ah oui, parce que dans le genre reflet de soi-même, y a pas mieux... et puis, en plus d'être bouleversant, il m'a semblé juste sur le ton employé et positif... En plus, la BO est vraiment bien, donc... un cd en prévision d'achat !! Cela m'a permis de découvrir un groupe électronique, Scratch Massive !! Il ressemble à Massive Attack, et à d'autres que je n'ai pas en tête au moment où je vous écris.

Brève communication avec l'Alpyne, qui me tend les mains, m'encourage à force de conviction et de me porter là où je devrais être : en subtance, elle me rassure sur mon avancement intérieur, pour lequel je tremble et dont je doute tant et un peu moins aussi...

Ah qu'il est difficile de ne pas se sentir à la hauteur, à sa propre hauteur, en même temps, pourquoi cette sensation ne serait pas le reflet de ma propre comparaison par rapport aux autres ou également par rapport à ce que peuvent/pourraient penser les autres de moi ? J'en reviens pas de remettre à nouveau sur le tapis la question du doute fondé sur le regard de(s) autre(s)...

Ah c'est faire bien trop grand état de ces autres qui jugent sur (quoi d'ailleurs ??), hâtivement, pensant comprendre le pourquoi de mes états émotionnels si intenses... Alors que, rétrospectivement, je me rends compte qu'il n'y a peut-être pas beaucoup de personnes qui auraient réussi à gérer les événements très très tristes, le HM, le boulot super bizarre, un Autre qui me condamne terriblement, un Monstre qui est perdu et décide de stopper tout contact émotionnel car trop évident/violent ...

Et je passe d'autres événements...

Oui, je crois que je m'en sors pas trop mal, alors que j'ai traversé ce désert quasiment toute seule, comme mon projet d'achat d'appart' qui reste la ligne directrice de ma remise à flot... et surtout les vacances qui viennent de débuter, enfin !! 

Et puis, dans la perspective de ce déménagement, y a le tri qui s'opère allègrement ! J'ai des shoes à donner et même à vendre vu que certaines n'ont été portées que 2/3 fois, mais que je ne peux plus porter du fait de ma dernière entorse (entre autre). Ô rage, Ô désespoir... Mais c'est la vie... et ce n'est pas le plus difficile !!! Oh que non ! Si vous avez des pistes pour que je les revende (hors ebay car ça ne marche pas super), je suis preneuse !!

Ah, j'ai aussi recommencé à faire du shopping, le budget d'août va être serré, zut ! Mais bon, j'ai besoin de qq trucs pour mes départs en vacances, et y a des trucs de filles qui m'appellent... Alors, peut-être que je ne me rapporterais rien de mes voyages sauf des photos et des chouettes souvenirs que je vous ferais partager, promis.

Bonnes vacances à tous 

jeudi, 07 août 2008

L'enfer c'est les autres


Découvrez Arcade Fire!

 

Sartre n'avait peut-être pas tellement tort en disant que, qqpart l'enfer, c'est les autres... Encore faut-il ne pas s'enfermer chez soi et devenir individualiste à l'extrême, mais je pense que la réussite de toute vie sociale réside dans justement ce dosage entre ne pas se faire marcher sur les pieds ; laisser la parole à l'autre - le dialogue avant toute chose ; le respect de l'autre, de ce qu'il exprime, de ses idées ; et s'exprimer soi-même aussi...

Alors que je termine la lecture d'un livre de S. de Beauvoir, La Force de l'âge (ah que ses écrits me parlent...), je reviens sur cette note commencée il y a qq temps et jamais publiée car pas terminée de s'écrire...

Je reste persuadée de plusieurs choses : la vie humaine n'est sereine et équilibrée que lorsqu'elle se partage avec d'autres humains. Encore faut-il que ces humains nous correspondent... S'ils ne nous correspondent pas, j'aurais tendance à dire "Passez votre chemin", mais je suis peut-être trop catégorique ? Quoique, pas forcément.

Là où je m'interroge de plus en plus concerne les relations en tout genre et en général. J'ai de plus en plus l'impression que les relations sont biaisées - entendez là hypocritesabsence de sincérité (d'ailleurs pourquoi ?), ne pas blesser l'autre d'une quelconque façon par ses décisions/choix ? ; écartement d'arguments sans raison apparentes, écartements de plaintes (ça renvoie à ses propres peurs/appréhensions/jugements et plaintes...) ; absences de compréhensions de certaines situations également ; jalousiesjugements hâtifs ou pasrefus de communication, de compréhension, de laisser des arguments s'exprimer, une pensée s'élaborer ...

Cela entraine des quiproquos, voire plus grave : la fin d'une relation...

Les gens évoluent (certes différemment - et heureusement, nous sommes différents), mais, et c'est là que le bas blesse peut-être aussi : l'autre ne s'attendant pas forcément à voir cette personne prendre cette orientation, cette perspective, bref, dans le sens qu'il souhaiterait (mais c'est également son propre choix, qu'il s'agirait alors de respecter...),

... Et que, par le média le plus visible qu'est Internet et tout autre moyen de communication de ce titre, nous sommes quasiment sous le charme des informations immédiates relatives à nos hôtes et à proches ;-)

Ca a du bon et ça n'en a pas.

Cette forme de visibilité n'est peut-être pas la meilleure qu'il soit (elle ne m'a jamais tant/vraiment convaincue).

En tout cas, à force d'y réfléchir, j'ai de plus en plus conscience que, pour qui ne manie pas si bien que cela cet (soi-disant formidable) outils, les relations sincères sont en devenir orageuses (comme celui cette nuit sur Paris et RP -> Z'avez entendu ??)...

Et si je ne veux pas que ce/mon blog se vide de sa substance et garder ma part de liberté d'écriture comme l'a si bien énoncé Eluard, je pense mettre ce/mon blog en accès privatif... ou sinon en ouvrir un ailleurs ou arrêter d'écrire, mais là, c'est bien moins envisageable....

[PS : faites vos demandes ...]

mardi, 05 août 2008

Déception(s)

Ce sera l'objet de la 1ère note de ce soir, car il faut que je l'évacue cette déception (semi-déception ?) .. Oui, elle n'est pas si triste que cela, mais elle me fait mal au coeur.

Et pourtant, je la crois pleine de promesse cette déception, car loin sans faudrait-il pour qu'elle m'emmène bien plus loin et mieux et grand et joyeux (etc, etc...) si j'arrivais à aller au-delà de ce sentiment là, frustrant plus que décevant...

La faute à qui ? Moi, surtout, mais j'aurais bien aimé pas seulement !!

J'avais trouvé un appart' qui me convenait bien et que je m'apprêtais à revisiter demain histoire de me convaincre ou pas qu'il était vraiment celui que je recherchais/voulais/souhaitais !! Et puis, voilà que l'agent immobilier m'annonce tout à l'heure qu'il a été vendu : vous imaginez sans nul doute ma déception.

Alors, certes, la déception n'est pas si grande que cela, mais quand même et je m'en explique : il réunissait tous les critères sauf un pour lequel, j'avais finalement dit "ça devrait aller..." Alors, je m'en veux parce que je ne me suis pas décidée assez vite, mais en même temps, c'est pas évident de se décider en qq 48h pour un achat qui va vous lier à un prêt pendant presque 30 ans ?? Non ? Si, bien sûr ! Je m'en veux de cela, surtout et je me sens coupable.

Je me sens aussi furieuse parce que j'avais commencé à en parler (trop finalement) autour de moi : l'Alpyne qui en a parlé à l'Autre, qq mots à Smart, des ami(e)s, et finalement, la chance s'est comme retournée contre moi....

En même temps, je me dis - me persuade - que s'il m'était vraiment destiné, il ne me serait pas passé sous le nez... J'étais quand même prête à laisser passer mes vacances, c'est dire !!!! Mais pas tant que cela, non plus dites !!!

Alors, j'ai envie de dire retour à la case départ, comme au jeu de l'oie, mais pas forcément : ce loupé m'apprend finalement plein de choses : ce que je recherche vraiment est maintenant clairement établi dans ma tête !! Je sais qu'un tel appart' (limite spécialement conçu pour moi !!) existe. Le prochain qui me plaira comme celui-ci sera aussi bien si ce n'est mieux...

Donc, haut les coeurs et reprenons sereinement cette recherche : ce dont je suis persuadée, c'est que je trouverai et qu'en mettant autant d'agences sur le coup, je ne peux que réussir, non ?? h que SI !! Et y a aussi un truc dont je suis persuadée : ce que je veux (vraiment), je l'obtiens

[J'ai exprimé exactement la même chose à mon nouveau boss il y a qq mois concernant le projet dont je suis responsable... et aujourd'hui je suis fière de voir que j'avais raison car le projet fonctionne vraiment bien et que je me fais entendre (enfin) par l'ensemble de mes interlocuteurs...]

Et ça me fait aussi pensé à toi, Nie, tu sais, ta comparaison avec les mecs dans ma note précédente et savoir ce que je veux vraiment... La boucle semble se boucler sereinement... Et finalement, ce n'est pas tant une déception que cela...

 

dimanche, 03 août 2008

Inversion de tendances !

Y a pleins de trucs à écrire et à vous faire partager dans ma vie de parisienne...

Y a surtout un truc nouveau ! Oui, et vous n'allez pas attendre la fin de mon post pour connaître de quoi il s'agit !! Quoique !

Jusqu'à présent, j'ai toujours su ce que je ne voulais pas... C'était pratique et pas ! Ben oui, dans l'absolu, je savais que je ne voulais pas de pâtes au resto italien, pas de vin blanc (ça me donne mal à la tête seulement si le vin n'est pas bon ;-)) ; pas de vert, je n'aime pas beaucoup cette couleur ; pas de rdv dans la rue ou à une sortie de métro, non, on se retrouve dans un Musée, dans un café, dans le resto... bref qqpart... ; etc, etc...

Là, ça semblait pratique, mais en fait, ça a ses limites : je m'explique : s'il est bien beau de savoir ce qu'on ne veut pas, on n'a rarement un avis sur tout (en tout cas, moi), et y a des sujets sur lesquels, même si j'ai réfléchi, j'avoue ne pas savoir (ie ne pas avoir une opinion franche/définie/argumentée...) et donc, savoir ce qu'on ne veut pas se retourne quasiment contre soi et devient ne pas savoir ce qu'on veut ;-)

Et oui ! Là, je me trouvais limite ridicule, surtout à mon âge ! Et surtout, ça me renvoyait à une image de moi fragile, indécise, et tout autre adjectif qui pourrait me qualifier mais que je n'aime pas :-)

Et j'ai réalisé dernièrement que la tendance se serait inversée ! Je ne sais pas si c'est la recherche d'apparts' qui me force à me définir, me déterminer, mais en tout cas, elle a du bon : entre le fait qu'elle me remet sur mes rails, mon intérieur, et tutti quanti de top, elle me permet de définir ce que je veux vraiment et maintenant, je pense avec l'effet inverse : je sais ce que je veux, ce qui donne à peu près cela : je recherche un sac en bandoulière pas immense pour mettre au moins un cahier, je recherche un appartement à acheter avec tel budget, dans ce périmètre et calme (pas de voisin au-dessus de ma tête), je veux ranger mon appart', je vire les choses qui ne sont pas indispensables...

Bref, j'en suis à de plus en plus arriver à décider de ma vie, tranquillement, sereinement, je ne dis pas que c'est facile, mais je re-commence à me faire de plus en plus confiance et le soleil a ré-envahi ma vie, je revois des arcs-en-ciel de bonheurs, des soleils...

Certes, ce n'est pas facile tous les jours, j'ai besoin de sommeil sinon, le moral flanche, mais mon moral est bien meilleur, preuve en serait les derniers compliments reçus dernièrement...??? Je m'accroche, je me répète des petites phrases à l'envie pour me booster, je fais ma méthode Coué perso et ça a l'air de marcher...

Et vous, ça donne quoi en ce moment ? 

mardi, 29 juillet 2008

Soigner les détails


Découvrez U2!

 

J'ai pleins, pleins de choses à vous raconter : voilà ça s'appelle la boulimie !

Je suis une boulimique, de la vie, de ma vie, de mes ami(e)s, de leurs regards, du regard des autres sur moi, ce qu'ils pensent de moi (pas bons, d'ailleurs, d'attendre l'acquiessement des autres qui passe par leurs regards, leurs paroles...), boulimique de projets, de lectures, d'apprentissages divers et variés, de musiques éperdument, une boulimique qui bouleverse tout sur son passage lorsqu'elle entreprend/décide qqch... en ce moment, la recherche d'appartements...

Mais la boulimique fatigue en ce moment, eh oui ! Ma résistance s'épuise, il faut que j'aille dormir au lieu d'écrire ici ou ailleurs, découvrir de nouvelles musiques, lire à n'en plus finir tous ces livres qui m'appellent, m'interpellent, ceux qu'on me prêtent en plus des miens et de ceux que j'emprunte en bibliothèque... Ô secours !

Boulimique de ma vie que je mords à pleines dents, à trop pleines dents, passionnée que je suis, enthousiamée que je suis aussi, tout cela caractérise le désir de partager qqch avec les autres, avec vous et d'autres : oui, c'est cela, sauf que parfois/souvent (ça dépend de ma fatigue ou autre), je me mets à bafouiller, à bégayer, c'est pas très drôle pour moi, mais je sais d'où cela vient..

Y a aussi ma boulimie interne/intérieure, celle qui fait que je mange à en perdre le contrôle pour remplacer le vide affectif (l'autre, le monstre, et futur amoureux qui tarde à venir... et s'il était tout simplement sous mes yeux ??!!) ou pour contenir des émotions difficilement gérables/négociables/avouables ou que sais-je ? Je sais juste que pour cette boulimie, c'est dur, dur à vivre, ça traîne/dure depuis l'adolescence environ, mes 15 ans, ai-je envie de dire...

Lorsque je suis dans toutes ces phases, lorsque toute ma vie se met à tourner ou trop vite ou pas assez (ce qui est rarement le cas, malgré tout..), ma boulimie enfle, enfle telle la grenouille dans la fable de La Fontaine, bien connue de vous... et il m'arrive d'en perdre le contrôle... Comme cela a été le cas ces trois dernières semaines - l'épisode avec l'Autre, le Monstre, et le boulot n'aidant évidemment pas à se sentir sereine et bien dans sa peau ;-)

Pour y parer et me sentir mieux et recoller enfin avec moi-même, mon intérieur, il faudrait que je dorme bien plus que je ne le fais dernièrement, et surtout, que je prenne le temps, que j'accepte de prendre le temps, que j'accepte que le temps a sa propre mesure, que je prenne encore plus soin de moi... 

Et cela passe, entre autre, soigner les détails : tout un programme festif, croyez-moi ! J'en fais une ligne directrice qui me guide dès le matin, dans le choix de ma tenue (soigner le détail), et ensuite dans ma journée, soigner mon élocution, ma voix (qu'elle soit posée !), ma faim, mes lectures, ma musique...

Pas facile, mais je pense que c'est par là que je vais remonter doucement la pente et rester zen... enfin, j'espère... 

PS : j'adore cette chanson de U2... Elle me met vraiment en joie.... et vous, ça va ? 

dimanche, 27 juillet 2008

La fois où j'ai acheté des noix de lavage

A yé, me suis lancée dans la lessive "plus que bio", à savoir les noix de lavage !!

afc5abf0f49ebe234cfdf45bf818654a.jpgEn réalité, j'aurais souhaité les tester bien avant, mais je devais terminer d'abord la lessive en poudre bio : ben oui, il n'est jamais trop tard pour faire un geste pour la planète !

Une amie a commencé et donc a fait les tests et m'en a parlé, et visiblement, ça marchait pas mal...

Donc, j'ai acheté le paquet de noix l'autre soir, et ai effectué ma 1ère lessive ce matin : c'était peu dire que j'étais complètement excitée comme une puce comme à chaque fois que je fais qqch de nouveau, je suis super enthousiaste !!

Et donc, me voilà partie pour voir comment ça se passe, tiens donc !! Et le résultat me semble satisfaisant, le linge est propre, il n'a pas pris l'odeur de la lessive (donc des noix), c'est hypoallergique, et pleins d'autres qualités que je vais découvrir au fur et à mesure, même si je pense que je vais devoir faire des ajustements progressifs, et donc, apprendre à bien m'en servir...

Le principe ? Pour une lessive en dessous de 40°, et à condition de remplir une machine, vous mettez 4 demi-noix dans le sachet en tissu donné lors de l'achat des noix. Ces 4 demi-noix peuvent être réutilisées pour une 2ème machine de la sorte. Par contre, pour une machine supérieure à 40°, vous utilisez environ 6 à 10 noix qui ne peuvent pas se réutiliser pour une autre machine. Par contre, rien ne vous empêche de vous en servir pour une lessive à la main ou de les faire bouillir comme les décoctions et de vous en servir pour nettoyer votre intérieur...

Vous voyez, pleins de trucs à faire et à tester, je trouve ça fun !!! 

Et vous, avez-vous testé ? Si oui, qu'en pensez-vous ? Qu'est-ce qui vous a donné envie de le faire ? Si non, seriez-vous tenté par cette expérience ?

Racontez-moi !!!  

Plus d'infos par , et là...

vendredi, 25 juillet 2008

Ca sent l'été ?? (bis ?)


Découvrez Travis!
 

Je crois, regardez un peu ma nouvelle tenue complètement floue (mais vous commencez à avoir l'habitude !!) et ces couleurs, mais oui, enfin, des couleurs... et toujours mon nouveau chapeau ...

En plus, vous découvrez de plus en plus mon visage... Ohlàlà...

 

bf20275054ad8928357c9d92f5bc8ef7.jpg -> NJ, il te plaît toujours mon chapeau ?? Tu veux toujours le porter un jour qq heures/minutes/secondes...???? Tu sais ce qu'il te reste à faire !!!
ea44dcaaf439383f9f710d94c3f28d5b.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Porter des couleurs met mon coeur en joie et je positive, je renvoie une belle image de moi, j'ai encore plus le sourire et le mieux du mieux, c'est que ma playlist, la "Summer 08" se prépare et a même un nom "Happy mood", tout un programme musical... que je ne manquerai pas de vous transmettre avant mes vacances... dans quasi 3 semaines, enfin si je compte bien, mais c'est pas dit... que je compte bien !!

Et vous, ça ressemble à quoi vos tenues en ce moment ?? 

jeudi, 24 juillet 2008

Ivresse...

Perdican :

" Tous les hommes sont menteurs, inconstants, faux bavards, hypocrites, orgueilleux et lâches et lâches, méprisables et sensuels ; toutes les femmes sont perfides, artificieuses, vaniteuses, curieuses et dépavées ; le monde n'est qu'un égout sans fond où les phoques les plus informes rampent et se tordent sur des montagnes de fange ; mais il y a au monde une chose sainte et sublime, c'est l'union de ces deux êtres si imparfaits et si affreux. On est souvent trompé en amour, souvent blessé et souvent malheureux ; mais on aime, et quand on est sur le bord de sa tombe, on se retourne pour regarder en arrière, et on se dit : "j'ai souffert souvent, je me suis trompé quelquefois, mais j'ai aimé. C'est moi qui ai vécu et non pas un être factice créé par mon orgueil et mon ennui.""


Alfred de Musset - On ne badine pas avec l'amour

mardi, 22 juillet 2008

Re-Birth


Découvrez Travis!

 

Dans la même veine qu'une de mes notes précédentes "L'homme de ma vie ne m'aurait pas fait cela" pour ne pas la citer... je reprends là où je vous avais laissé, certes en suspens, mais quand même pas sans idées de ce à quoi pouvait ressembler le monstre...

Il fait très très fort... un truc de fou à n'y rien comprendre, vraiment, et malgré toutes les mises en gardes diverses en variées, y avait tant à parier que je basculerai... Non, j'ai pas craqué les filles, non, non !!! Mais là, il fait du grand n'importe quoi !!!

Entendez qu'un rdv prévu n'a pas eu lieu, qu'il n'a même pas daigné le décommander sans aucune façon, sans aucune manière et que tout ce qu'il se disait être ne signifie juste plus rien : c'est creux, vide à l'intérieur, en réalité...

C'est "marrant", car c'est exactement ce que j'avais écrit qq jours après ce break qui s'appelait comme cela, maintenant ça ne s'appelle rien !!

Je pensais être complètement à l'ouest, les yeux embués, et puis en fait, non, pas du tout, Laurenn a remonté ses manches et regarde la vie, sa vie sereinement. J'en ai profité pour me balader dans mon beau quartier, humer l'air ambiant pleins de gens/touristes et rentrer chez moi sereinement apaisée...

Je reprends les choses petit à petit, aidé par l'Alpyne qui, pour une fois, a vraiment envie d'être présente dans ma vie, de me soutenir, de m'aider à m'accrocher aux branches de la vie, de m'encourager... Visiblement émue hier soir que je lui avoue qu'une fois, en pleine nuit, ravagée par le désespoir, l'impasse dans laquelle je me trouvais/pensais me trouver, j'ai failli ouvrir les volets et me "jeter par la fenêtre"... oui, et ce ne sont pas des blagues...

J'en ai encore froid dans le dos lorsque j'y pense...

Alors, j'ai décidé de me concocter une playlist rigolotte pour me mettre le coeur en joie, mais c'est pas encore gagné :-) J'ai pas trouvé les chansons...

J'ai décidé aussi d'y aller plus lentement pour ma recherche d'apparts' et pourtant, je suis une vraie boulimique, dans tous les sens du terme, rarement éreintée, surtout lorsque je décide qqch...

Le problème est que, voulant en faire beaucoup, j'en commence trop en même temps et donc, je donne raison au proverbe "qui trop embrasse, mal étreint..." et je n'aime pas et je ne veux pas ressembler à cela...

Alors, je décide aussi de me concentrer sur une chose à la fois... Mais laquelle ? Et qui puis-je si j'arrive à faire autant de choses en même temps ??

En même temps, de plus en plus, je suis fatiguée d'avance de toutes mes pensées qui m'occupent en même temps l'esprit et pour lesquelles, je demande, un temps mort sous peine de vous faire un nervous breakdown...  

Enfin, tout cela pour vous dire que ce break-réel me fait plus rire qu'autre chose car il confirme la lâcheté, la malhonnêteté, le mensonge et tant de qualités qu'il me disait avoir alors que point du tout !! Et je me marre car ça va alimenter mon roman cet été !!!!

Ah ces hommes, pas un pour en rattrapper l'autre... Pour un peu l'ex qui a duré s'en sortait pas si mal que cela, et pourtant, il n'était pas aidé... En 6 ans, les hommes ont donc tant changé ?? Je crains ne pas y comprendre grand chose ?! C'est à la fois décevant, navrant, désopillant et merveilleusement intéressant à analyser, comprendre et ça m'aide aussi à avancer, car maintenant, je sais encore davantage ce que je veux, et ce que je ne veux pas et peut-être comment m'y prendre....

Donc re-birth : Laurenn revient, de loin, certes, mais sur son cheval pour vivre et affronter ces méchants qui l'ont fait souffrir : ils n'auront pas ma peau, ah non !!

lundi, 21 juillet 2008

Réminiscence


Découvrez Skunk Anansie!

 

En vrac, non le coeur, ni même l'esprit, je vous arrache cette note ...!!

Les temps sont mouvementés, malmenés, mais je garde la tête haute, l'esprit ouvert, le coeur courageux et surtout, j'essaie de rester au maximum de ma sérénité, de la paix intérieure, du lâcher prise, de ne pas voir les choses des autres comme des agressions potentielles... Pas facile, pas facile du tout/vraiment...

Serait-ce cette invasion qui me fait flancher à l'intérieur alors que je n'en ai pas besoin et donc me rend encore plus fragile de l'intérieur... et cela se ressent et les méchants en profitent pour s'en servir et m'asservir, me pervertir, me couler, ... et j'en passe et des meilleures...

La solution ? Etre plus forte, plus fine, plus intelligente, meilleure qu'eux en fait, mais en gardant une part de spontanéité, de legèreté... pas facile, là non plus... Et garder mon sourire, retrouver mon dynamisme, ma joie de vivre, porter de la couleur, laisser tomber ces couleurs sombres...

Alors, ce soir, après mes visites d'apparts (j'ai pas encore trouvé mon bonheur, mais je m'y approche !), je suis passée devant un magasin que j'aime bien.... et j'ai craqué sur un chapeau, la forme qui me va bien et j'ai pas hésité/résisté et l'ai acheté !!! Moi qui avait dit que je ne ferais pas les soldes... Enfin, il correspond exactement au modèle que je cherchais et il est coloré, vous avez vu ??

879762525f596e28401db6b5fcf30346.jpg
2fea5cfc3e73628c3634c297b8dd37b3.jpg

99b57b6169ee8754aa0c7e993112137d.jpg

 

 

 Bon, je sais, les photos sont floues, mais je crois que je ne sais pas en faire en tenant l'appareil d'une seule main !!! Et puis réminiscence car j'ai retrouvé un album (et le seul que j'ai) des Skunk Anansie et comme ça déménage pas mal.... ben, j'aime bien, ça pulse dans ma tête et c'est tant mieux !

 

dimanche, 20 juillet 2008

Un peu de tout

Vous avez demandé Laurenn, me voici !

Absente, irréelle, présente, vivante, transparente, inerte, joyeuse, heureuse, souriante, triste ... tout va, tout vient, mais tout ne va pas aussi bien que je le souhaiterais.

Je ne sais pas d'où vient ce vague à l'âme que je sens monter, monter, en moi mais qui n'arrive/n'arrivait pas à sortir... et qui là, commence tout juste ;-)

Ouf car je préfère qu'il éclate là plutôt que demain au boulot, mais il est tellement intense et profond que je ne sais comment l'apprivoiser ni le faire éclater .. Si seulement, je pouvais me retrouver tout à fait, être cette fille si rigolotte que j'aimais tant...

Mais pourquoi, diable, diantre ça ne va pas toutà fait comme je veux ?

Attacherais-je (encore) tant d'importance aux regards/réflexions des autres ?
Est-ce les contre-coups de ce que je vis au boulot pas facile, facile ?
Est-ce le contre-coup de la rupture ?

En même temps, j'ai réalisé que je ne pourrais jamais me séparer de l'Alpyne, trop dur, à peine retrouvée, faut pas pousser Laurenn dans les orties non plus : alors, je me suis fait mon deal : "t'es pas obligée de virer tout le monde, tu en gardes certain(e)s et tu vois ce qui se passe"...

En plus, a priori, l'Alpyne n'était pas très d'accord avec le fait que je m'en aille complètement, et même Scat se fait davantage présent !! Serait-ce parce que j'ai râté involontairement un rdv la semaine dernière qui avait son importance pour lui et vis-à-vis du NML* ?? Peut-être...

En tout cas, une fois que je me suis avouée cela et que je l'ai accepté, j'ai été plus sereine.

Sauf que là, ben ça ressort à nouveau et que je n'arrive pas bien à le gérer, ce trop plein d'émotions... qui bat son plein au fond de moi...

Whaouh, je ne supporte plus FIP, c'est pour dire. Le froid qui s'abat à nouveau sur Paris me fait "suer", là, je me mettrais bien en plein soleil pour sentir sa chaleur, douceur, etc, etc...

Serait-ce aussi le fait que je fatigue tout simplement de tout ce remue ménage que je fais depuis au moins 3 semaines : dehors/hors de chez moi quasiment tous les soirs (resto, théâtres, concerts...)  ? La recherche d'appartements que j'ai tellement menée tambour battant commence à me fatiguer, je m'éparpille et je ressens le besoin de me poser... chose que je n'ai pas fait/ne me suis pas autorisée à faire ce we... Alors que j'en avais besoin et que j'aurais du... Même la micro sieste de cette après-midi n'a pas été très appréciée... C'est dire !

Enfin, après une fin d'après-midi sympa, retour sur les visites des apparts' de ces dernières semaines, je me sens bien car je réalise que j'ai encore des apparts' à visiter, y en a qui rentrent dans les agences et donc, à tous les coups mon bonheur n'est pas loin...

Et votre we, ça été ?? 

vendredi, 18 juillet 2008

Rupture

Il y a deux ans, quasiment jour pour jour, l’Autre m’avait violemment prise à parti en plein cœur londonien, ville où je me trouvais avec l’Alpyne et Smart…

Deux jours, un we pour qu’il s’en prenne à moi et me répète exactement les mêmes choses, mots pour mots… La stupeur passée, le tremblement non, j’ai fait une forme d’absence tant ce qu’il avait exprimé était violent… mais lorsque je l’ai à nouveau entendu dans ma tête (10 jours plus tard), j’ai réalisé toute la portée de ce qu’il en retournait…

C’est à ce moment-là que j’ai commencé à en parler ici et parfois ailleurs… 

 

 

Ces derniers 24 mois, je me suis protégée, j’ai fait en sorte d’être intouchable, de ne pas à avoir à le côtoyer de trop près pour m’éviter toute embrouille supplémentaire dont je n’avais pas besoin et j’ai surtout pris mes distances, tant physique que psychologique…

Le NML* est né à ce moment-là.

Il l’a senti, tout le monde l’a senti : Noël 2006, ce que j’ai pu être distante, ne pas lui adresser la parole, ne rien dire, rien de rien, non… Taire toute ma vie, tout ce que je pouvais faire de ma vie,… Il ne savait même pas que j’avais retrouvé un job, il l’a su en 2007, lorsque lui-même a rencontré des difficultés de ce côté-là…

Les choses se sont tassées peu à peu, mais je gardais un œil derrière mon épaule, les méchancetés de Smart n’étant jamais loin…

En ce début d’année 2008, après le décès de Phil pour lequel il a compris un peu l’épreuve que je traversais… nos rapports se sont faits plus présents voire agréables… L’entorse lui a fait rendre un peu de gentillesse mais je restais méfiante.

Un clash pendant mes congés de mai, grâce à Smart (qui ne supportait pas que je puisse renouer un peu avec lui ?) m’a fait comprendre que non, décidemment non, la vie, non avec eux, mais eux pas loin, ne sera jamais douce et heureuse tout comme je tends vers cela pour ma vie perso, à moi…

De toute façon, comme je me plais à le répéter à souhait/l’envie, je ne peux pas/n’ai pas le droit de m’apitoyer sur mon sort, je suis obligée d’avancer si je veux vivre ma vie tout simplement, et si, être sereine et en paix avec moi-même, doit passer par une semi ou totale rupture, je le ferais.

Ce qui est certain, est qu’en état actuel des choses, et loin de moi l’envie de mettre de l’huile sur le feu selon l’expression familiale consacrée, je ne ferais pas de pas en avant, et ne montrerai pas (en tout cas, j’essaierai au mieux de ne pas montrer) la moindre animosité… Non, je vais rester dans mon coin, me faire la plus petite possible et qqpart aussi, la plus irréprochable…

jeudi, 17 juillet 2008

Ô please... (6 months left...)


podcast
 
 
I shall let you leave
I shall stop crying
But I can't help

There is nobody there except space, emptyness...
Everything seems nonsense
But you are still there, in the air, but no more besides me

Ô please, please, let me feel this gap with serenity,
Let my thoughts fly away to you,
But please, don't forget me..

As I won't forget you too,
Even if you are not there any longer

To Phil

mardi, 15 juillet 2008

La fois où ... je me suis coupée les cheveux...

J’y ai toujours pensé car je trouvais l’idée fun et amusante mais je n’osais me lancer pensant que j’allais me planter beaucoup et faire des désastres…

 

J’y pensais aussi parce que, sauf ma dernière coiffeuse, y’en a très peu qui ont réussi à comprendre ce que je souhaitais comme coiffure et ce n’est pas faute de leur avoir dit qu’elles avaient à la fois « carte blanche » tout en leur disant la tendance (juste la tendance et pas de directives fermes) pour leur expliquer ce que j’aimais….

 

Bref, ça allait sans aller et j’avais toujours une appréhension…

 

En réalité, l’appréhension vient du fait qu’une seule fois une coiffeuse s’est plantée allégrement avec mes cheveux et pour la 1ère fois de ma vie, j’ai pleuré de dépit… Ridicule, je sais, mais elle a tout massacré… Déjà que je n’ai pas beaucoup de cheveux (entendez épaisseur, volume), mais là, je n’en avais quasiment plus…

 

Bref, passons !

 

Maintenant, depuis plus de 6 mois, ils sont longs, vraiment longs, et je suis ravie !

 

Et depuis qu’ils sont longs comme j’aime, je les coupe toute seule comme une grande et c’est top : en plus, c’est archi simple ! Allez, je vous donne le truc : lorsque vous les avez lavés, vous les « enduisez » d’après-shampoing puis les peignez. Une fois qu’ils sont bien démêlés, vous mettez la tête en bas et les tordez comme si vous alliez vous faire un chignon et à la fin, il ne reste plus qu’une pointe (plus ou moins longue) que vous coupez : un peu, beaucoup, moyennement… comme bon vous semble !

 

Maintenant, ça m’amuse grandement de le faire toute seule : en plus, ils sont toujours contents lorsque je le fais car ils sont encore plus vivants, et beaux et repoussent à vitesse grand V…

 

Alors, ça vous tente d’essayer ??

vendredi, 11 juillet 2008

Les dernières choses

Ma vie ressemble (à nouveau, je crois enfin !!!) à un tourbillon de bonne humeur, de joies et de bonheurs... Oui, je crois que l'arc-en-ciel de la Vie, du Bonheur et de la Joie sont à nouveau chez moi.

Je ne sais pas pourquoi ni comment ils sont revenus, mais, c'est ce que je recommence à sentir au fond de moi et j'en suis fière et heureuse...

J'ai fait qqch de très très fort hier soir, même si c'était vraiment douloureux : j'ai pris Philippe par la main et lui ai dit "Il faut qu'on parle"... Non, pas comme cela, évidemment (je n'ai jamais dit cela à qqn de toute façon et jamais de cette façon là même si le fond était le même !!)...

Je lui ai dit que je le sentais malheureux de devoir rester entre deux mondes, comme dans Hôtel des deux mondes (dont je vous ai déjà parlé) et que je souhaitais qu'il soit heureux là-bas... Alors, je lui ai rendu sa liberté, comme on ouvre la paume de la main et qu'un papillon en sort...

Ca m'a fait très très mal, j'ai pleuré, beaucoup, de joies et de tristesses, de le sentir s'éloigner de moi peu à peu, même s'il a eu aussi du mal à partir, il ne voulait pas me laisser seule pleurer et seule tout court... Alors, il a veillé sur mon sommeil et était là à mon réveil et jusqu'à ce que j'arrive au boulot... c'est là qu'il est monté, monté, monté loin dans le ciel bleu de Paris de ce matin...

Ah que j'avais les larmes aux yeux ce matin en attendant le bus ce matin, l'Ipod sur les oreilles, tant je le sentais présent, c'était son dernier au revoir, sa dernière fois dans le monde des vivants même invisible...

Et ce soir, je re-vis aussi, littéralement.... Je suis heureuse de lui avoir rendu sa liberté, de lui avoir permis d'aller au-delà dans cet au-delà avec confiance et sérénité, le rassurer par rapport à moi qui serait heureuse, malgré son absence..; C'était tellement fort cette conversation...

Donc, je revis ce soir soulagée de ne plus, moi aussi être en deux mondes...

Je suis pleine de mes projets : deux visites d'apparts' ce soir, une demain midi deux au moins samedi... Et les sorties de cette semaine : deux théâtres, de plus en plus de marche dans Paris, mes pieds avalent l'asphalte, mais bon je refume un peu tous les jours, c'est pas bon du tout... Et je suis aussi crevée car je me couche quatre fois trop tard, donc, je dévore du chocolat et du fromage.. Vite rééquilibré avec des fruits et des légumes...

Je fas preuve de fainéantise avec mon violon que je n'ai pas travaillé beaucoup cette semaine, je reporte mes séances d'entrainement, pas bien... Tout comme les envies de ranger.... mais je créé, je lis pleins de trucs : j'ai décidé donc, de continuer à lire les livres que j'ai commencé il y a fort longtemps... Mais cela ne m'empêche pas d'en emprunter en bibliothèque (l'intégrale du théâtre de Musset dans La Pléiade, un délice que je partagerais avec vous, promis !) Molière et d'autres, tant d'autres.

J'ai réalisé que si je dois déménager, faut vraiment que je fasse ce tri/vidage d'urgence et d'économie : cela passe par ne plus acheter de fringues (pas de soldes, mais c'est tant mieux, sauf coup de coeur véritable que je n'ai toujours pas eu !), de livres (j'en ai TROP, je me demande si je ne vais pas devoir en donner ou en vendre ??), de disques (là aussi, en donner ou en vendre... mais je ne vends pas mes cd de classique, et là j'écoute la 8ème symphonie de Beethoven, j'adore... et je joue l'Ode à la Joieà l'alto (oui, j'suis fière !)), des sacs (j'ai déjà commencé), des meubles (? pas dit !) et pleins de papiers à ranger, à virer.... Un beau programme que je vais commencer le plus vite possible... Et les finances, les finances... elles vont bien ! La décès de Philippe m'a fait perdre pieds là aussi, mais, j'ai toujours été une bonne gestionnaire (et je peux, sans mentir, le dire et le penser...) donc, là, non que je calcule mes dépenses mais je suis juste plus "attentive" ou "concentrée" dessus ! Et je calcule en réalité le nombre de sous que je peux de côté par moi, tout en me faisant plaisir (les vacances qui approchent et que je souhaite financer tranquillement !) Et ça va marcher, croyez-moi !

Et vous, quels sont vos projets du moment/immédiat ?