Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 13 janvier 2009

A venir

J'ai souhaité ardemment que 2008 finisse tant je n'en pouvais plus de cette année qui avait été très - trop - lourde à porter. Et maintenant, je regrette de ne pas avoir compris qu'il fallait que cette fin d'année s'étire vraiment en longueur pour que je puisse en saisir, en comprendre tout le sens, les moindres détails afin de pouvoir avancer sur le chemin de vie que j'ai commencé à tracer... Mais si, vous la voyez cette trace de ski unique dans la poudreuse blanche de cette piste de ski !

2008 a été une année dure, difficile, une année pendant laquelle, je n'ai cessé de me battre, contre les autres, contre moi-même, contre des être humains odieux, contre beaucoup de choses et avec des autres. 2008 m'a montré combien l'amitié est fragile, combien ils sont peu nombreux à m'avoir soutenue sans peur (et sans reproches !) alors que je déversais des torrents de larmes suite au décès de Philippe, tandis qu'ils découvraient que je n'étais pas qu'une copine mais aussi une femme avec un coeur comme elles-mêmes le sont dans leurs propres vies, et que l'amitié, la vraie, ne se compte effectivement que sur les doigts d'une seule main...

Cette cruelle vérité m'a sauté au visage tout comme la fragilité de la vie. Morte de désespoir et d'espoir, j'ai erré longtemps prenant des chemins de traverses pour essayer de me retrouver, de ne faire plus qu'un avec moi-même et advenir vers là où je le voulais.

Advenir, y a avenir dedans, et j'étais bien incapable d'en parler, arrivant tout juste à me projeter dans les 5 jours à venir c'est dire...

Et puis, y a eu un sursaut, en plein été, mes vacances : rappelez-vous, je ne souhaitais pas partir, éprouvant un sentiment d'insatisfaction grand quant à moi-même et ce que j'avais réalisé depuis le début de l'année... Mais, en qq jours, après réflexion, qqch en moi a bougé et m'a montré que des vacances pourraient me faire du bien.

Alors, j'ai tout bouclé rapidement.

Je ne sais pas comment j'ai réussi à sortir de moi, à faire ces petits pas vers mon advenir, un moi-même plus posé, créatif, serein... mais j'y suis arrivée.

Je ne vous ai pas raconté ce formidable voyage qui a tout déclenché et pourtant y a tant à dire de Berlin... une envie à la fois de fuir et de me retrouver avec moi-même, face à moi-même pour faire un point, un bilan salutaitaire... qui a eu lieu là-bas.

Et le plus étonnant a été ma rencontre avec Mr aoueux le jour de mon départ vers cette capitale européenne.

Alors, certes, 2008 restera, risque de rester gravée dans ma mémoire encore longtemps du fait de tout ce qui s'est passé, mais finalement, plus 2009 avance, plus je me rends compte du chemin parcouru, des choses que j'ai réussies (et je pense pouvoir en être fière, les ayant assumées et effectuées toute seule !), et d'avoir remonté cette pente qui était franchement glissante et pas évidente à remonter...

2008 s'est joliment achevée, j'ai essayé de ramener un peu de calme et de sérénitude dans mes relations avec le NML* (Smart et l'autre resteront toujours ce qu'ils sont et ne changeront jamais - c'est une certitude...), rassembler mes "petits" au sein de l'équipe que je manage sans véritablement la manager au boulot (30 personnes quand même !!) et faire en sorte que l'arc-en-ciel sur lequel je me promène depuis plus de 4 mois continue de grandir.

Voilà, je crois avoir fait le tour de 2008, et je me souhaite une année 2009 différente, avec des défis à relever (et à remporter !!), plus de sérénité, l'affirmation de moi en tant que femme et surtout toujours autant de bonheurs posibles...

A vous aussi, je vous souhaite une belle année : quelle vous comble de joies, bonheurs et réalisations dans les rêves que vous formulez...

dimanche, 16 novembre 2008

Irritation hypocrite

Je suis irritée et déçue.

Irritée, de voir combien l'hypocrisie est partout. Je la trouve même chez des gens proches (?), c'est dire.

Je la cotoie chaque jour au boulot et je m'y plie maintenant, ayant compris que si je ne fais pas un minimum d'effort de ce côté là, je n'obtiendrais pas ce que je veux et comme je me suis fixée un objectif, ben tant qu'à faire, autant y arriver ;-) Et puis, surtout, cela me permet de mettre finalement (je suis moi-même la 1ère surprise !!) de la distance avec les autres, d'être plus sereine et de continuer de ne pas tenir compte des opinions des gens !!!

L'hypocrisie, je l'ai croisée ce we. Je la savais déjà, mais j'en ai eu confirmation. Décider d'arrêter une activité sportive car on ne se retrouve pas dans le cours du prof et ensuite parce qu'on sent que les personnes qui participent à ce cours ne correspondent pas à nos valeurs ont été les raisons de cet arrêt. Je continue de les cotoyer de temps à autre lors de soirées improvisées pour lesquelles je vais de plus en plus à reculons, mais j'essaie de faire bonne figure et de m'intéresser à ces personnes - sauf que je n'y arrive pas toujours ! Heureusement que j'aime danser ;-)

Non, je la joue pas hypocrite, je vous vois venir, j'essaie de respecter mes valeurs en effectuant un acte social !!

Mais de l'avoir recroisée, cette "saine" hypocrisie me laisse encore sans voix.

Je suis irritée car dans cette hypocrisie sociale, je sens le rejet, mon rejet, le rejet de ma différence.

J'ai toujours affirmé ma différence dans mes propos, mes choix, mes actes, mes paroles, et je ne les renie pas. Ce que je n'accepte pas, c'est l'hypocrisie des personnes de me voir aller mieux, de s'en réjouir (? faire mine de s'en réjouir) le temps d'une soirée, tout en m'ayant tourné le dos le temps où je n'allais pas bien car visiblement, elles ne savaient pas gérer (je peux comprendre), mais derrière se cache aussi la peur de cotoyer qqn de triste, qui passe par une sale période.

Voilà, c'est cela, c'est ça la raison : faire bonne figure en société et ne pas être amie avec une personne qui a des problèmes dans sa vie perso.

Et ça m'irite profondément.

Parce que cela va bien plus loin ! Y a t'il personne qui n'a pas été malheureux, malchanceux dans sa vie ne serait-ce qu'une fois ? Est-il tant facile de jeter la pierre à qqn, ne pas pouvoir lui tendre la main lorsqu'elle se trouve en difficulté ?

Est-ce si difficile de lui tendre la main une fois qu'elle va mieux et de renouer avec elle, même en taisant la période où la relation était plus légère ?

Je crois en la sincérité des relations, au fait de pouvoir librement échanger sur tout sujet, sans jugement, ni appréhension. Et je pense que les termes "jalousie" et "hypocrisie" ne fonctionnent pas avec l'amitié ou l'amour.

Et vous, que pensez-vous de tout cela ?

mercredi, 15 octobre 2008

Phil - 15 oct 08

 

Aujourd'hui, il fallait écrire, vite, vite un papier, une feuille, un crayon ? Non, rien de tout ça, juste un écran, un clavier et de la solitude un peu pour se concentrer, voire de la musique classique, telle celle que j'entends sur FIP, mais comme la programmation est indisponible du fait de leur grève, je me contente de deviner... Beethoven ?

Aujourd'hui, j'ai beaucoup pensé à Philippe. Et pour cause : il aurait eu 28 ans. Et je pense aussi à sa famille à laquelle, je n'ai pas donné beaucoup de nouvelles dernièrement parce qu'entre autre, je n'avais pas de réponse à mes courriers et avais peur, de fait, de les déranger plus qu'autre chose. Je pense aussi qu'ils sont dans l'incapacité de réagir, de communiquer et tutti quanti, c'est encore trop brutal.

Ce qui est vrai pour eux, l'est aussi pour moi. En éloignant Philippe de moi, en lui permettant de partir, de s'échapper, d'advenir dans son au-delà, c'est comme si je lui avais permis d'aller plus loin, plus haut, plus en avant dans sa progression personnelle dans sa vie future...

C'est étrange comme sensation, cette sensation d'éternel qui l'entoure, cette sensation d'irréel lorsque je pense à lui, à sa disparition, à sa mort voilà. J'ai toujours l'impression que ce n'est pas vrai, que c'est comme un mauvais rêve, un cauchemard, une irréalité.

Mais non, c'est la vie, c'est ma vie et surtout ça a été sa vie aussi.

Je ne suis pas triste, je suis juste très très émue, plus que jamais peut-être aussi...

J'ai l'impression que qqn m'accompagne de près, mais je ne suis pas certaine que ce soit lui. J'ai toujours ressenti la présence de mamy à chaque fois que je la sollicitais.

Pour Philippe c'est très différent : il apparaît toujours par suprise, au détour d'une allée, face à la mer à La Rochelle et à d'autres moments de ma vie où je ne l'attends pas.

Lorsqu'il débarque de cette façon, je sais que pendant le temps où il sera présent, je serai complètement absente pour les autres, et ça, il le sait aussi. C'est pour cela qu'il ne vient pas souvent aussi, peut-être.

A La Rochelle, c'était très bizarre : j'étais accoudée à la ballustrade de l'hôtel, les yeux rivés, captivés par l'océan scintillant, ce soleil qui me réchauffait le corps, et là, je l'ai ressenti. Il voulait juste partager ce moment avec moi et me dire qqch que je ne suis sûre d'avoir entendu/compris ; ou peut-être a t'il exprimé qqch que je n'ai pas été en mesure d'entendre ... même si je pense savoir/me remémorer ses paroles.

Alors, voilà Philippe, là c'est vraiment fini, cette date a été longtemps la tienne et sera celle de qqn d'autre, mais rien ne sera plus comme avant depuis que tu n'es plus.

Et juste pour cela, parce que tu resteras toujours dans mon coeur, je t'écris pour te dire que je ne t'oublie pas.

Mais ça, tu le sais aussi.

jeudi, 10 juillet 2008

Les quatre Mousquetaires

Je ne vais pas faire de plaggia à Alexandre Dumas car je l'estime trop pour et parce que j'ai dévoré il y a fort longtemps : complètement décalée avec mon univers ambiant, je lisais en voiture alors que d'habitude je ne le supporte pas et je dévorais ses pages dans La Pléiade... Alors que l'Autre roulait et doublait des voitures sur des petites routes de campagnes que j'adore, un temps magnifique nous accompagnait tous les cinq (y avait pas encore de Minouche ...).. Nous allions retrouver ma famille de coeur et qui, malgré la distance m'est chère et précieuse...

Les quatre mousquetaires, c'est la bande que nous avons constituée ado, Beurk, Crystal, Honkr et moi (Léa à ce moment-là !), la bande dont je vous ai raconté l'histoire l'autre jour, ça vous revient ?

La bande s'est dissoute mais nous ne sommes pas oubliés, je crois.

Lors du mariage de Beurk en septembre dernier, j'ai eu l'immense joie de revoir mon Crystal préféré, accompagné de sa fiancée, une Léa aussi... et dernièrement, de passage sur Facebook, j'ai retrouvé Honkr !

Oui, ça en fait du monde retrouvé (il n'est pas le seul, je vous raconterais mes péripéties une prochaine fois !)... et je suis heureuse de cela.

J'en suis encore plus heureuse car ce sont des gens que je n'ai pas vus depuis presque 10 ans, je sais, c'est long, mais qui ont gardé un souvenir de moi qui me plaît et même si j'ai grandi (comme tout le monde), je sais que je ne me suis pas trahie, non, je me respecte encore plus qu'avant, je prends encore plus grand soin de moi...

Alors, imaginez ma surprise lorsqu'Honkr m'annonce qu'il sera de passage à Paris à la fin de cette semaine ? Forcément mon sang et ma spontanéité ne font qu'un tour, rdv est pris autour d'un brunch (j'adore les brunchs en plus, ça tombe bien) pour se revoir et tapisser le temps de ces 10 ans de séparation...

Je vous imagine à peine avec des yeux ahuris, moi, je suis super contente !

Et je suis d'autant plus heureuse que cela constitue pleins de bonheurs que la vie me permet de vivre et alors, je recolle avec les délices de la vie, ces délices justement que je voyais plus mais qui réapparaissent en ce moment et qui me portent vers mon Bonheur et me soutiennent parmi tous ces fous dangereux, qui veulent et/ou ont mis ma tête à prix...

Mais ils ne m'auront pas, foi de Laurenn, je vous en fais la promesse...

vendredi, 27 juin 2008

Quizz Musical !

Dénoncée, si j'ose dire/écrire par une Camaïenne pleine de feu et d'envie, je prends qq minutes pour répondre à sa sollicitation toute bienveillante - s'agit de musique tout de même et ce n'est pas vous qui allez me contredire en cette matière, non ? D'autant qu'on va parler musique tout le we, je crois : je dois vous résumer ma fête de la musique, mon concert de mardi soir de Daisybox et mon we qui devrait etre très très musical.. 

Aller, on est parti, voici mes questions-réponses !

 

1 - Quelle est la chanson française qui t'évoque ton enfance ?

Le générique du Top 50 et Marc Tosca, Balavoine, Maggie de Renaud, la symphonie n°6 de Beethoven, la radio Jazz de Paris (TSF ?)


2 - Quels sont ta chanteuse et ton chanteur préférés ?

Y en a tant... Pas de préférés en particulier, même si mon monde musical tourne toujours à peu près autour des mêmes... C'est rock, langoureux, gai, triste, évanescent, punchy... c'est surtout musical


3 - De quelle chanson de variété aurais tu aimé être l'auteur ?

U2 : ses textes engagés, entre autre celle sur Aung San Suu Kyi 

 

4 - Quel est aujourd'hui l'air que tu fredonnes ?

Feist - I'm Sorry

Archive, Fuck you

Coldplay - Things I don't understand

New Order - Ceremony 

-> Oui, je sais, c'est complètement divers et cohérent !! On ne se refait pas !!! 

 

5 - Quel est ton meilleur souvenir de concert (français) ?

Bénabar et Vincent Delerm, et aussi Daisybox depuis mardi soir : j'suis fan les copains !!!


6 - Quels chanteurs ou chanteuses représentent le mieux la France ?

Lorsqu'ils sont réunis tous ensemble sur une même scène pour défendre une cause commune sans chercher à faire du fric...

 

Je passe le relais à Titus, mon parrain blogosphérique, Nie, Angie, WentWorthLady, G.Mike et à ceux de passage qui souhaiteraient le faire (me l'indiquer dans les commentaires !).

 @++

lundi, 23 juin 2008

Daisybox en concert demain soir !

Hello à tous,

Eh oui, c'est demain soir que mon groupe de rock français amical joue, comme il y a trois ans maintenant... à la Boule Noire...

J'ai super hâte d'y être, je suis excitée comme une puce et rien ne me fera plus plaisir que de les entendre encore et encore... Non, ça c'est Cabrel, mais j'aimais bien cette chanson lorsque j'étais petite !!!

Donc, je reprends : ils sont en concert à la Boule Noire à 20h et si vous les aimez, au moins autant que moi, alors soutenez-les, à force de message sur Myspace ou sur leur site...

En avant la musique... 

 

vendredi, 20 juin 2008

Enervement - tristesse


Découvrez New Order!

 

Ben oui, depuis bientôt une semaine, je pleure presque chaque soir pour une raison simple mais puérile... On ne se refait pas, je suis humaine et vivante avant tout.

Mais mon impulsivité m'a encore joué un vilain tour pour qqn qui m'importe et de loin... Alors, j'ai décidé pleins de choses en vrac que je vous écris là tout de suite :

  • Je veux être heureuse, je crois que je le mérite amplement et je veux mettre fin à cette série de désespoirs, de mauvaise humeur, de tristesse, de vague à l'âme,...
  • Je décide de ma vie, je prends des décisions et je m'y tiens : je ne recule pas pour mieux sauter, sauf si y a vraiment urgence à prendre un peu de temps...
  • Je m'arme de force, courage et j'avance là où je veux aller : le job (nouveau ou pas), le mec (nouveau ou pas ?), l'appart' (nouveau en projet oui, oui et oui !), la famille (non, non et non, ça ne change pas), les ami(e)s (oui, et plus souvent), les expos, les cinés, les théâtres, les concerts....
  • Je veux VIVRE et me sentir VIVANTE, je ne veux plus avoir l'impression que la mort m'entraîne, m'enchaîne, que la mort de Phil me laisse sereine, reposée, apaisée et non qu'elle me poursuive...
  • Je veux penser sereinement, me faire confiance encore plus qu'avant, arrêter de prendre la parole des autres sur moi comme parole d'évangile, ce n'est jamais vrai, les gens ne me connaissent pas tout à fait...
  • Je veux me convraincre des belles choses qu'on m'a dites de moi et qui sont vraies et me les faire miennes : je suis jolie, intelligente, j'ai un très beau sourire qui fait que beaucoup de gens se retournent dessus, j'ai de jolis yeux (oui, ils sont bleus, bleus-gris et j'oublie leur couleur...!!!), et j'ai une belle énergie, une joie de vivre communicative, une gentillesse hors paire (et même de trop qui fait que beaucoup en profite...)
Bref, vous l'avez compris, je veux vivre à nouveau, enfin, ne plus souffrir, ne plus me laisser bouffer par les autres, leurs réflexions, ne plus me sentir fragile, ne plus me sentir dépendante des autres, ne plus me sentir soumise à leur désiderata, ne plus me sous-estimer, me faire confiance, être heureuse, ne plus pleurer (en tout cas plus sur moi-même), reprovoquer la chance, la vie, le bonheur qui me correspondent, me sentir légère, bien dans ma peau...
 
Je veux une belle vie ;-) et ça commence aujourd'hui, là, maintenant tout de suite... 

mercredi, 21 mai 2008

Daisybox en concert !

 

Ils reviennent avec leur nouvel album et sont en concert le mois prochain à la BOule Noire où je serais (en espérant que ma cheville tienne...) Mais ça, c'est une autre histoire !! Et comme ça faisait longtemps que je n'avais pas blogguer de vidéo Youtube, vous voilà servis !! Enjoy their music !

mercredi, 14 mai 2008

Sincerely

podcast
 

Demain est un grand jour : oui, je vais être déplâtrée !!! Enfin ! Il était temps ! Je me réjouis et surtout j'espère que je ne serais pas replâtrée, mais juste strappée (un strapping quoi !) !!

******* 

Je vous écris pour vous dire à tous combien je suis touchée de votre présence, amitié et des mots que vous laissez sur ce blog. Je ne l'ai peut-être pas assez exprimé, mais toutes vos marques ici me plaisent et me touchent et provoquent des émotions...

Ces lignes sont pour vous, pour vous remercier de m'encourager, de me soutenir, même si j'ai cru que vous n'aviez pas osé " intervenir" lorsque j'ai parlé du décès de Philippe : et pourtant, Dieu sait si j'aurais aimé vous lire sur ce sujet tellement sensible et cher à mon coeur aussi...

Alors, je vous le dis en toute sincérité, écrivez, commentez et partageons ce que nous pouvons, et voyons où cela nous mène.

Car, en toute sincérité, j'ai failli vous écrire il y a dix jours que je souhaitais arrêter d'écrire ici, tant la disparition de Philippe m'est douloureuse et que j'essaie de ne pas y penser car c'est une VRAIE souffrance...

 

*******

Bon, sinon, sur ma planète, ça va plutôt pas mal, on en reparlera dans qq jours, je crois ;-) Enfin, j'espère !  Je relève la tête et respire. Ouf, il était temps. Des musiques m'accompagnent la tête en ce moment et ça fait plutôt du bien. L'Alpyne revient un peu, Smart a décidé de continuer sur sa voie et je poursuis la mienne. Je n'ai pas besoin d'elle, voilà.

******* 


podcast
 

La vie, la mienne, m'inspire de drôle de choses, réflexions, telle l'amitié : elles évoluent toutes, tellement, différemment, autrement, pas facilement et s'estompe avec, parfois, tant de facilité, cela m'épate. Et y en a d'autres pour lesquelles je pensais qu'elles ne subsisteraient pas à ça et finalement, elles se poursuivent, chouette !

 

*******


podcast
 

 

Que dire de ma vie en ce moment ? Ce soir, je suis particulièrement émue : émue de savoir que demain, je pourrais recommencer à pouvoir prendre des bains, me faire du bien au petit peton, marcher certes doucement, mais cela devrait revenir assez vite, je crois.

Et puis, y a Philippe deep inside me et là, la corde ne se brise pas mais l'archet grince sur l'alto.. L'émotion me submerge et il faut que j'écrive encore sur lui pour tenir ici, comme il le souhaite...

PS : demain, ça fait déjà 4 mois, dur, dur...

vendredi, 02 mai 2008

Music-amitié

La blogosphère, que j'ai découverte en ouvrant/commençant ce blog, que je continue de parcourir au gré de mes envies, de mes plaisirs m'a permis de rencontrer qq personnes.

Certes, peu, mais celles que je connais réellement et les autres que je n'ai pas encore rencontrées, sont devenues des personnes proches avec lesquelles j'ai grand plaisir à partager, échanger, réfléchir, etc, etc...

La blogosphère m'a permis de partager, entre autre, la musique que j'aime, que j'aime faire découvrir et que j'ai découverte grâce à d'autres bloggueurs.

 
podcast(à partir de la 2,53 min, c'est divin .. à mon oreille)

Parmi ceux-ci, il y en a un avec lequel, je crois, nous pourrions discuter des heures durant, enfilant les diques un à un, les siens, les miens et pendant, je pense un long, long moment.

Il s'agit de Titus : le chien le plus adorable de la blogosphère que j'ai jamais rencontré. Il m'a fait un beau cadeau : le cd d'Angela McCluskey, The Things we do :
e85917537451791c744f92affcbbac1e.jpeg

que j'avais un mal fou (pour ne pas dire autre chose ;-)) à trouver. Je l'ai reçu avec un immense plaisir, touchée que j'étais, doublé d'une émotion blogguiesque.

Ce cd et album m'a accompagné pendant un log moment, j'en ai même mis des extraits ici et là pour vous le faire découvrir si vous ne connaissiez ni l'artiste, ni sa formidable voix... Elle n'a pas quitté mon Ipod pendant des semaines, a intégré la playlist que j'avais appelé "Philippe", parmi celles-ci que voilà :


podcast


Et celle-ci aussi :


podcast
 

Et puis, je ne l'écoute plus autant qu'avant, peut-être parce qu'il me rend nostalgique, comme Tracy Chapman, mais je sais qu'alors que je vous écris, et que j'écoute ces deux musiques, je retrouve des images de Philippe et moi. Deux ans ce we que ça a commencé... Ca me laisse songeuse, mais pas triste ou malheureuse...

Merci Titus de ta gentillesse, de ton soutien et amité. Longue vie à toi ;-) Bises 

jeudi, 01 mai 2008

Réactions

Elle vient, progressivement.

podcast

Et puis, j'ai des personnes qui compte sur moi aussi, visiblement : 

envoies moi
des mail d'insultes si ca peut te soulager, joue du
violon a t'en tuer l'epaule, goinfre toi de macaron
Laduree ( chocolat et framboise), va a l'eglise, post
comme une malade...


ecris un poeme, une chanson, un livre  si il le faut
qui exprime ce que cette perte represente pour toi, ou
ce qu'Il a apporte dans ta vie,

mais ne te laisse pas
ronger par le chagrin, parce que je t'assure que la
pente sera tres tres dure a remonter, bcp plus dure
que le chagrin que tu ressens en ce moment.

 Et je vais réagir de la meilleure des façons pour retrouver mon énergie, mon sourire et ce qui me caractérise vraiment.

[ Un grand merci à la personne qui m'a écrit cela.]

 

dimanche, 20 avril 2008

Pas à mon goût

La vie, ma vie n'est pas triste, ni rose non plus ! Force est de constater que ce début d'année 2008 [bien entamé ce début d'année d'ailleurs (!)] n'est pas du tout à mon goût : entre le décès de Philippe qui m'a beaucoup fragilisé, sensibilisé, le boulot intense pleins de stress, de jalousies, d'évaluations à tout va, de prises de becs, et enfin les gens qui sont autour de moi et avec lesquels j'ai du mal à vivre, bref, ça va pas comme je le souhaiterais.

Oui, pas du tout : l'impression que tout m'échappe, que toute la vérité, la sérénité, la sincérité qui m'animent s'en vont comme fond la neige au soleil : tout ce que j'ai construit semble m'échapper complètement : tout ne tourne pas comme je le voudrais, tout se retourne contre moi et tout fou l'camp !

En bref, j'ai quasiment perdu la confiance et la crédibilité professionnelle auprès du n°2 grâce au cassage sucré sur mon dos par mon ex-boss : youpi, je suis en train de perdre ma promotion, mes tâches etc, etc... j'appréhende une mise au placard, ou pire un licenciement (dont je ne connais pas encore les motifs)... Ma solution : faire retourner cette sensation d'étouffement, d'emprisonnement dans laquelle mon ex-boss m'a enfermée et montrer au n°2 que je réagis positivement et que je m'en sors...

Parce que ce n'est vraiment pas facile de déjouer tous les coups bas que mon ex-boss s'acharne à démontrer sur moi... Whaouh : autant d'énergie mise en branle pour me détruire, pousser ma tête à nouveau sous l'eau lorsque je commence à respirer... J'en peux plus de cette guerre...

Et puis, y a les ami(e)s, les gens que j'aime et qui gravitent autour de moi, enfin, je pourrais presque dire qui gravitaient... Eh oui, le décès de Philippe m'a rendue complètement ignorante de leurs vies, je suis tellement sensible que ma tolérance est à son niveau 0... Je suis à la fois très cassante et très directe dans mes énonciations, je suis moins compréhensive lorsqu'on me parle de problème que je qualifierai de mineurs.

La juriste que j'étais refait surface et ce n'est pas forcément bien pour mes relations et ma communication.

Et puis, à force de lutter contre cet harcèlement moral, je n'ai même plus le temps de penser à Philippe, ni à ses parents, et la fatigue l'emporte tant... tant et tant que je me suis re-blessée...

Allez, je vous le donne en plein dans l'mille : grave entorse, de la cheville gauche, cette fois ! Et pas petite : non seulement, la cheville n'a pas enflé (ça devient un classique maintenant !), mais j'ai réussi à me faire une déchirure des ligaments internes et une élongation des ligaments externes... Plâtrée pour 3 semaines, je retouche aux "bienveillantes" béquilles pour l'occasion, mais surtout, je râte ma rando du we du 8 mai : traversée Nord-Sud de la grande Chartreuse... Je suis "dèg"...

Donc, forcément, pas de roller ce we, pas de rando, plus de danse, mais du rangement/vidage programmé dans l'appart' (il serait temps), et beaucoup de violon... Finalement, ça a du bon ;-) !!!

Et puis aller au boulot, leur montrer que je viens risque de me montrer sous un autre jour...

Et vous, ça va ??

samedi, 05 avril 2008

Tribute to Philippe

podcast

Love, love, love
Love, love, love

Me and my friend were walking
In the cold light of mourning
Tears may blind the eyes
But the soul is not deceived
In this world even winter ain't what it seems

Here come the blue skies
Here comes springtime
When the rivers run high and the tears run dry
When everything that dies
Shall rise

Love, love, love
Is stronger than death
Love, love, love
Is stronger than death

In our lives we hunger
For things we cannot touch
All the thoughts unuttered
All the feelings unexpressed
Play upon our hearts like the mist upon our breath
But awoken by grief, our spirits speak
"How could you believe
That the life within the seed
That grew arms that reached
And a heart that beat
And lips that smiled
And eyes that cried
Could ever die?"

Here come the blue skies
Here comes springtime
When the rivers run high & the tears run dry
When everything that dies
Shall rise

Love, love, love
Is stronger than death
Love, love, love
Is stronger than death.

Love, love, love
Is so much stronger than death

Et tout est dit

lundi, 10 mars 2008

Briefly

free music

 

 

Je voudrais vous parler de qqn, une personne que j'ai découverte via son blog, bref, une bloggueuse. Je l'apprécie beaucoup car elle est d'une sincérité et honnêteté assez rare et ses remarques sont plutôt vraiment pertinentes et justes ! Elle a un blog plutôt "rigolo" (dans mon sens à moi, donc, pas forcément le vôtre), elle ne se prend pas forcément au sérieux, elle pousse ses coups de gueule, et elle est touchante. Elle exprime ses opinions, ses coups de coeur en matière de mode, de beauté etc, etc... Elle a vécu un événement particulièrement douloureux l'an dernier, la perte de son papa, cela ne s'oublie pas et ne passe pas comme cela non plus. Mais elle a toujours écouté les autres malgré sa détresse et ce qu'elle vivait avec les siens, pas franchement tendres.


 

 

Et puis, elle a surtout un formidable don qu'elle met au profit des autres, et auquel j'ai fait appel. Elle m'a conseillé comme jamais personne ne l'avait fait, elle m'a communiqué tous les conseils inimaginables et censés, en peu de mots, mais des mots tellements éloquents qu'ils expriment exactement le message qu'elle doit faire passer. Ses mots résonnent encore en moi et je ne la remercierai probablement jamais assez de sa clairvoyance, de son raisonnement et de sa touchante façon de voir ces choses-là, que nous ne percevons pas nous-mêmes, mais qu'elle oui. Et tout cela, en toute confidentialité, et sans lui communiquer tant d'éléments personnels, elle les a vus ;-) Il s'agit de Wentworthlady et de son don. Toutes mes pensées affectueuses pour toi.

mardi, 04 mars 2008

Pour Philippe

free music

 

 

One day your story will be told
One of the lucky ones who's madz his name
Beneath the lights of your deserved fame.
And it all comas round.
Once in a lifetime like it always does.
Everybody loves you 'cause you've taken a chance,
Out on a dance tothe moon, too soon.
And they'll say told you so.
We were the ones who saw you first of all.
We always knew that you were one of the brightest stars.
One day they'll tell you that you've changed,
Though they're the ones who seem to stop and stare.
One day you'll hope to make the grave,
Before the papers choose to send you there.
And it all comas round.
Once in a lifetime like it always does.
Nobody loves you 'cause you've taken a chance,
Out on a dance tothe moon, too soon.
And they'll say told you so.
We were the ones who saw you first of all.
We always knew that you were one of the brightest stars.
And they'll say told you so.
We were the ones who saw you first of all.
We always knew that you were one of the brightest stars.