Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 13 janvier 2009

A venir

J'ai souhaité ardemment que 2008 finisse tant je n'en pouvais plus de cette année qui avait été très - trop - lourde à porter. Et maintenant, je regrette de ne pas avoir compris qu'il fallait que cette fin d'année s'étire vraiment en longueur pour que je puisse en saisir, en comprendre tout le sens, les moindres détails afin de pouvoir avancer sur le chemin de vie que j'ai commencé à tracer... Mais si, vous la voyez cette trace de ski unique dans la poudreuse blanche de cette piste de ski !

2008 a été une année dure, difficile, une année pendant laquelle, je n'ai cessé de me battre, contre les autres, contre moi-même, contre des être humains odieux, contre beaucoup de choses et avec des autres. 2008 m'a montré combien l'amitié est fragile, combien ils sont peu nombreux à m'avoir soutenue sans peur (et sans reproches !) alors que je déversais des torrents de larmes suite au décès de Philippe, tandis qu'ils découvraient que je n'étais pas qu'une copine mais aussi une femme avec un coeur comme elles-mêmes le sont dans leurs propres vies, et que l'amitié, la vraie, ne se compte effectivement que sur les doigts d'une seule main...

Cette cruelle vérité m'a sauté au visage tout comme la fragilité de la vie. Morte de désespoir et d'espoir, j'ai erré longtemps prenant des chemins de traverses pour essayer de me retrouver, de ne faire plus qu'un avec moi-même et advenir vers là où je le voulais.

Advenir, y a avenir dedans, et j'étais bien incapable d'en parler, arrivant tout juste à me projeter dans les 5 jours à venir c'est dire...

Et puis, y a eu un sursaut, en plein été, mes vacances : rappelez-vous, je ne souhaitais pas partir, éprouvant un sentiment d'insatisfaction grand quant à moi-même et ce que j'avais réalisé depuis le début de l'année... Mais, en qq jours, après réflexion, qqch en moi a bougé et m'a montré que des vacances pourraient me faire du bien.

Alors, j'ai tout bouclé rapidement.

Je ne sais pas comment j'ai réussi à sortir de moi, à faire ces petits pas vers mon advenir, un moi-même plus posé, créatif, serein... mais j'y suis arrivée.

Je ne vous ai pas raconté ce formidable voyage qui a tout déclenché et pourtant y a tant à dire de Berlin... une envie à la fois de fuir et de me retrouver avec moi-même, face à moi-même pour faire un point, un bilan salutaitaire... qui a eu lieu là-bas.

Et le plus étonnant a été ma rencontre avec Mr aoueux le jour de mon départ vers cette capitale européenne.

Alors, certes, 2008 restera, risque de rester gravée dans ma mémoire encore longtemps du fait de tout ce qui s'est passé, mais finalement, plus 2009 avance, plus je me rends compte du chemin parcouru, des choses que j'ai réussies (et je pense pouvoir en être fière, les ayant assumées et effectuées toute seule !), et d'avoir remonté cette pente qui était franchement glissante et pas évidente à remonter...

2008 s'est joliment achevée, j'ai essayé de ramener un peu de calme et de sérénitude dans mes relations avec le NML* (Smart et l'autre resteront toujours ce qu'ils sont et ne changeront jamais - c'est une certitude...), rassembler mes "petits" au sein de l'équipe que je manage sans véritablement la manager au boulot (30 personnes quand même !!) et faire en sorte que l'arc-en-ciel sur lequel je me promène depuis plus de 4 mois continue de grandir.

Voilà, je crois avoir fait le tour de 2008, et je me souhaite une année 2009 différente, avec des défis à relever (et à remporter !!), plus de sérénité, l'affirmation de moi en tant que femme et surtout toujours autant de bonheurs posibles...

A vous aussi, je vous souhaite une belle année : quelle vous comble de joies, bonheurs et réalisations dans les rêves que vous formulez...

jeudi, 25 septembre 2008

Chimères

Il était vain le temps où je pensais, j’espérais un changement dans l’attitude de l’Autre.

Vainement espéré, vainement tenté ce rapprochement vers mars 2008, et toujours espéré qu’il puisse en être autrement, il n’en est et n’en sera jamais rien et jamais autrement, ce n’est que chimère.

Certes, vous pourrez croire que je suis fataliste, défaitiste et autres arguments, jugements, mais non et, comment vous dire, vous exprimer, le fond de ma pensée autrement ?

Dans moins de 10 jours, je retourne au NML*, pour de biens longs jours finalement.

Certes, ce voyage, je le souhaite ardemment afin de revoir l’Alpyne car elle me manque vraiment : je ne l’ai pas vue depuis le 14 juillet, je crois, je n’étais pas présente pour son anniversaire puisque j’étais en vacances et j’ai besoin de la serrer contre mon cœur.

Sauf que cela signifie également que je doive revoir cet Autre.

Si, jusqu’à cet instant, je n’appréhendais pas, un je ne sais quoi qui m’oppresse au fond de moi depuis qq heures est apparu.

Certes, je sais pourquoi également : la perspective qu’il ressente que ma vie est de couleur rose ou arc-en-ciel depuis qq semaines… et que je me sente heureuse, sereine, apaisée, et plus posée… [ça fait vraiment du bien car je retrouve des émotions que je ne pensais plus revivre un jour étant donné les changements que j’ai observés chez la gente masculine en particulier et pour ne pas la nommer… !] ; et le fait qu’il soit à nouveau jaloux de constater que je lui échappe d’une façon ou d’une autre… et tout ce qu’il pense, son inconscient qui s'exprime tellement fort et le fait que je ressente tout cela tellement...

[à suivre...]

mardi, 05 août 2008

Déception(s)

Ce sera l'objet de la 1ère note de ce soir, car il faut que je l'évacue cette déception (semi-déception ?) .. Oui, elle n'est pas si triste que cela, mais elle me fait mal au coeur.

Et pourtant, je la crois pleine de promesse cette déception, car loin sans faudrait-il pour qu'elle m'emmène bien plus loin et mieux et grand et joyeux (etc, etc...) si j'arrivais à aller au-delà de ce sentiment là, frustrant plus que décevant...

La faute à qui ? Moi, surtout, mais j'aurais bien aimé pas seulement !!

J'avais trouvé un appart' qui me convenait bien et que je m'apprêtais à revisiter demain histoire de me convaincre ou pas qu'il était vraiment celui que je recherchais/voulais/souhaitais !! Et puis, voilà que l'agent immobilier m'annonce tout à l'heure qu'il a été vendu : vous imaginez sans nul doute ma déception.

Alors, certes, la déception n'est pas si grande que cela, mais quand même et je m'en explique : il réunissait tous les critères sauf un pour lequel, j'avais finalement dit "ça devrait aller..." Alors, je m'en veux parce que je ne me suis pas décidée assez vite, mais en même temps, c'est pas évident de se décider en qq 48h pour un achat qui va vous lier à un prêt pendant presque 30 ans ?? Non ? Si, bien sûr ! Je m'en veux de cela, surtout et je me sens coupable.

Je me sens aussi furieuse parce que j'avais commencé à en parler (trop finalement) autour de moi : l'Alpyne qui en a parlé à l'Autre, qq mots à Smart, des ami(e)s, et finalement, la chance s'est comme retournée contre moi....

En même temps, je me dis - me persuade - que s'il m'était vraiment destiné, il ne me serait pas passé sous le nez... J'étais quand même prête à laisser passer mes vacances, c'est dire !!!! Mais pas tant que cela, non plus dites !!!

Alors, j'ai envie de dire retour à la case départ, comme au jeu de l'oie, mais pas forcément : ce loupé m'apprend finalement plein de choses : ce que je recherche vraiment est maintenant clairement établi dans ma tête !! Je sais qu'un tel appart' (limite spécialement conçu pour moi !!) existe. Le prochain qui me plaira comme celui-ci sera aussi bien si ce n'est mieux...

Donc, haut les coeurs et reprenons sereinement cette recherche : ce dont je suis persuadée, c'est que je trouverai et qu'en mettant autant d'agences sur le coup, je ne peux que réussir, non ?? h que SI !! Et y a aussi un truc dont je suis persuadée : ce que je veux (vraiment), je l'obtiens

[J'ai exprimé exactement la même chose à mon nouveau boss il y a qq mois concernant le projet dont je suis responsable... et aujourd'hui je suis fière de voir que j'avais raison car le projet fonctionne vraiment bien et que je me fais entendre (enfin) par l'ensemble de mes interlocuteurs...]

Et ça me fait aussi pensé à toi, Nie, tu sais, ta comparaison avec les mecs dans ma note précédente et savoir ce que je veux vraiment... La boucle semble se boucler sereinement... Et finalement, ce n'est pas tant une déception que cela...

 

dimanche, 20 juillet 2008

Un peu de tout

Vous avez demandé Laurenn, me voici !

Absente, irréelle, présente, vivante, transparente, inerte, joyeuse, heureuse, souriante, triste ... tout va, tout vient, mais tout ne va pas aussi bien que je le souhaiterais.

Je ne sais pas d'où vient ce vague à l'âme que je sens monter, monter, en moi mais qui n'arrive/n'arrivait pas à sortir... et qui là, commence tout juste ;-)

Ouf car je préfère qu'il éclate là plutôt que demain au boulot, mais il est tellement intense et profond que je ne sais comment l'apprivoiser ni le faire éclater .. Si seulement, je pouvais me retrouver tout à fait, être cette fille si rigolotte que j'aimais tant...

Mais pourquoi, diable, diantre ça ne va pas toutà fait comme je veux ?

Attacherais-je (encore) tant d'importance aux regards/réflexions des autres ?
Est-ce les contre-coups de ce que je vis au boulot pas facile, facile ?
Est-ce le contre-coup de la rupture ?

En même temps, j'ai réalisé que je ne pourrais jamais me séparer de l'Alpyne, trop dur, à peine retrouvée, faut pas pousser Laurenn dans les orties non plus : alors, je me suis fait mon deal : "t'es pas obligée de virer tout le monde, tu en gardes certain(e)s et tu vois ce qui se passe"...

En plus, a priori, l'Alpyne n'était pas très d'accord avec le fait que je m'en aille complètement, et même Scat se fait davantage présent !! Serait-ce parce que j'ai râté involontairement un rdv la semaine dernière qui avait son importance pour lui et vis-à-vis du NML* ?? Peut-être...

En tout cas, une fois que je me suis avouée cela et que je l'ai accepté, j'ai été plus sereine.

Sauf que là, ben ça ressort à nouveau et que je n'arrive pas bien à le gérer, ce trop plein d'émotions... qui bat son plein au fond de moi...

Whaouh, je ne supporte plus FIP, c'est pour dire. Le froid qui s'abat à nouveau sur Paris me fait "suer", là, je me mettrais bien en plein soleil pour sentir sa chaleur, douceur, etc, etc...

Serait-ce aussi le fait que je fatigue tout simplement de tout ce remue ménage que je fais depuis au moins 3 semaines : dehors/hors de chez moi quasiment tous les soirs (resto, théâtres, concerts...)  ? La recherche d'appartements que j'ai tellement menée tambour battant commence à me fatiguer, je m'éparpille et je ressens le besoin de me poser... chose que je n'ai pas fait/ne me suis pas autorisée à faire ce we... Alors que j'en avais besoin et que j'aurais du... Même la micro sieste de cette après-midi n'a pas été très appréciée... C'est dire !

Enfin, après une fin d'après-midi sympa, retour sur les visites des apparts' de ces dernières semaines, je me sens bien car je réalise que j'ai encore des apparts' à visiter, y en a qui rentrent dans les agences et donc, à tous les coups mon bonheur n'est pas loin...

Et votre we, ça été ?? 

vendredi, 18 juillet 2008

Rupture

Il y a deux ans, quasiment jour pour jour, l’Autre m’avait violemment prise à parti en plein cœur londonien, ville où je me trouvais avec l’Alpyne et Smart…

Deux jours, un we pour qu’il s’en prenne à moi et me répète exactement les mêmes choses, mots pour mots… La stupeur passée, le tremblement non, j’ai fait une forme d’absence tant ce qu’il avait exprimé était violent… mais lorsque je l’ai à nouveau entendu dans ma tête (10 jours plus tard), j’ai réalisé toute la portée de ce qu’il en retournait…

C’est à ce moment-là que j’ai commencé à en parler ici et parfois ailleurs… 

 

 

Ces derniers 24 mois, je me suis protégée, j’ai fait en sorte d’être intouchable, de ne pas à avoir à le côtoyer de trop près pour m’éviter toute embrouille supplémentaire dont je n’avais pas besoin et j’ai surtout pris mes distances, tant physique que psychologique…

Le NML* est né à ce moment-là.

Il l’a senti, tout le monde l’a senti : Noël 2006, ce que j’ai pu être distante, ne pas lui adresser la parole, ne rien dire, rien de rien, non… Taire toute ma vie, tout ce que je pouvais faire de ma vie,… Il ne savait même pas que j’avais retrouvé un job, il l’a su en 2007, lorsque lui-même a rencontré des difficultés de ce côté-là…

Les choses se sont tassées peu à peu, mais je gardais un œil derrière mon épaule, les méchancetés de Smart n’étant jamais loin…

En ce début d’année 2008, après le décès de Phil pour lequel il a compris un peu l’épreuve que je traversais… nos rapports se sont faits plus présents voire agréables… L’entorse lui a fait rendre un peu de gentillesse mais je restais méfiante.

Un clash pendant mes congés de mai, grâce à Smart (qui ne supportait pas que je puisse renouer un peu avec lui ?) m’a fait comprendre que non, décidemment non, la vie, non avec eux, mais eux pas loin, ne sera jamais douce et heureuse tout comme je tends vers cela pour ma vie perso, à moi…

De toute façon, comme je me plais à le répéter à souhait/l’envie, je ne peux pas/n’ai pas le droit de m’apitoyer sur mon sort, je suis obligée d’avancer si je veux vivre ma vie tout simplement, et si, être sereine et en paix avec moi-même, doit passer par une semi ou totale rupture, je le ferais.

Ce qui est certain, est qu’en état actuel des choses, et loin de moi l’envie de mettre de l’huile sur le feu selon l’expression familiale consacrée, je ne ferais pas de pas en avant, et ne montrerai pas (en tout cas, j’essaierai au mieux de ne pas montrer) la moindre animosité… Non, je vais rester dans mon coin, me faire la plus petite possible et qqpart aussi, la plus irréprochable…

dimanche, 29 juin 2008

Maturation


Découvrez George Michael!

 

Voilà, j'ai repensé à cette soudaine chanson après une légère mais légère prise de bec avec l'Alpyne : encore un truc qui m'énerve : la façon dont elle change les événements de la vie pour que la pilule soit plus facile à me faire passer : lorsque depuis presque 3 mois, je lui dis "iras-tu là-bas cet été ??" Jusqu'à présent, c'était non, et là, Smart l'a proposé, et finalement, elle l'envisage... Y a de quoi en devenir folle...

Résultat, elle passe qq jours bientôt à Paris, je vais lui faire comprendre ce qu'est mon sentiment à ce(s) sujet(s) et toc !

Hier soir, j'ai entre-ouvert le voile de la réalité avec un copain, je crois ! Je lui expliquais combien depuis le décès de Phil, je n'arrivais pas à être légère, à prendre les choses avec plus de calme et de retrouver mon sourire comme avant, ma légèreté, ma distance facile avec les choses... Il m'a répondu que, peut-être, en étant devenue qui j'étais (marquée par le décès de Philippe, il pensait que ça faisait plus longtemps qu'il était décédé...Et non !), j'avais les deux pieds dans la réalité et donc, bien moins dans mon monde, dans cet imaginiare qui m'accompagnait jusqu'alors... et qui, indirectement, me protégeait...

Donc, qqpart, je serais devenue une adulte.. Eh oui, tout arrive : voilà le pourquoi de mes tourments aussi, très certainement, non ??

Alors, certes, je  suis heureuse et fière d'y être enfin dedans, mais en même temps, ça me fait archi bizarre, j'ai comme l'impression d'avoir attendu d'être dans cette "catégorie" pendant longtemps et en même temps, j'ai pas vraiment envie d'y être non plus...

Bref, ça cogite ferme et ça avance.

Et puis, Ô joie : j'ai retrouvé qq trucs bien à moi ce we : oui, j'ai une jolie vie: j'ai quand même un job sympa dans lequel je suis reconnue et pour lequel, je me donne plutôt à fond car c'est dans mon tempéramment...

Mais faut vraiment aussi que j'apprenne que la vie est un temps donné et que toute chose prend un temps qui lui est propre, et à moi, surtout de ne pas aller plus vite que le temps inhérent à toute chose au prétexte que je souhaiterais aller plus vite... Tout demande de la patience et du temps... Voilà le gros chantier à venir... avec l'achat de l'appart'...

Haut les coeurs, ça va venir tout ce bonheur, j'en suis persuadée ! 

mardi, 06 mai 2008

Se transporter

free music

 

Demain, dans moins de 24h, je m'évade de cette griseur "étouffeur" parisienne... Je pars, oui, en béquille, je prends le train et je descends.

771cfc0b03156b24433780ddd689ef4b.jpgUne 1ère halte au NML pour retrouver l'Alpyne, puis Smart nous rejoint.Je retrouve le point de départ de la rando râtée... Zut !

 

Et ensuite, nous descendons toutes les trois là où l'Alpyne et moi sommes descendues en novembre dernier, vous vous souvenez ?

 

Si là, je les laisse seules toutes les deux, je retrouve surtout une copine, voire plusieurs et aussi, peut-être un copain qui risque d'être fort surpris...!

Donc, voilà, où je vais être pendant ce long we... to enjoy life and everything she is offering me to do with ;-)

b23deffb245cfb383687beb0da3644b3.jpg

 

Edit : photo extraite du site interet-general

 

[PS : j'arrive pas à mettre le lien et la photo de l'endroit où je serais, Nie et Angie, Help, please :-) ]

 

dimanche, 04 mai 2008

Responsable

Dans le Petit Pince, le Renard dit au Petit Prince qu'on est responsable de ce qu'on apprivoise et qu'il est responsable de sa rose.

Il n'y a rien d'inéluctuable et tout peut changer, reste à savoir où prendre la main de ce drap qui va me remettre en selle ;-)

Cherchez pas à comprendre, y a juste eu des jours meilleurs ;-) Vive les vacances !!!

lundi, 18 février 2008

Dépêches du NML*

Le scoop est tout frais, il date d'hier, c'est dire !

Entre la copine de Scat que je ne connais toujours pas, mais allez savoir, je ne la sens pas, donc, je ne suis pas pressée de la rencontrer ! Pourquoi je ne la sens pas ? Tout simplement parce qu'elle passe visiblement beaucoup de temps avec Smart.

On reparle de Smart en ce moment : elle m'avait surprise à pouvoir comprendre ce que j'ai pu ressentir lorsque je lui ai parlé de Phil, en même temps, j'avais surtout l'impression qu'il s'agissait juste d'une tactique pour m'amadouer et me demander qqch ensuite.

J'avais presque raison ! Son anniversaire n'était pas loin. Et sa fête d'anni, elle a souhaité m'y inviter !! Ah tiens, je ne suis pas détestée, j'aurais mal compris ?!

La 1ère date retenue s'annule le jour même, pratique pour qqn qui vit mal la perte d'un être cher et qui a besoin d'être entourée ?!!

Elle annonce une 2nde date, qui s'annule tout autant au dernier moment, heureusement que je l'avais appelée pour savoir, sinon, elle ne m'aurait rien dit !

Et là, hier soir, je reçois un sms à 19h50 : "rdv chez Scat à 20h30 pour dîner" Là, je l'ai appelée pour lui expliquer qu'il y a des choses qui se font et d'autres pas et qu'il faut qu'elle arrête de me prendre pour une C.... Et elle a raccroché à mon nez. Cela ne m'étonne pas, elle ne sait faire rien d'autre... Mais je ne me suis pas arrêtée là: je l'ai rappelée pour lui dire ses 4 vérités, mais c'est rester sur son répondeur ! J'ai également contacté Scat (pas de réponse) et enfin l'Alpyne (pas de réponse non plus !).

Je reviens à ce que je disais il y a longtemps la concernant : elle n'a qu'un seul but m'évincer du NML et me tourner en ridicule le plus possible.

Quand je sais qu'il ne s'agit que de la jalousie et d'un ego très mal placé, je voudrais la plaindre, mais en même temps, trop de compassion à son égard tue et en ce moment, j'ai une chose bien plus difficile à vivre qui me tue aussi...

* No Man's Land

lundi, 26 novembre 2007

Entente cordiale

Vous souvenez-vous de vos cours d'histoire et de la période de la 1ère guerre mondiale ?

Là, je pense que vous situez mieux l'entente cordiale...

Elle existe au NML ! Elle persiste et signe, elle continue d'avancer, cette traitresse... Pourquoi réapparaît-elle à certains moments plus que d'autres ?

Les derniers événements m'ont permis de réaliser qu'il ne s'agit même plus d'une entente cordiale tant la hâche de guerre a été déterrée par ses soins.  Seulement, la zone de conflit n'est pas vraiment établie étant donné qu'elle a lieu par un intermédiaire, le téléphone !! Mon Dieu, que de technologies sur cette Terre !!

Si elle a à moitié avoué son erreur, elle n'a pas daigné rappeler pour qu'ait lieu la bataille, je l'espère, finale.

Non, la pression est redescendue !

Nous sommes repassés dans l'épisode de l'entente cordiale.

Je me demande quand aura lieu l'asaut final ? A Noël ? Fort possible, en même temps, elle recherchera appui de toute part, mais je ne suis pas certaine que son plan fonctionne car elle n'aura pas d'emprise sur moi : je l'ignore royalement la tête haute, le coeur apaisé...

dimanche, 11 novembre 2007

Amertume

Tel le chocolat noir amer, la vie est amère, la vie m'est amère... parfois.

Si des questions personnelles sont l'objet - le plus souvent - de mes tourments, des questions encore plus personnelles me font frémir d'horreur et de tristesse aussi.

Lorsque je pense aux derniers actes volontaires de Smart, je suis encore sous le choc de sa méchanceté gratuite, ces choses-là qu'elle se permet de faire sans l'ombre d'un sentiment de culpabilité, sans même se demander si cela pourrait me faire du tort ou pas.

Parce que forcément, cela m'en fait ! C'est même le but recherché, et la finalité est à la fois plus cruelle et emplie de haine (le mot est justement celui qui convient).

Cela revient au final, à m'évincer, me faire porter le chapeau de choses que je n'ai pas faites, faire en sorte que je n'existe pas dans son entourage proche, qu'elle n'entende plus parler de moi d'une façon ou d'une autre, que les gens ne prononcent même pas mon nom, qu'ils ne réclament pas ma présence, et encore moins mes arguments, ma façon de penser...

Je suis sa terreur, ce monstre qu'elle craint, ma façon de vivre, d'exister et de, finalement, ne pas lui prêter attention, fait qu'elle en souffre, tout en refusant de l'admettre et donc, se comporte en une gamine, une ado serait plus exact !

Maintenant que je connais sa façon de faire par coeur, voire même les différents scénaris à la quasi-perfection, je lutte, je me rebiffe et je fais en sorte que l'Alpyne, ma bien-aimée, me soutienne et me protège, comme le fait Scat lorsqu'il peut ;-)

Dernièrement, je crois que l'Alpyne s'est rendue véritablement compte de toute l'étendue de sa méchanceté et de son machiavélique plan, tout comme Scat pressent que son prochain événement n'est pas vraiment dû à un simple hasard de calendrier...

Après avoir versé qq larmes bien chaudes loin de sa portée pour qu'elle ne puisse penser en aucun cas combien ses méchancetés m'atteignent, je réagis, et retrouve l'énergie de me battre, d'avancer sur mon chemin de vie pour que celui-ci soit parsemé de petits bonheurs et de grands joies.

04da487a38d6f73893370fc3b1c4b119.jpg

Toujours garder au fond du coeur et dans les yeux que le bonheur est là, bien présent dans mon coeur et qu'il guide et accompagne chacun de mes pas et qu'il continuera à m'accompagner longtemps, encore...

[parce qu'au final, qu'est-ce donc à part de la jalousie, dites-moi ?!! Pas grand chose !! Et toc, je l'ai évincée !!]

mercredi, 31 octobre 2007

Mon long we ;-)

4cc1317acaf7d98fe19469aec78b3de4.jpg Vient de commencer là, maintenant, tout de suite et me réjouis, m'excite comme une puce ;-)

Eh oui, parce que je suis hors de Paris pendant 4 jours, exactement !!

4 jours à parcourir une partie de la France que je ne connais pas, retrouver l'Alpyne et la serrer dans mes bras un long moment, être au NML avec elle, mais toutes seules sans l'Autre ;-) Et ensuite, prendre la voiture et descendre encore plus bas dans le Sud, ce Sud que j'ai vu en septembre dernier et que je reverrais avec une certaine émotion...

Retrouver le NML alors que Minouche n'est plus, ça va me faire très très bizarre, je sens que je vais le chercher en arrivant demain, je regarderais où je poserais mes pieds, et limite, je crois que je l'appellerais... Mais il n'est plus et il me manque vraiment...

Mais partager ces moments aussi fort avec l'Alpyne, s'être enfin trouvées alors qu'on a eu tant de rdv manqués et jamais concrétisés, tant de larmes, de colères ravalées ou exprimées mais maintenant, c'est fini, même si qq points sensibles restent, tels lorque je lui parle de Smart.. Et pourtant, elle me comprend, qui sait ? Un jour, elle comprendra encore mieux...

Je le sais et surtout, j'ai confiance ;-)

Donc, tout ça pour vous dire que je ne serais même pas en mesure de vous lire, ni de répondre à vos commentaires, mais à mon retour, promis, je vous fais un coucou avec, je l'espère, de jolies photos en prime ;-)

See you

lundi, 29 octobre 2007

Pour mon chat

déjà 4 semaines que Minouche n'est plus... Et le miaulement de celui-ci me le rappelle si bien ;-) Et la scène aussi !! Sauf que Minouche n'attrappait pas un bâton et me tapait dessue ;-) Non, il miaulait les we lorsque je souhaitais faire la grasse mat', donc, je ne connaissais plus vraiment ce que c'était ... et il se mettait à griffer les tapis. Il voulait juste que j'aille lui donner à manger et que je m'occupe de lui, et ça c'était quand même super fun et sympa la vie avec lui. Je n'oublie pas.

samedi, 11 août 2007

Peaceful & quiet

I've been looking for so long to keep this feeling deep inside me.

I wondered too many times if I could face everything and my life in particular, and also, if, once, I could feel safe, peaceful and quiet deep inside me : no more fear concerning me, my future, what I am doing...

It happened !  It is happening and I know that this feeling is going to stay and last... and I am happy, really happy with this kind of situation : no more misunderstanding inside me, no more threat or any false, abusive, bad feelings...

I am more than these, I am better, I am living the life I want to live...

I keep faith and confidence, my essentials ;-) 

samedi, 21 juillet 2007

Mes cousins

07808cb75a125947d1dc5b7953295a00.jpgJe ne vous en ai jamais parlé parce que je n'en ai pas en ligne directe, mais plutôt indirecte : ben oui, la famille n'est pas immense du côté de mes parents, à mon grand désespoir aussi.

Par contre, ma mère avait une cousine germaine (la seule et unique !) qui a eu de nombreux enfants, eux-mêmes en ayant aussi, et donc, les voilà, mes cousins ;-)

Je les ai revus lors des obsèques de mon 3ème grand-père il y a 15 jours, et c'était vraiment agréable et sympa de se retrouver autour de la table, de discuter, de profiter de cette soirée pour se revoir, discuter, et patati et patata...

Voilà que je remets cela ce we ! Alors, ça va être encore plus rapide que la dernière fois : départ demain à l'aube ou presque pour rejoindre une autre chaîne de montagne que j'aime et retour dimanche soir à Paname bien, bien tard... à tel point que je dors chez Scat... ; la perspective de prendre les transports en commun pour rentrer chez moi ne m'enchantant guère...

Bref, je ne vais pas être très présente ici et là, mais je vous retrouve dès lundi avec plaisir !

Bon we à tous et profitez des playlists que j'ai installées dernièrement : vous avez remarqué ??

[en photo, mon amour de chat que j'adore, toujours là, mais malade... snif ;-(]