Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 24 juillet 2008

Ivresse...

Perdican :

" Tous les hommes sont menteurs, inconstants, faux bavards, hypocrites, orgueilleux et lâches et lâches, méprisables et sensuels ; toutes les femmes sont perfides, artificieuses, vaniteuses, curieuses et dépavées ; le monde n'est qu'un égout sans fond où les phoques les plus informes rampent et se tordent sur des montagnes de fange ; mais il y a au monde une chose sainte et sublime, c'est l'union de ces deux êtres si imparfaits et si affreux. On est souvent trompé en amour, souvent blessé et souvent malheureux ; mais on aime, et quand on est sur le bord de sa tombe, on se retourne pour regarder en arrière, et on se dit : "j'ai souffert souvent, je me suis trompé quelquefois, mais j'ai aimé. C'est moi qui ai vécu et non pas un être factice créé par mon orgueil et mon ennui.""


Alfred de Musset - On ne badine pas avec l'amour

vendredi, 11 juillet 2008

Les dernières choses

Ma vie ressemble (à nouveau, je crois enfin !!!) à un tourbillon de bonne humeur, de joies et de bonheurs... Oui, je crois que l'arc-en-ciel de la Vie, du Bonheur et de la Joie sont à nouveau chez moi.

Je ne sais pas pourquoi ni comment ils sont revenus, mais, c'est ce que je recommence à sentir au fond de moi et j'en suis fière et heureuse...

J'ai fait qqch de très très fort hier soir, même si c'était vraiment douloureux : j'ai pris Philippe par la main et lui ai dit "Il faut qu'on parle"... Non, pas comme cela, évidemment (je n'ai jamais dit cela à qqn de toute façon et jamais de cette façon là même si le fond était le même !!)...

Je lui ai dit que je le sentais malheureux de devoir rester entre deux mondes, comme dans Hôtel des deux mondes (dont je vous ai déjà parlé) et que je souhaitais qu'il soit heureux là-bas... Alors, je lui ai rendu sa liberté, comme on ouvre la paume de la main et qu'un papillon en sort...

Ca m'a fait très très mal, j'ai pleuré, beaucoup, de joies et de tristesses, de le sentir s'éloigner de moi peu à peu, même s'il a eu aussi du mal à partir, il ne voulait pas me laisser seule pleurer et seule tout court... Alors, il a veillé sur mon sommeil et était là à mon réveil et jusqu'à ce que j'arrive au boulot... c'est là qu'il est monté, monté, monté loin dans le ciel bleu de Paris de ce matin...

Ah que j'avais les larmes aux yeux ce matin en attendant le bus ce matin, l'Ipod sur les oreilles, tant je le sentais présent, c'était son dernier au revoir, sa dernière fois dans le monde des vivants même invisible...

Et ce soir, je re-vis aussi, littéralement.... Je suis heureuse de lui avoir rendu sa liberté, de lui avoir permis d'aller au-delà dans cet au-delà avec confiance et sérénité, le rassurer par rapport à moi qui serait heureuse, malgré son absence..; C'était tellement fort cette conversation...

Donc, je revis ce soir soulagée de ne plus, moi aussi être en deux mondes...

Je suis pleine de mes projets : deux visites d'apparts' ce soir, une demain midi deux au moins samedi... Et les sorties de cette semaine : deux théâtres, de plus en plus de marche dans Paris, mes pieds avalent l'asphalte, mais bon je refume un peu tous les jours, c'est pas bon du tout... Et je suis aussi crevée car je me couche quatre fois trop tard, donc, je dévore du chocolat et du fromage.. Vite rééquilibré avec des fruits et des légumes...

Je fas preuve de fainéantise avec mon violon que je n'ai pas travaillé beaucoup cette semaine, je reporte mes séances d'entrainement, pas bien... Tout comme les envies de ranger.... mais je créé, je lis pleins de trucs : j'ai décidé donc, de continuer à lire les livres que j'ai commencé il y a fort longtemps... Mais cela ne m'empêche pas d'en emprunter en bibliothèque (l'intégrale du théâtre de Musset dans La Pléiade, un délice que je partagerais avec vous, promis !) Molière et d'autres, tant d'autres.

J'ai réalisé que si je dois déménager, faut vraiment que je fasse ce tri/vidage d'urgence et d'économie : cela passe par ne plus acheter de fringues (pas de soldes, mais c'est tant mieux, sauf coup de coeur véritable que je n'ai toujours pas eu !), de livres (j'en ai TROP, je me demande si je ne vais pas devoir en donner ou en vendre ??), de disques (là aussi, en donner ou en vendre... mais je ne vends pas mes cd de classique, et là j'écoute la 8ème symphonie de Beethoven, j'adore... et je joue l'Ode à la Joieà l'alto (oui, j'suis fière !)), des sacs (j'ai déjà commencé), des meubles (? pas dit !) et pleins de papiers à ranger, à virer.... Un beau programme que je vais commencer le plus vite possible... Et les finances, les finances... elles vont bien ! La décès de Philippe m'a fait perdre pieds là aussi, mais, j'ai toujours été une bonne gestionnaire (et je peux, sans mentir, le dire et le penser...) donc, là, non que je calcule mes dépenses mais je suis juste plus "attentive" ou "concentrée" dessus ! Et je calcule en réalité le nombre de sous que je peux de côté par moi, tout en me faisant plaisir (les vacances qui approchent et que je souhaite financer tranquillement !) Et ça va marcher, croyez-moi !

Et vous, quels sont vos projets du moment/immédiat ?

vendredi, 04 juillet 2008

Projects

Et on reparle de projets à plein nez ! Oui, je reprends les rennes de ma vie et je me réinstalle sur ma selle de cavalière pour m'armer de force, courage, détermination et conviction pour aller là où je le souhaite.

Encouragée par une amie chère retrouvée pour mon/son/notre plus grand bonheur, j'avance et me sens bien plus légère, portée que je suis par tous ces projets envahissants, mais tellement porteurs de richesse et de sourires, de joies, de bonheurs futurs...

A commencer par l'achat de l'appart', j'ai tellement la sensation que ça va aller très très vite, vous ne pouvez imaginer à quel point... Je pense que je vais être épatée par cette rapidité : pour le coup, y aura pas beaucoup de temps laissé au temps, faudra d'ailleurs que je prévois les aides pour déménager... A bon entendeur... !!

Le projet suivant ou en même temps, c'est le recueil de poèmes à terminer, le roman à écrire. Pour le recueil, c'est facile, faut juste sélectionner les meilleurs et les compiler ensemble, sinon, "juste" les recopier sur ce pc et les graver sur cd pour les conserver... Le papier s'abîme tellement vite...

Le roman : ça y est, il est défini, dans ses grandes longueurs/largeurs... Il s'agira d'un roman épistolaire à la Choderlos de Laclos, qui sera divisé en chapitres thématiques et traitera du discours précieux, cher à Molière et tant d'autres... Non, il ne s'agira pas d'une pièce de théâtre car je ne maîtrise pas assez cet art, mais je me prépare à l'écrire cet été.

Cet été aussi, j'ai décidé de lire, lire et lire, prendre le temps de lire et me divertir à fond : donc, lire tout Molière que j'adore définitivement, terminer la saga des Harry Potter... et lire les autres livres en attente d'être terminés : j'en suis à en lire 25 en même temps, c'est trop, vraiment : donc, maintenant, c'est respect des livres et de leur temps de lecture...

Ah oui, faut que je vous parle du chantier de l'été : résoudre la question du temps : ben oui, à force d'être trop spontanée, je perds le temps tellement précieux car j'ai réalisée que chaque chose dispose de son propre temps et qu'il faut respecter le temps de chaque chose... C'est un gros morceau à avaler pour moi, et l'été est propice à cela... Profitons-en !

Et je repense à la conversation avec cette même amie, qui réalisait en m'écoutant combien tous mes projets mis bout à bout la fatiguaient...!! Un comble quand mêm, mais je ne suis pas étonnée : je dégage une telle énergie qu'elle doit faire peur parfois, limite être envahissante...

[Ah finalement, je ne suis pas un cadeau ?? Que dites-vous ??  Ah, je vous y prends, coquin, à vouloir me mettre en porte à faux avec mes semblables... Sapristi, où ce monde nous condut-il ??]

C'est un peu comme cela que mon roman sera écrit : je vous mettrais qq extraits afin que vous puissiez en profiter et que vous me disiez ce que vous en pensez... Bonne nuit ;-) 

jeudi, 29 mai 2008

Aperçu

Voilà, en bref, les citations qui me portent un peu plus chaque jour, j'en fais des références, des leitmotiv et j'en passe.. Alors je vous les édite afin que vous me dites ce que vous en pensez, sur un fond musical que j'ai sorti de la poussière ;-)

 


podcast

 

  • « Impose ta chance. Serre ton bonheur et va vers ton risque. À te regarder, ils s’habitueront. » - René Char
  •  « Vous êtes ce que vous avez été et serez selon ce que vous faites maintenant. » - Bouddha
  • « Pour réussir dans le monde, retenez bien ces trois maximes : voir, c’est savoir ; vouloir, c’est pouvoir ; oser, c’est avoir. » - Alfred de Musset
  •  « Agissez avec passion mais pensez avec clarté. » - Hannah Arendt
  • « Les hommes sont malheureux parce qu’ils ne réalisent pas les rêves qu’ils ont. » - Jacques Brel
  • « La vie, c’est comme une bicyclette, il faut avancer pour ne pas perdre l’équilibre. » - Albert Einstein
  • « Le bonheur est la seule chose qui se double si on le partage. » - Albert Schweitzer
  • « La vie est un défi à relever, un bonheur à mériter, une aventure à tenter. » - Mère Teresa
  • « Ce n’est pas parce que c’est difficile que nous n’osons pas, c’est parce que nous n’osons pas que c’est difficile.» - Sénèque
  • « Deviens ce que tu es, fais ce que toi seul peux faire. » - Frederic Nietzsche
  • « Si vous n’essayez jamais, vous ne réussirez jamais, mais si vous essayez, vous risquez de vous étonner vous-même. » - Lama Thubten Yeshe
  • « Attendre d’en savoir assez pour agir en toute lumière, c’est se condamner à l’inaction. » - Jean Rostand
  • « La sagesse c’est d’avoir des rêves suffisamment grands pour ne pas les perdre de vue lorsqu’on les poursuit. » - Oscar Wilde
  • « On ne sait bien parler que lorsqu’on sait se taire. » - Proverbe italien
  • "Vivre, c’est être pris à l’intérieur d’un conte de fée." - Christian Bobin

jeudi, 22 mai 2008

Thursday, I am alive (still)...

 
podcast

 

C'est terrible, je ne voudrais pas m'épancher, mais je vous en parle, c'est plus fort que moi.

C'est comme cela tous les soirs depuis 10 jours, je crois ; le soir, je suis là, comme dans l'attente de sa présence, de sa lumière et me voilà comme partie dans mes rêves, mes chimères, peut-être devrais-je dire ?

Il est là. Il me regarde, me protège et me voit vivre fièrement, je crois. Mes pensées voguent  vers lui, mes yeux cherchent un nuage, une attitude d'un homme dans la rue, dans le bus, au boulot (!!) qui pourrait m'y faire penser.

Phil me manque et ne me manque pas. Je ne nourris pas de regrets, mais, je suis triste, c'est un fait. J'en parle de temps à autre au boulot, c'est normal, ça m'a tant marqué. Les gens sont parfois étonnés/affolés de m'en entendre parler ainsi, ont peut-être peur que j'en fasse une dépression.

Non, ce serait à la fois trop facile et ne pas lui rendre hommage, aussi dur cela soit-il ?!

Mais y a qqch, qqn qui me manque, y a vraiment un vide à côté de moi, je ne peux pas vous dire/exprimer/expliquer à quel point/combien ce vide est important, il est "juste" présent, et juste pour cela, c'est dur.

Le paradoxe (Nie !) c'est que je le sens présent près de moi, il me conseille ou m'envoie ses bonnes ondes pour me guider et me réconforter, etc, etc... et ça reste encore plus perturbant, troublant alors j'ai encore l'impression de vivre entre deux mondes et je repense au livre Hôtel des deux mondes... Et je pense encore plus au livre du même auteur, Oscar et la dame Rose... Philippe était vraiment pareil...

Je me sens tellement émue en y pensant et en écoutant cette chanson : le début des paroles me renvoie à la note de Jipes

 

vendredi, 21 mars 2008

Finally

free music

  

 

Deux dimanches consécutifs où il pleut, et me voilà tournant comme un lion dans sa cage, assoiffé d'espace, de liberté, d'air qui s'engoufre dans mon cou, mon sweet et mes roller blade qui filent à la vitesse que je désire... Je n'ai pas encore le style des rollers bladers avec la musique sur les oreilles, mais j'ai au moins des lunettes de stars !

Je compense, dirons-nous en parcourant Paris, en long, large et en travers, à la rechercher de... euh, ben, je ne sais pas bien. Ou plutôt si ! une forme de fuite en avant, une envie d'air, d'épanouissement, et d'ailleurs surtout.

Ma platine fait défiler en boucle l'album de Télépopmusik, Angel Milk, que j'adore !

J'ai pleins de trucs qui, temporairement, me font du bien au coeur et au corps et à l'esprit : 

  • Le thé vert à la vanille qui est d'une douceur sur la langue incomparable...,
  • Le cappucino du Starbuck, de n'importe quel Starbuck, en fait ! (quelle ruine au final !)
  • Les livres de Simone de Beauvoir : whaouh, je suis scotchée, ça me parle tant ce qu'elle écrit, je n'arrive pas à descotcher de son écriture...
  • Le sport en général
  • La tisane, le soir, avant de m'endormir
  • ma couture, mon point de croix, mon tricot, enfin, quand je m'y mets, lorsque je ne suis pas scotchée à mon pc - comme si j'en avais pas marre de faire déjà près de 10h d'écran, je remets cela le soir, diable !
  • La danse que j'ai repris, quand même et avec laquelle je vais redevenir assidue !
  • La rando : je remets cela le we prochain... J'ai hâte, c'est peu dire, l'air vivifiant, l'air pur, la montagne, enfin, la pluie, peut-être, la neige sait-on jamais ? Mais la joie et la délectation de pouvoir aller au bout de soi dans cet échange avec la nature, à fond... Juste pour le plaisir des yeux
  • Les produits de beauté du Dr Hauschka, génialissime pour ma peau archi fragile/sensible/réactive... ;-)
  • La confiance en soi, essentielle, la zénitude par le yoga chaque matin, qq minutes, fascinantes, la méditation que je devrais pratiquer davantage
  • Les projets à plus ou moins courts termes que je formule, on verra s'ils voient réellement le jour !
Et vous, c'est quoi vos petits trucs pour voir la vie en rose, même quand votre univers s'annonce morose ?


 

 

mercredi, 19 mars 2008

La pluie

free music

 

 

Je relis - certes, en diagonale - Où es-tu ? (d'un auteur trop connu et critiqué) mais cette histoire trouve une résonnance/raisonnance particulière au fond de moi.

Surtout avec cet extrait :

L'enfant fixa Mary droit dans les yeux, sa lèvre inférieure tremblait :

    "Dans mon pays il pleut, mais pas des pluies comme ici, des vraies, qui tombent pendant tellement de jours qu'on     ne peut plus les compter. Et la pluie chez nous, elle est si forte qu'elle finit toujours par trouver son chemin pour entrer sous ton toit, et elle coule à l'intérieur de ta maison. Elle est intelligente la pluie, c'est maman qui me l'a dit, toi tu ne le sais pas, mais il lui en fait encore plus, toujours plus."

(...) 

   "Alors, elle cherche comment aller plus loin, et si tu ne fais pas très attention elle fnit par atteindre son but, elle se glisse dans ta tête pour te noyer, et quand elle a réussi, elle s'enfuit par tes yeux pour aller noyer qqn. Ne mens pas, je l'ai vue la pluie dans tes yeux, tu as eu beau essayer de la retenir en toi, c'était trop tard, ty l'as laissée entrer, tu as perdu !"

(...)

    "Elle est dangeureuse la pluie-là, parce que dans ta tête elle enlève des bouts de ton cerveau, tu finis par renoncer et c'est comme cela que tu meurs..."

Y  t'il qqch à rajouter ? Je ne crois pas, tout est dit, on ressent la détresse de l'enfant qui a perdu sa mère, la mère adoptive qui ne sait comment s'y prendre avec cette enfant, certes déconcertante, mais tellement pleine de vie.

mardi, 17 avril 2007

Le jeu des quatre bouquins

Taguée par mon parrain de la blogosphère « chéri » Titus, je vous livre (c’est le moins qu’on puisse dire) mes réponses à la nouvelle chaîne de la blogosphère ;-)

Les quatre livres de mon enfance

Les petites filles modèles, Les malheurs de Sophie et Les vacances (la Trilogie), La Comtesse de Ségur

Boucle d’Or et les trois ours, Rose Celli et Gerda Muller

Le club des cinq, Edith Blyton

Les quatre filles du docteur March, Louisa May Alcott


Quatre écrivains que je lirai et relirai encore

Jane Austen

Barbara Kingsolver

Susanna Tamaro

Frison-Roche


Quatre auteurs que je n'achèterai (ou) n'emprunterai probablement jamais plus

Frédéric Beigbeder

Honoré de Bazac

Philippe Djian 

Anna Gavalda


Les quatre bouquins que j'emporterais sur une île déserte :

L'Alchimiste, Paulo Coelho

Va où ton cœur te porte, Susanna Tamaro

Les trois mousquetaires, Alexandre Dumas

Cyrano de Bergerac, Edmond Rostand


Les quatre premiers livres de ma liste à lire :

Le comte de Montecristo, Alexandre Dumas

Un déjeuner de soleil, Michel Déon

Ecoute ma voix, Susanna Tamaro

Musica Cubana, Noël Balen


Les quatre derniers (mots) phrases d'un de mes livres préférés :

« Et puis, quand plusieurs routes s’offriront à toi et que tu ne sauras pas laquelle choisir, n’en prends pas une au hasard, mais assieds-toi et attends. Respire profondément, avec confiance, comme le jour où tu es venue au monde, sans te laisser distraire par rien, attends encore et encore. Ne bouge pas, tais-toi et écoute ton cœur. Puis, quand il te parlera, lève-toi et va où il te porte. »

Va où ton cœur de porte, Susanna Tamaro.


Les quatre amis choisis pour passer le relais :

Dyane

Flyingtiger

Leafar

Mimie in Vivo 

 

mardi, 20 mars 2007

Je mange donc je suis ;-)

Voici le nouveau jeu sur la blogosphère qui parle de goûts culinaires, domaine dans lequel je n'excelle pas du tout, malgré les croyances de mon parrain et tagueur, Titus ... ;-)

Et selon la règle du jeu, je reprends les questions et désigne trois victimes à la fin...

Quel est l'aliment ou le plat le plus inhabituel que vous ayez goûté ?
Le plus atypique, du rennes lorsque j'étais en Finlande... Et aussi surprenant que cela puisse paraître, surtout après la petite crainte/peur bleue, eh bien, c'était délicieux ;-)
 
Quels aliments évitez vous de manger (que ce soit à cause d'allergies, d'un régime alimentaire précis ou juste parce que vous n'aimez pas) ?
Par principe, j'aime tout, donc, je mange de tout ! Par contre, je n'aime pas les abats et autre foie, cervelles et trucs de ce genre là (même archi bien cuisiné, je sais que si je le sais, ça ne passe pas...!) ; maman ne m'en a pas cuisiné lorsque j'étais petite...
Aussi, mon estomac ne supporte pas les plats trop gras, trop lourds, trop sucrés et trop salés (ah oui, parce que j'oublie de saler ma cuisine et non, elle pas fade, loin de là puisque j'y mêle pleins d'épices !!)
 
Est-ce que vous cuisinez ?
Un peu ;-)
En fait, j'ai pas une méga grande cuisine et surtout pas de four, donc, je suis assez limitée.
Mais, ce qui est certain, c'est que je n'achète rien (aucun plat) tout prêts ou déjà cuisinés, parce que je déteste (exception faite de qq ravioles), même les plats types raviolis ou choucroute ou haricots verts en conserve, c'est fini depuis lontemgs... Et le midi, c'est la méga galère car je sais jamais quoi manger, heureusement que j'ai un resto japonais pas loin ;-) 
En fait, cela donne que je me prépare tout moi-même (soupes, ratatouilles, saucisses aux lentilles, tajine...) et avec des produits frais, parfois bio, en tout cas le plus goûteux possible !!
 
Si vous étiez coincé sur une île pour le reste de votre vie, et que vous ne pouviez choisir qu'une seule cuisine (française, italienne…), laquelle adopteriez-vous ? Pourquoi ?
Ahlàlà, dure question ! Parce que j'aime à peu près tout, même si j'ai une nette préférence pour la cuisine asiatique (ex et corres' japonaise oblige) et donc, particulièrement pour la cuisine japonaise (heureuse le midi je suis ;-)), mais, je suis susceptible de m'en lasser, et alors, je me tourne vers la cuisine italienne. Voilà, je crois que ce sont les deux cuisines avec lesquelles je suis heureuse de vivre !! Euh, la cuisine espagnole aussi d'ailleurs !! Et aussi la cuisine indienne (toutes ces saveurs...) ... Bref, encore trop dur de choisir ;-)
 
Quel est le plat que vous préparez lorsque vous souhaitez impressionner ?
C'est une question difficile, parce que la réponse n'est pas évidente. Je n'ai pas la prétention quelconque de pouvoir impressionner les gens avec le peu que je sais faire en cuisine..
Ce qui est certain c'est que je me débrouille bien pour les desserts et que mon fondant au chocolat (je squatte le four de : mon frère, de F, de E, de voisin(e)s !!) les met tous en appétit, bref, il a un succès fou ! Et tout ça, parce que ma soeur m'a offert un livre sur le chocolat !! Ah oui, je fais aussi un délicieux chocolat chaud (toujours le même livre !)
 
Lorsque vous allez au restaurant, quels plats préférez-vous choisir ?
Ca dépend vraiment du choix de la carte et de mon envie du moment, de l'instant, je me laisse guider par mes sens, et mon appétit ;-) Et aussi manger qqch que je ne mange pas souvent chez moi, genre de la viande, de temps en temps, ça fait sacrément du bien...
 
Au restaurant, avez-vous déjà demandé à ce que l'on vous change un plat ou un vin ?
Ca m'arrive de demander à ce qu'on change la garniture d'un plat ou de demander la sauce à part. Les gens pourraient penser que je suis au régime alors que je déteste ce mot et en suis allergique (véridique !!), mais c'est juste que parfois c'est trop gras/lourd et je trouve dommage de ne pas pouvoir manger parce que justement voilà ! Ah oui, si le plat est froid lorsqu'il arrive à ma place, je demande à ce qu'il retourne en cuisine, idem si la viande que j'ai commandée n'est pas assez cuite ;-)
 
Combien de livres de cuisine possédez-vous ?
Aucune idée, peut-être cinq, mais surtout des livres de desserts :-) Le reste, je l'invente à partir d'une recette déjà connue ou selon le feeling du moment, ou sinon, si je suis en panne d'idées, je fais un tour chez Marmitton, ils sont tops ces gens-là :-)
 
Quel est l'aliment dont vous ne pourriez vous passer ?
Du chocolat, noir surtout, et au lait de temps en temps, tout simple pas fourré, sans noisettes, ni amandes ou raisins !! En poudre avec du lait frais (un vrai délice le lait frais, d'ailleurs) et j'en ai besoin lorsque je suis fatiguée (avec du lait frais aussi d'ailleurs !!)

Quelles seront mes trois victimes du jour ?
Je désigne Serge, Dyane et Flyintiger ;-) A vous de jouer, euh pardon, de cuisiner !!!


mardi, 02 janvier 2007

La métaphore du Baiser

  

"Un baiser, mais a tout prendre, qu'est-ce?
Un serment fait d'un peu plus près, une promesse
Plus précise, un aveu qui veut se confirmer,
Un point rose qu'on met sur l'i du verbe aimer;
C'est un secret qui prend la bouche pour oreille,
Un instant d'infini qui fait un bruit d'abeille,
Une communion ayant un goût de fleur,
Une façon d'un peu se respirer le coeur,
Et d'un peu se goûter, au bord des lèvres, l'âme!"

 

 

Cyrano de Bergerac 

jeudi, 21 décembre 2006

Hôtel des deux mondes (suite et fin)

"Je n'ai aucun mérite. Etre si souvent en souffrance, si souvent allongée ou assise, m'a forcée à réduire mes ambitions. Puisque je ne peux pas me promener, une seule fleur m'enivre autant qu'une journée de promenade dans des jardins de roses. Un rayon de soleil qui glisse entre les fentes du store me donne un vrai bain de plage, je le laisse descendre sur moi, chauffer mon cou, s'égarer sur mon épaule, sur ma poitrine, où il me rend plus lourde l'etoffe du corsage, j'ai froid lorsqu'il s'écarte et va se planter définitivement dans la plinthe. Le bruit de la pluie et des orages sur le toit m'a fait parcourir toutes les mers du globe, découvrir la tempête, le bateau frappé par les flots, la récompense d'une côte gris ardoise au matin lorsque tout s'est apaisé. Je peux m'occuper des heures avec un bout de laine, je ne connais que certains chatons pour en profiter autant que moi (...) En fait, le bonheur est au creux de la main. Il suffit de rester immobile, de devenir amnésique, oublier tout de la veille et du lendemain.

Si l'on arrive à se faire minuscule en se calant bien dans le présent d'une chaise placée devant la fenêtre, on savoure l'univers entier. Un grand bonheur n'est composé que de toutes petites choses (...) En ce moment, tu ne peux pas imaginer comme je suis proche de toi, pleine de toi, collée à chaque centimètre de ta peau, accrochée à ton souffle. J'épouse tes muscles, je sens ta force, j'imprime tout de toi."

 

Eric-Emmanuel Schmitt 

 

... To be continued ... 

 

;-) 

 

mercredi, 20 décembre 2006

Quand la vérité sort de la littérature...

"Juste quelques éléments. Votre nature. Votre santé. Votre histoire. Mais pas vos choix. Vous arrivez au monde chargés de données, alourdis d'une hérédité, d'une famille, d'un milieu, attachés à un village, un pays, une langue, une époque, tout vous distingue, tout vous sépare, tout vous différencie, mais une seule chose, une seule, vous rend identique : vous êtes libres. Libres, comprenez-vous ? Libres d'âbimer votre corps, libres de vous ouvrir les veines, libres de ne pas guérir d'un chagrin d'amour, libres de vous laisser pourrir dans votre passé, libres de devenir héroïques, libres de prendre les mauvaises décisions, libres de rater votre vie ou de hâter votre mort. Croyez-moi, il n'y a pas de Grand Livre du Destin, seulement quelques indications sur une fiche. Des données. Ce qu'on ne peut pas calculer, c'est votre liberté."
 
Je remercie Eric-Emmanuel Schmitt, dans Hôtel des deux mondes 
 
 

mercredi, 22 novembre 2006

Les livres que je lis

Y en a beaucoup, beaucoup. Je crois en lire environ 20-25 en même temps...Oui, je sais, ça peut vous paraître beaucoup/peu/énorme, mais c'est comme ça !

Alors, je vous vois venir, et de me demander comment je fais, et si je n'oublie pas, etc, etc pour les questions/remarques négatives ;-)

En fait, il s'agit de livres que je trouve comme cela, dans la rue en me promenant, dans les rayons de la Fnac, au détour d'une lecture générale et vlan, il me faut absolument ce livre... Sauf, que là, ça commence à bien faire, car avec mes cours de théâtre, j'en rajoute à cette liste dèjà longue et que je souhaiterais terminer et voir renouveler plus souvent... Et puis, j'avoue, je commence à avoir du mal à suivre... Il était temps !!

Donc, j'ai décidé de mettre, ici, noir sur blanc, les livres qui prennent de la place dans mon sac (c'est pas rare que j'en emporte 3 avec moi!!).

Alors voici la liste, dans le désordre dans un premier temps, puis avec d'autres annotations à venir...

  1. Racine, Théâtre complet
  2. Rilke-Pasternak-Tsvétaïeva, Correspondance à trois
  3. James Ellroy, American Tabloid
  4. Eric-Emmanuel Schmitt, Hôtel des deux mondes
  5. Marie-France Muller, Croire en soi
  6. Alexandre Adler, J'ai vu finir le monde ancien
  7. Matthieu Ricard, Plaidoyer pour le bonheur
  8. Sigmund Freud, Introduction à la psychanalyse
  9. Jean-Philippe Zermati, Maigrir sans régime
  10. Marcelle Auclair, Le livre du Bonheur
  11. Alain, Propos sur le bonheur
  12. Ovide, L'art d'aimer
  13. Stephen R. Covey, First things first
  14. Ernesto Che Guevara, Voyage à motocyclette
  15. André Malraux, L'espoir
  16. Bernard-Henri Levy, Qui a tué Daniel Pearl ?
  17. Catherine Laroze, L'art de ne rien faire
  18. Joël Martin (Que sais-je ?), La contrepèterie
  19. Gao Xingjian, La montagne de l'âme
  20. Françoise Dolto, La difficulté de vivre
  21. Molière, Les femmes savantes
  22. Gérard Apfeldorfer, Maigrir, c'est dans la tête

J'ai pas vraiment le temps de m'ennuyer avec tout ça ;-)

J'adore lire Le livre du Bonheur, le soir avant de m'endormir, c'est comme une comptine, une histoire pour s'endormir, l'impression que toute la terre va s'endormir avec moi...

Et y en a plein qui m'attendent sagement dans ma bibliothèque qui ne peut plus les contenir tous... Je me retiens d'en commencer un éternel autre...

lundi, 06 novembre 2006

Mon home théâtral

Je vous avais promis de vous raconter ce qui se déroule sur les scènes parisiennes, a fortiori ma scène du moment, mes cours de théâtre...

Si mon premier cours s'est révélé un désastre... Oui, j'ai oublié mon texte de présentation, la personne qui m'a soufflée était nulle, elle disait les choses trop tôt, résultat, je paniquais/tremblais encore plus... Bref une méga cata, mais vraiment la méga cata (genre, Justine qui le dit dans Premiers Baisers... citation naze !)...

Bon bref,  j'ai fait une entrée sur scène remarquée, en sautant à cloche-pied, sans mes béquilles et plâtrée...

... ça les a bien fait rire, et ils se souviennent d'une jeune femme rigolotte, pleine d'énergie, ne faisant pas son âge (ça, ça ne risque pas de changer !!!), et bref, je les ai interloqués et surpris !!

Si, effectivement, je ne peux que progresser, j'ai quand même une petite terreur au fond de moi à l'idée de remonter sur scène, de perdre autant mes moyens, ...

Et pourtant ...

... Dieu que c'est grisant d'être sur scène, de vibrer pour faire vivre un personnage, de frémir de plaisir en prononçant ces mots qu'un auteur a écrit... Moi, je fonds, littéralement...

Les cours sont vraiment épatants : la prof nous fait travailler, chauffer notre voix, on récite des phrases super pas faciles pour la diction (parfait pour moi qui parle à toute allure :-)) et ensuite on présente les textes qu'on a envie de travailler...

Y en a pleins, de toutes sortes, bref, c'est vachement bien.... Je n'ai qu'une hâte, c'est de connaître tous les titres et auteurs afin de m'enivrer de ces lectures.... et aussi de pouvoir vous les faire partager ici et aux autres que je connais in the real life ;-)

J'ai demandé à ma prof vers quel texte elle pouvait m'orienter car ma prestation de Bérénice était tout sauf élogieuse... Alors, elle m'a conseillé Musset, Louison...

Si vous connaissez cette pièce et surtout si vous l'avez chez vous, je serais heureuse de vous l'empruntez le temps de me l'acheter et de la dévorer des yeux !!

Mais sinon, je la commanderai ou l'acheterai dans la collection La Pléaïde (ou toute autre collection), histoire d'avoir l'intégralité des oeuvres d'Alfred de Musset ;-) ... une fois que je serai déplâtrée ;-)

dimanche, 01 octobre 2006

Littérature, quand tu nous tiens

Y croyerez-vous si je vous dit que ma langue a encore fourché, et que j'ai fait pire que la dernière fois ? Et croyerez-vous que j'ai fait rire aux éclats mon auditoire ?

Si, si, en toute modestie ! Et j'ai même éclaté de rire ! Moi aussi, je sais rire de moi-même quand même !

Bon alors, que je vous raconte, histoire que vous y comprenez qqch ! 

Cette fois-ci, j'étais dans un café en train de partager un café et nous parlions littérature, théâtre et autres impressions sur ce que nous aimions...

Et  nous étions d'accord sur ce qui nous transportait, à savoir les vers de Racine dans Phèdre, ceux de Rimbaud, ceux de Corneille, beaucoup moins pour ceux de Verlaine, et puis encore Racine, mais avec Bérénice et encore ... Phrèd, dis-je...

Moment d'apnée littéraire ? Nos regards se croisent, et on éclate de rire, et nous rions, rions, à en avoir les larmes aux yeux, en tout cas pour moi ! 

Eh oui, j'ai pas pu m'empêcher de faire du grand Moi ! Confondre Phrèd de Racine, à Phèdre évidemment ! Non, je vous jure, y en a pas deux comme moi.

Heureusement que le ridicule ne tue pas, parce que je serai déjà morte, je vous dis, et pas qu'une seule fois !!!

Bon bref, tout ça pour dire que si d'aventure vous me croisez dans la rue, n'ayez pas peur, je ne mords pas, je suis juste une méga gaffeuse, une fille qui invente des mots au kilomètre, mais j'adore... Imaginez, réécrire le Petit Robert... Cocréativement aussi, pourquoi pas ??

;-)