Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 10 juillet 2008

Les quatre Mousquetaires

Je ne vais pas faire de plaggia à Alexandre Dumas car je l'estime trop pour et parce que j'ai dévoré il y a fort longtemps : complètement décalée avec mon univers ambiant, je lisais en voiture alors que d'habitude je ne le supporte pas et je dévorais ses pages dans La Pléiade... Alors que l'Autre roulait et doublait des voitures sur des petites routes de campagnes que j'adore, un temps magnifique nous accompagnait tous les cinq (y avait pas encore de Minouche ...).. Nous allions retrouver ma famille de coeur et qui, malgré la distance m'est chère et précieuse...

Les quatre mousquetaires, c'est la bande que nous avons constituée ado, Beurk, Crystal, Honkr et moi (Léa à ce moment-là !), la bande dont je vous ai raconté l'histoire l'autre jour, ça vous revient ?

La bande s'est dissoute mais nous ne sommes pas oubliés, je crois.

Lors du mariage de Beurk en septembre dernier, j'ai eu l'immense joie de revoir mon Crystal préféré, accompagné de sa fiancée, une Léa aussi... et dernièrement, de passage sur Facebook, j'ai retrouvé Honkr !

Oui, ça en fait du monde retrouvé (il n'est pas le seul, je vous raconterais mes péripéties une prochaine fois !)... et je suis heureuse de cela.

J'en suis encore plus heureuse car ce sont des gens que je n'ai pas vus depuis presque 10 ans, je sais, c'est long, mais qui ont gardé un souvenir de moi qui me plaît et même si j'ai grandi (comme tout le monde), je sais que je ne me suis pas trahie, non, je me respecte encore plus qu'avant, je prends encore plus grand soin de moi...

Alors, imaginez ma surprise lorsqu'Honkr m'annonce qu'il sera de passage à Paris à la fin de cette semaine ? Forcément mon sang et ma spontanéité ne font qu'un tour, rdv est pris autour d'un brunch (j'adore les brunchs en plus, ça tombe bien) pour se revoir et tapisser le temps de ces 10 ans de séparation...

Je vous imagine à peine avec des yeux ahuris, moi, je suis super contente !

Et je suis d'autant plus heureuse que cela constitue pleins de bonheurs que la vie me permet de vivre et alors, je recolle avec les délices de la vie, ces délices justement que je voyais plus mais qui réapparaissent en ce moment et qui me portent vers mon Bonheur et me soutiennent parmi tous ces fous dangereux, qui veulent et/ou ont mis ma tête à prix...

Mais ils ne m'auront pas, foi de Laurenn, je vous en fais la promesse...

mercredi, 09 juillet 2008

Occupations


podcast

 

J'ai pas été très présente dernièrement et pourtant, je vous ai lus et j'ai écrit mais ailleurs (ah infidélité ? Non, c'était des notes culturelles sur mon Facebook) : ici, c'est l'intimité, je ne mélange pas les genres... Ca non.

Ce blog m'est précieux car j'y mets ce que je souhaite, j'y écris mes ressentis, mes désirs, mes plaisirs, mes douleurs, mes larmes, mes joies, mes bonheurs, mes partages... et si vous arrivez ici par hasard et que vous y repassez, je suis heureuse, j'aurais réussi à vous arracher un sourire, et peut-être aurez-vous envie de partager avec moi un bout de chemin de vie ?

J'ai repris des activités rigolottes dernièrement : fallait bien s'occuper un peu la tête et l'esprit et ne pas devenir neuhneuh avec ce que je vis dans ma vie de parisienne un peu "folle". "Folle" pour dire que la roue tourne à toute allure et que le soleil est revenu, je crois quasiment définitivement, mais on ne peut jurer de rien et je ne parierai pas avant de voir le soleil se coucher d'ici la fin du mois...

J'ai terminé mon abonnement de théâtre et y suis allée deux fois par semaine pour voir des pièces sympas dans cette ambiance estivale mais pas vraiment : le temps change à une vitesse grand V à Paris ! Et j'ai aussi eu la chance d'aller à des concerts, et puis de prendre mon projet d'appart' à bras le corps : entendez, visites d'apparts' à fond, contact avec différentes agences, je regarde et prends toutes les bonnes ondes pour tout ce qui y est relatif... Et je demande conseils à droite et à gauche...

Et puis, je sors un peu beaucoup avec ou sans ami(e)s, je renoue des liens avec des anciens, je brave ma timidité, mais ne me laisse pas entraîner là où je ne veux pas : pour la 1ère fois (encore une !), j'ai décidé de choisir ce que je fais de ma vie, ce que je veux, je décide qui je veux voir ou pas, qui sera de mon parti et qui ne le sera pas, qui j'accepte ou pas, etc...

Je prends les choses à bras le corps, et je prévois, je me projette dans l'achat de l'appart, et ça donne du grand vidage dans ma tête : ce soir, j'aurais du prendre pleins de trucs et les virer, mais j'ai eu besoin d'écrire, donc, voilà, ce sera pour demain, mais je sais que ce mouvement commencé constitue des ondes positives, je le sens au fond de moi.

Alors, soit, y aura pas de rando cet été, mais y aura rangement, préparation des cartons pour le déménagement et préparation de mon périple en Europe de l'Est : les vacances seront courtes mais seront voyageuses : je ne serais pas présente pour l'anniversaire de l'Alpyne, mais serai entre l'Allemange et la Pologne pour rendre visite à ces amis de Philippe et moi : une grande joie qui se fait en moi. Donc, je m'organise en conséquence ! Projet d'aller à Berlin en train, d'y rester max 2 jours et de dormir dans une auberge de jeunesse, puis train jusqu'à Varsovie, rester chez eux qq jours, visiter Cracovie (les camps de concentration, ce sera une autre fois, une fois la mort de Philippe digérée...) et retour en train ou bus, selon les finances...

Ce sera un voyage comme Philippe les organisait et les animait... Ce sera une façon de faire ce voyage qu'il aurait adoré faire, une façon de poursuivre ce qu'il avait commencé en plus grand, et une petite carte à envoyer à ses parents en même temps...

Au milieu de toute cette agitation, y a mon envie de dévorer des oursons à la guimauve et un besoin de fruits d'été absolument, mais y en a pas des masses et ils sont chers !!

PS : la chanson que je mets partout, c'est Coldplay, Viva la Vida, très appropriée à mon humeur du moment, j'adore la mélodie et son positivisme... 

mardi, 08 juillet 2008

L'Homme de ma vie ne m'aurait pas fait ça


podcast
 

C'est ce que je me suis dit, par hasard (et j'insiste), à un moment donné dernièrement...

Le Monstre ne se manifeste pas et je ne sais pas s'il se re-manifestera de sitôt après la décision que j'ai prise (merci WentyLady) sereinement, même si ça tremble au fond de moi encore de temps en temps... Les émotions inhérentes à la mort de Philippe sont toujours présentes...

Et donc, je ne sais plus où s'était, ni ce que je faisais, mais je pense que je devais être en train de marcher ou alors à la Fnac entre des CD ou des livres... bref, je pensais et réfléchissais à la situation et me disais que j'avais (encore) été trop gentille et que là, M...., ça commençait à bien faire et que voilà et patati et patata...

STOP !

Donc, j'ai dit "l'homme de ma vie ne m'aurait jamais fait cela" donc, il ne me mérite pas, et toc, voilà, c'est envoyé comme au tennis par un coup droit fulgurant (!!) et ça fait du bien d'avoir agi en âme et conscience !! Je ne dis pas que je suis plus forte pour autant et qu'avant, mais je me suis respectée, écoutée et fais confiance : bah oui, comment fait-on pour avancer lorsqu'on est seule et qu'on sent le moral à deux doigts de flancher parce que la vie est délicate, subtile et que parfois, surtout en ce moment, je me révèle à la fois fragile et forte, portée par des jolies ondes et entraînée par des gens qui veulent ma chute - no comment, on en reparlera d'ci peu, je crois...

Donc, ça bien été la 1ère fois où une telle phrase m'est apparue en tête et aussi clairement, le genre de truc que je n'aurais jamais pensé et pourtant, pourtant...

Alors, être  adulte, comme je l'ai tant exprimé dernièrement ici, je crois que c'est cela aussi : accepter de faire le deuil aussi de diverses situations qui ne me correspondent pas et pour lesquelles je n'ai que faire et qui au final me font plus souffrir qu'autre chose.

 

vendredi, 04 juillet 2008

Projects

Et on reparle de projets à plein nez ! Oui, je reprends les rennes de ma vie et je me réinstalle sur ma selle de cavalière pour m'armer de force, courage, détermination et conviction pour aller là où je le souhaite.

Encouragée par une amie chère retrouvée pour mon/son/notre plus grand bonheur, j'avance et me sens bien plus légère, portée que je suis par tous ces projets envahissants, mais tellement porteurs de richesse et de sourires, de joies, de bonheurs futurs...

A commencer par l'achat de l'appart', j'ai tellement la sensation que ça va aller très très vite, vous ne pouvez imaginer à quel point... Je pense que je vais être épatée par cette rapidité : pour le coup, y aura pas beaucoup de temps laissé au temps, faudra d'ailleurs que je prévois les aides pour déménager... A bon entendeur... !!

Le projet suivant ou en même temps, c'est le recueil de poèmes à terminer, le roman à écrire. Pour le recueil, c'est facile, faut juste sélectionner les meilleurs et les compiler ensemble, sinon, "juste" les recopier sur ce pc et les graver sur cd pour les conserver... Le papier s'abîme tellement vite...

Le roman : ça y est, il est défini, dans ses grandes longueurs/largeurs... Il s'agira d'un roman épistolaire à la Choderlos de Laclos, qui sera divisé en chapitres thématiques et traitera du discours précieux, cher à Molière et tant d'autres... Non, il ne s'agira pas d'une pièce de théâtre car je ne maîtrise pas assez cet art, mais je me prépare à l'écrire cet été.

Cet été aussi, j'ai décidé de lire, lire et lire, prendre le temps de lire et me divertir à fond : donc, lire tout Molière que j'adore définitivement, terminer la saga des Harry Potter... et lire les autres livres en attente d'être terminés : j'en suis à en lire 25 en même temps, c'est trop, vraiment : donc, maintenant, c'est respect des livres et de leur temps de lecture...

Ah oui, faut que je vous parle du chantier de l'été : résoudre la question du temps : ben oui, à force d'être trop spontanée, je perds le temps tellement précieux car j'ai réalisée que chaque chose dispose de son propre temps et qu'il faut respecter le temps de chaque chose... C'est un gros morceau à avaler pour moi, et l'été est propice à cela... Profitons-en !

Et je repense à la conversation avec cette même amie, qui réalisait en m'écoutant combien tous mes projets mis bout à bout la fatiguaient...!! Un comble quand mêm, mais je ne suis pas étonnée : je dégage une telle énergie qu'elle doit faire peur parfois, limite être envahissante...

[Ah finalement, je ne suis pas un cadeau ?? Que dites-vous ??  Ah, je vous y prends, coquin, à vouloir me mettre en porte à faux avec mes semblables... Sapristi, où ce monde nous condut-il ??]

C'est un peu comme cela que mon roman sera écrit : je vous mettrais qq extraits afin que vous puissiez en profiter et que vous me disiez ce que vous en pensez... Bonne nuit ;-) 

jeudi, 03 juillet 2008

Deux mots

J'ai reçu une carte des parents de Philippe, et j'ai pleuré de joies et d'émotions si longtemps contenues.

Je suis heureuse qu'ils aient une pensée pour moi et doute qu'il leur a fallu du temps pour me parler...

Et puis, mes vacances se précisent : même si cela dépend du prix des billets d'avion, je vais en Pologne voir ce couple d'amis qui nous avaient accompagné à Bruges pour ce fameux we de découverte amoureuse entre Phil et moi et de certitude, de complicité, de couple quoi...

*** 

Y a toujours un soir dans la semaine où je me couche archi trop tard... et aussi où je laisse mes clés d'appartement au boulot, résultat, faut que je revienne, c'est nul !!!

*** 

Bonne nuit mes petits 

mercredi, 02 juillet 2008

Blog

L'avantage d'un blog est qu'on peut y revenir quand bon nous semble, mais il semblerait que les gens qui me lisent aiment finalement trouver des notes un peu chaque jour, car peut-être s'y habituent-ils et la lecture quasi quotidienne de celui-ci les fait plonger dans mon monde..? Vrai ? Alors, à ceux qui ne laissent pas de commentaires/comments' allez-y, je ne vous mordrais point !

L'avantage du blog, disais-je,, est qu'il n'engage que moi et rien d'autre que moi, ses écrits (copyright Laurenn) et ses expressions, ses arguments, etc, etc... Et voilà !

Le blog m'a permis de m'approprier ma plume, de me faire à l'écriture tellement présente depuis que je suis ado et de me faire ma petite place au soleil.

Ce blog est un exutoire à ce que je vis, ses hauts et ses bas, à mes coups de gueules, à mes sourires, à mes larmes, à mes accroches, à ma vie, à ce que je suis.

Ce blog n'avait pas la supposition de trouver un "électorat" et des lecteurs, il en a et j'ai été heureuse et fière de pouvoir vous compter - merci à vous.

Ce blog me prend du temps, parfois, et parfois pas, ça dépend de mes humeurs et de ce que je souhaite en faire, à vous donner, à vous communiquer, à vous transmettre...

Mais ce blog m'appartient, et y'a peu de choses auxquelles je tiens mais je crois que ce blog en fait partie.

Voilà, à défaut d'avoir un amoureux j'ai un blog, à défaut d'avoir un chat, j'ai un blog, et à défaut de pleins d'autres choses, j'ai un blog.

Mais j'ai aussi la certitude que la roue tourne, que le meilleur de ma vie est devant moi, que tout ce que je VEUX vivre est à portée de ma/mes main(s) et qu'il suffit de le vouloir pour le pouvoir et l'avoir et l'obtenir, et qui ne tente rien n'a rien et que tout vient à point à qui sait attendre... 

mardi, 01 juillet 2008

Frontline

9cd6ae5bb0b729628ef83b2eb1b16092.jpgLorsque je suis fatiguée, agacée, énervée... je m'exprime en anglais, parfois aussi spontanémment ;-) Allez savoir dans ce monde de fous !!

Là, la poubelle est pleine et menace de déborder d'épluchures, de désespoirs et de rage ! oui, vous avez bien lu !

On reparle du job : là, pour le coup, je me demande comment je vais me sortir de cette situation... complètement invraissemblable dans laquelle le fou souhaite m'entraîner et pour laquelle, il fait du lavage de cerveau au n°2, comme d'hab' ! Ce dernier, complètement débordé par pleins de choses, se contente de répéter ce que le Fou énonce et ça donne du n'importe quoi !

Vu d'ici et de loin, je m'en fous un peu car je n'ai rien fait et ne suis l'instigatrice de rien du tout, sauf que le n°2 m'a demandé des explications cohérentes et carrées (j'ai un trou sur le terme exact !) mais là, je ne peux rien dire d'autre que ce que j'ai déjà exprimé... en lui faisant une démo à l'appui... Il avait l'air tellement sceptique que je n'en suis pas encore revenue et son regard en disait long sur ses intentions à mon égard...

Ou alors, je me trompe franchement, et ce qui va faire que je vais tellement bien pister le truc qu'on va s'apercevoir que c'est le Fou l'instigateur de tout cela... Peut-être que ce sera la fin de son règne...  Ou ce sera le mien... En tout cas, il fait vraiment tout pour m'évincer de mon job et que je me retrouve au placard... J'aimerais bien que sa nouvelle assistante se rende compte de qui il est, au lieu de le regarder les yeux mordus ;-)

Donc, là, après longue discussion avec l'Alpyne (qui était navrée que j'ai mal pris la conversation d'hier, et comment, y a de quoi), je lui ai raconté cela en vrac, et puis les choses et d'autres de ma vie : le décès de Phil à gérer au jour le jour, le boulot à gérer au jour le jour avec ce Fou, la cigarette que j'ai repris, avec le sport aussi (retour à pieds ce soir et piscine)...

J'ai donc décidé de ne pas me prendre la tête (malgré ce long paragraphe) et de prendre encore plus soin de moi pour contrer ce contretemps, de m'écouter, de jouer de l'alto, de soigner les détails de mes tenues, de faire des choses pour moi avant tout... Et je crois que ça va marcher... 

Car y a un truc aussi auquel je viens de penser/réaliser : ben oui, si je suis mature/adulte (à votre souhait) et malgré les larmes qui perlent à mes yeux (Phil me manque tant... et je me sens si seule sans lui), j'ai réalisé que je n'ai plus envie de mourir, que je retrouve ma force intérieure, mon envie de me battre et de gagner, de réussir... et j'y arriverai car je suis juste dans ce que je fais, je ne prends pas la place des autres et je suis honnête et saine dans mes rapports humains ...

Et j'ose espérer que ce n'est pas vous qui direz le contraire... 

lundi, 30 juin 2008

La fois où ... j'ai écossé des petits pois

d26e54e13704f98029a9387c4385b60f.jpgCa se passait hier midi dans ma mini cuisine que j'affectionne parfois et parfois pas !!

Avec comme fond musical le 1er album de Daisybox - Organic, je me suis assise et tout en les écoutant (voire en dansant sur mon tabouret), je les ai écossés ! Eh bien, ce n'est pas bien difficile, j'y ai même trouvé un goût d'enfance, un goût de retour en arrière, là où ma grand-mère avait du le faire et ma mère aussi, tiens !

 

Résultat, qq minutes après, des petits pois sortis, tels dignes d'un sac de surgelé P.... mais au moins, ils n'étaient pas tous identiques et en cela, c'est rassurant...

Alors, je les ai cuisinés tout simplement : à la vapeur, et qq carottes et c'était tout simplement délicieux. En plus, comme il m'en reste, je vais pouvoir les manger tranquillement un midi au boulot et je m'en réjouis d'avance : encore un repas en moins à penser !!

Vous avez vu, y a du  nouveau, nouvelle catégorie, je sens qu'on va bien rire ou à défaut se rendre l'humeur bien plus légère qu'elle ne l'a été dernièrement...

Bon appétit !! 

dimanche, 29 juin 2008

Maturation


Découvrez George Michael!

 

Voilà, j'ai repensé à cette soudaine chanson après une légère mais légère prise de bec avec l'Alpyne : encore un truc qui m'énerve : la façon dont elle change les événements de la vie pour que la pilule soit plus facile à me faire passer : lorsque depuis presque 3 mois, je lui dis "iras-tu là-bas cet été ??" Jusqu'à présent, c'était non, et là, Smart l'a proposé, et finalement, elle l'envisage... Y a de quoi en devenir folle...

Résultat, elle passe qq jours bientôt à Paris, je vais lui faire comprendre ce qu'est mon sentiment à ce(s) sujet(s) et toc !

Hier soir, j'ai entre-ouvert le voile de la réalité avec un copain, je crois ! Je lui expliquais combien depuis le décès de Phil, je n'arrivais pas à être légère, à prendre les choses avec plus de calme et de retrouver mon sourire comme avant, ma légèreté, ma distance facile avec les choses... Il m'a répondu que, peut-être, en étant devenue qui j'étais (marquée par le décès de Philippe, il pensait que ça faisait plus longtemps qu'il était décédé...Et non !), j'avais les deux pieds dans la réalité et donc, bien moins dans mon monde, dans cet imaginiare qui m'accompagnait jusqu'alors... et qui, indirectement, me protégeait...

Donc, qqpart, je serais devenue une adulte.. Eh oui, tout arrive : voilà le pourquoi de mes tourments aussi, très certainement, non ??

Alors, certes, je  suis heureuse et fière d'y être enfin dedans, mais en même temps, ça me fait archi bizarre, j'ai comme l'impression d'avoir attendu d'être dans cette "catégorie" pendant longtemps et en même temps, j'ai pas vraiment envie d'y être non plus...

Bref, ça cogite ferme et ça avance.

Et puis, Ô joie : j'ai retrouvé qq trucs bien à moi ce we : oui, j'ai une jolie vie: j'ai quand même un job sympa dans lequel je suis reconnue et pour lequel, je me donne plutôt à fond car c'est dans mon tempéramment...

Mais faut vraiment aussi que j'apprenne que la vie est un temps donné et que toute chose prend un temps qui lui est propre, et à moi, surtout de ne pas aller plus vite que le temps inhérent à toute chose au prétexte que je souhaiterais aller plus vite... Tout demande de la patience et du temps... Voilà le gros chantier à venir... avec l'achat de l'appart'...

Haut les coeurs, ça va venir tout ce bonheur, j'en suis persuadée ! 

samedi, 28 juin 2008

Maturité

Je ne sais pas si je l'ai, je crois parfois, et parfois pas. Je crois pas qu'on l'ai toute entière même à la fin de sa vie. Je crois qu'on l'acquiert petit à petit au fur et à mesure de nos évolutions respectives.

J'essaie de me montrer mature dans ma vie : cela passe par ne pas me faire passer pour une gamine... Mais qui puis-je si je fais bien plus jeune que mon âge physiquement ? Y a certainement le fait que dans ma tête je pense "jeune" même avec toutes ces problématiques qui préoccupent ma tête (jeune !)...

La maturité, on me l'a déclinée à torts et à travers, à toutes les sauces et pas les meilleures (la bolognèse à deux sous, ça suffit), elle a servi de prétextes à des gens qui se croyaient plus fins/intelligents et patati et patata que d'autres et moi d'ailleurs, mais qui se sont plantés sur toute la ligne me concernant...

Donc, la maturité, ça va un moment dans la bouche des autres, mais en général, je n'en ai pas souvent entendue parler "comme il faudrait".

Et puis, la maturité est revenue en pleine actualité lovesque dernièrement et là, j'ai soudainement compris en voyant ce couple séparé [mais qui était resté un temps certain ensemble et dont je suis l'amie aux deux... et qui continuent de partager beaucoup de choses ensemble...] j'y ai vu une preuve "d'adulterie" et de maturité, voilà..

Ca m'a renvoyé à une autre relation qui, elle, est en stand-by parce que l'un des deux réfléchit et que l'autre, même s'il pense à lui, se demande si suite il y aura et quelle sera la décision prise par l'autre...

Dernièrement, j'ai été mature dans mon job, j'ai assumé mes responsabilités, j'ai été claire avec les choses que je devais faire et j'ai assumé mes responsabilités ; dans ma vie perso, j'ai expliqué calmement à qqn qui m'importait que cette situation ne devait pas perdurer mais ne devait pas nous stresser : il faut juste vivre les choses à fond lorsqu'elles se présentent...

Sauf que je les vis peut-être trop souvent trop à fond, ce qui fait que je passe pour une excessive que je ne pense pas être/ne suis pas, ma sincérité, mon intégrité, ma spontanéité, ma franchise, mon caractère entier...


Découvrez Archive!

 

Dimanche dernier, je disais à Skat la chose suivante : "je ne peux pas être légère en ce moment".. Et juste cela caractérise mon état d'esprit quasi constant, à la limite de la rupture nerveuse, de cette tension qui m'habite depuis le décès de Phil, cete façon de ne pas pouvoir sourire aux bonheurs des autres, non que je leur en veuille, loin de là, mais je n'arrive plus à me réjouir pour eux... Pas tout le temps, certes, mais c'est dur de sourire...

Alors, forcément, ça en surprend plus d'un, ça en surprend plus d'un de me voir avoir des humeurs ou mon caractère qui revient au galop : un caractère fort mais souple (vous connaissez la métaphore du roseau, me voilà !).

A bientôt ! 

vendredi, 27 juin 2008

Vendredi soir sur la Terre

648fbd0919f1aaafdcdd734d5c506b96.jpgCa y est, c'est le we... et je me réjouis d'avance de celui-ci, même s'il n'est pas a priori très booké, quoiqu'il pourrait le devenir si le destin s'en mêle, ne croyez-vous pas ?

Départ du boulot pas trop tard, mais suffisamment tard pour un vendredi soir... le site fonctionne à peu près correctement, reste un bug, certes non négligeable à corriger, mais je ne suis pas responsable et voilà ! On a trouvé ce qui ne marchait pas, ce qui buggait bref, et moi, j'hallucine encore : pourquoi les ingénieurs en informatique ne sont pas capables de rendre des trucs fiables.... Ce ne sont pas des ingénieurs alors, si ?  Passons

Voyant que cela ne servait à rien de rester pour rester (et zut, mes heures sup ne sont pas rémunérées... no comment), je décidais de m'en aller et de me promener sous le soleil parisien ! Je reprends mes habitudes de marcher en sortant du boulot, voilà !

 


Découvrez Sia!
 

Cela fait que depuis le début de la semaine, je cumule les déplacements à pieds et que je profite du beau temps revenu et de ces ambiances particulières de Paris en début de soirée...0f5e26c41861ca01cdc1e902ca1e999e.jpg

Hier, j'étais très émue, allez savoir : entre les jeudis qui me font penser à Phil disparu un jeudi, la joie et la fierté d'avoir  réussi et quasiment terminé ce projet de site, de savoir que j'ai réussi ce 2ème gros morceau, à nouveau toute seule et encore plus seule finalement... JE suis fière, fière de moi, de cette réalisation...

Les compliments ont commencé à pleuvoir et j'en suis heureuse. Je réalise qu'à travers eux, je reste les pieds sur terre, je reste humble, je reste à l'écoute des autres et de moi-même, plus que jamais...

L'émotion qui m'a étreint le coeur hier ne s'est dissipée qu'avec une immense marche dans Paris qui m'a beaucoup fatigué et fait un peu mal à la cheville.

Ce soir, j'ai recommencé, quasiment le même parcours, mais il m'a conduit à entendre et découvrir une nouvelle musique que vous trouvez là en écoute libre (pour changer ;-)) et cela a appelé des photos (réalisées ce soir), mais que je devrais peut-être me remettre à elles aussi... Avec tous les autres projets en tête qui re-germent...

Youpi ! 

Quizz Musical !

Dénoncée, si j'ose dire/écrire par une Camaïenne pleine de feu et d'envie, je prends qq minutes pour répondre à sa sollicitation toute bienveillante - s'agit de musique tout de même et ce n'est pas vous qui allez me contredire en cette matière, non ? D'autant qu'on va parler musique tout le we, je crois : je dois vous résumer ma fête de la musique, mon concert de mardi soir de Daisybox et mon we qui devrait etre très très musical.. 

Aller, on est parti, voici mes questions-réponses !

 

1 - Quelle est la chanson française qui t'évoque ton enfance ?

Le générique du Top 50 et Marc Tosca, Balavoine, Maggie de Renaud, la symphonie n°6 de Beethoven, la radio Jazz de Paris (TSF ?)


2 - Quels sont ta chanteuse et ton chanteur préférés ?

Y en a tant... Pas de préférés en particulier, même si mon monde musical tourne toujours à peu près autour des mêmes... C'est rock, langoureux, gai, triste, évanescent, punchy... c'est surtout musical


3 - De quelle chanson de variété aurais tu aimé être l'auteur ?

U2 : ses textes engagés, entre autre celle sur Aung San Suu Kyi 

 

4 - Quel est aujourd'hui l'air que tu fredonnes ?

Feist - I'm Sorry

Archive, Fuck you

Coldplay - Things I don't understand

New Order - Ceremony 

-> Oui, je sais, c'est complètement divers et cohérent !! On ne se refait pas !!! 

 

5 - Quel est ton meilleur souvenir de concert (français) ?

Bénabar et Vincent Delerm, et aussi Daisybox depuis mardi soir : j'suis fan les copains !!!


6 - Quels chanteurs ou chanteuses représentent le mieux la France ?

Lorsqu'ils sont réunis tous ensemble sur une même scène pour défendre une cause commune sans chercher à faire du fric...

 

Je passe le relais à Titus, mon parrain blogosphérique, Nie, Angie, WentWorthLady, G.Mike et à ceux de passage qui souhaiteraient le faire (me l'indiquer dans les commentaires !).

 @++

mardi, 24 juin 2008

La séduction et rien d'autre ?

Ah, ça devait bien revenir sur le tapis, cette note, non ?

Y en a marre, moi j'vous dis ! Non, je ne suis pas blazée, juste déçue de voir combien les relations amoureuses sont de plus en plus complexes et que la technologies à deux sous n'arrangent rien du tout avec le temps... mais vraiment rien du tout !

Je ne  vais pas dire que le scenario se répète ou que l'histoire s'y met également, mais cela pourrait être presque vrai...

Pouvez-vous me dire pourquoi y en a qquns qui manient la langue de Molière quasiment à la perfection et avec une telle perfidie qu'ils arrivent à leur fin : la séduction d'une Dame ? Car tel est mon propos.

Non content d'avoir touché le coeur de cette Dame, de lui avoir fait miroiter un monde susceptible de lui parler, de lui plaire, de lui avoir fait entrevoir un autre, des autres possibles... Monsieur, finalement, se trouve à une bifurcation qui, diantre, le met mal à l'aise...

Alors, que fait-il ? Il demande un temps mort, vous savez ? Comme au volley (ou tout autre sport, mais y a que dans celui-là que j'ai su ce que cela faisait... Et c'était chouette !!)...

Mais un temps mort pour quoi faire au juste ? Réfléchir ? Ah oui, pourquoi pas, mais pourquoi aussi ? La vie passe, Cher Monsieur et être vivante, en ce moment, ça m'importe un peu beaucoup voyez-vous.

Ah non, je ne vous tendrais pas l'autre main et encore moins ma joue. Non, non, certes non ! Ô que non d'ailleurs ! Dom Juan que vous êtes, relisez Molière vous dis-je !

Et non, je ne vous dirais pas le pourquoi de mon tourment, ah vous dirais-je maman...

Mais finalement, l'un dans l'autre, j'ai au moins appris que cet autre ne pouvait arriver à la cheville, je dis bien la cheville de Phil, mon Phil, mon Tendre Phil, qui lui, même malade, m'a toujours envoyé un mot de toutes les façons qu'il ait pu le faire... Alors cet autre, s'il revenait sur mes Terres, je rejoins Carmen qui énonce "Prends garde à toi !"

Et basta ! 

lundi, 23 juin 2008

Daisybox en concert demain soir !

Hello à tous,

Eh oui, c'est demain soir que mon groupe de rock français amical joue, comme il y a trois ans maintenant... à la Boule Noire...

J'ai super hâte d'y être, je suis excitée comme une puce et rien ne me fera plus plaisir que de les entendre encore et encore... Non, ça c'est Cabrel, mais j'aimais bien cette chanson lorsque j'étais petite !!!

Donc, je reprends : ils sont en concert à la Boule Noire à 20h et si vous les aimez, au moins autant que moi, alors soutenez-les, à force de message sur Myspace ou sur leur site...

En avant la musique... 

 

dimanche, 22 juin 2008

Can't help

Alors, voilà, le moral en dents de scie depuis le décès de Philippe, me joue vraiment des tours... J'essaie, j'essayais de faire face à tout depuis, mais je dois avouer que c'est loin d'être facile, loin d'être le cas.

Je vous ai écris cette semaine que je souhaitais être heureuse, que je le voulais parce que je crois le mériter, et que je voulais mettre en place des projets vrais qui me pousseraient à aller de l'avant, à positiver, à retrouver ma joie de vivre (que je retrouve par moments !), à continuer de sourire, à rire (c'est dur, c'est dur...),  à faire surface au boulot, à ne pas me laisser avoir par cet autre C qui fait tout pour me faire démissionner d'un job, mais surtout d'une entreprise que j'aime, et de me faire respecter partout où je passe...

Ces "bonnes résolutions"  ne me laissent pas de marbre, mais ce moral, mon moral, ne se tient pas aussi facilement que je le souhaiterais... Ô que non, malheureusement...

Je passe par des phases où je me retrouve, mais pas suffisamment à mon goût... Peut-être dois-je effectivement me laisser du temps de digérer son décès, ne pas me forcer à me dire que je vais bien alors que ce n'est pas ce que je ressens là tout de suite, maintenant...

J'ai discuté avec Skat cet après-midi : il a pris le temps de m'écouter raconter rapidement mon histoire avec Phil, ça l'a ému, ça l'a peut-être rendu sensible à ma tristesse, mon chagrin, ma détresse... il comprenait alors que ce ne soit pas facile et il a répondu présent : des fois, il sait faire, des fois pas, mais dernièrement, s'il est bien luné, ben, il fait, ouf ;-) !!! 

Le cap Philippe est loin d'être évident, facile, il me manque tant en réalité... Il était toujours présent, même malade, il avait toujours une parole, un email, un appel de sa part pour me rassurer, relativiser, voilà, c'est cela : sa présence, son assurance, rien n'est grave.. Ô que non mon Phil, mais la mort, en soi, c'est un peu plus grave, non ??.... 

Et puis, on a discuté de mon projet, celui qui prend forme à vitesse grand V, j'ai nommé l'achat d'appart' ! Oui, c'est cela qui me fait tenir et vivre maintenant, c'est à la fois énorme et peu, mais au moins, je me rends compte depuis que j'en ai parlé avec mon banquier ce que je peux emprunter, ce que je peux faire, de quel budget, je dispose et ça, ça rassure vraiment, croyez-moi...

Alors, soit, ce n'est pas rose, rose, ce vague à l'âme de la journée attrapé après avoir fait du shopping, l'Ipod sur les oreilles (Dieu que j'étais dans mon monde alors, encore une fois...), je n'ai pas fait tout ce que je souhaitais dans mon appart' temporaire ce we, mais je sens que des choses se sont posées en moi, ce we... Y a comme un air de sérénité qqpart dans mon univers, comme une évanescence... je veux croire à la roue qui tourne à ces nouvelles énergies positives que je génère toute seule comme une grande, eh oui toute seule (le bas blesse là aussi, malheureusement,...). 

Alors, j'ai envie de me souhaiter une belle semaine sous le soleil parisien (fait lourd, lourd !!), et essayer de faire vraiment fî de ces personnes qui font tout pour me faire voir la vie en noire, qui me l'empoisonnent... En même temps, si je n'y prêtais pas attention, ben, ça irait bien mieux, non ? 

Je vous souhaite une belle semaine avec pleins d'arcs-en-ciel...