Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 17 décembre 2008

Autant en emporte le vent ?


podcast

 

Je souhaitais commencer cette note avec le titre "et je suis un mappy ambulant" et après, ça a été "hypothèses" et maintenant, ce serait plutôt "relectures".

Alors, titre ou pas, il en faut un que je choisirais une fois que je vous aurais exposé les élans de mes pensées...

Elles s'apirent une à une, d'une belle énergie. J'ai encore subi ces 15 derniers jours des attaques du fou qui essaie de me re-destabiliser.... sur fond de licenciement économique... La personne qui a pris ma place alors que je prenais enfin mes fonctions pleinement et entièrement fait partie de ce plan... No comment. J'ai tenu bon, malgré la petite trouille bleue au fond de moi, et la sensation de replonger comme lors de ces 7 premiers de l'année tellement terrible.... Mais j'ai tenu bon, soutenue par qq personnes du boulot (peu nombreuses) et surtout pas mon mrxaoueu.

Tout cela au milieu des mes analyses diverses et variées pour lesquelles les hypothèses se raréfient et demain, c'est le dernier rdv médecin afin de savoir si ce ne pourrait être cela : je pense que je vais recommencer une petite batterie d'examens, mais je m'en fous un peu.

Après avoir passé près de 15 jours à me demander si je n'allais pas être réopérée avant la fin de l'année et donc, à avoir une certaine peur, il semblerait que ce ne soit finalement rien ou pas grand chose ! Je trouve cela presqu'assimilable à une bouffonerie... et j'ai encore du mal à comprendre que ce que j'ai une femme sur deux l'aurait ; alors oui, y a trois hypothèses : épanchement du cul de sac de Douglas ssi existence d'un apendice à opérer de toute urgence ou grossesse extra-utérine (GEU) ou alors un truc moins drôle (rdv demain !).

Et puis, dans le prolongement de ma note précédente, je suis qqpart en pleins dans la réalisation du décès de Philippe en même temps que je vis sur la planète bonheur depuis déjà qq mois... Le Mr xaoueu est un ange (?) envoyé du ciel : tant de douceur, de compréhension, d'écoute, de patience, d'attente, d'aide, de soutien... c'est vraiment fort.

Alors, voilà, 2008 n'est pas encore terminée, j'ai encore pleins de trucs à faire avant la fin de l'année. Je sais qu'elle me réserve encore des surprises pour ces moins de quinze jours restant !! Mais je veux que ces jours restant soient à l'image de ce que je suis et qui permettent d'effacer les coups bas vécus cette année...

Parce qu'au final, je suis vraiment fière d'avoir eu la force, le courage d'avancer, de me sortir toute seule comme une grande de tout ce qu'on m'a mis sur le dos (ami(e)s, ennemi(e)s, famille...), car je suis toujours là et je resterai celle que je suis...

dimanche, 03 août 2008

Inversion de tendances !

Y a pleins de trucs à écrire et à vous faire partager dans ma vie de parisienne...

Y a surtout un truc nouveau ! Oui, et vous n'allez pas attendre la fin de mon post pour connaître de quoi il s'agit !! Quoique !

Jusqu'à présent, j'ai toujours su ce que je ne voulais pas... C'était pratique et pas ! Ben oui, dans l'absolu, je savais que je ne voulais pas de pâtes au resto italien, pas de vin blanc (ça me donne mal à la tête seulement si le vin n'est pas bon ;-)) ; pas de vert, je n'aime pas beaucoup cette couleur ; pas de rdv dans la rue ou à une sortie de métro, non, on se retrouve dans un Musée, dans un café, dans le resto... bref qqpart... ; etc, etc...

Là, ça semblait pratique, mais en fait, ça a ses limites : je m'explique : s'il est bien beau de savoir ce qu'on ne veut pas, on n'a rarement un avis sur tout (en tout cas, moi), et y a des sujets sur lesquels, même si j'ai réfléchi, j'avoue ne pas savoir (ie ne pas avoir une opinion franche/définie/argumentée...) et donc, savoir ce qu'on ne veut pas se retourne quasiment contre soi et devient ne pas savoir ce qu'on veut ;-)

Et oui ! Là, je me trouvais limite ridicule, surtout à mon âge ! Et surtout, ça me renvoyait à une image de moi fragile, indécise, et tout autre adjectif qui pourrait me qualifier mais que je n'aime pas :-)

Et j'ai réalisé dernièrement que la tendance se serait inversée ! Je ne sais pas si c'est la recherche d'apparts' qui me force à me définir, me déterminer, mais en tout cas, elle a du bon : entre le fait qu'elle me remet sur mes rails, mon intérieur, et tutti quanti de top, elle me permet de définir ce que je veux vraiment et maintenant, je pense avec l'effet inverse : je sais ce que je veux, ce qui donne à peu près cela : je recherche un sac en bandoulière pas immense pour mettre au moins un cahier, je recherche un appartement à acheter avec tel budget, dans ce périmètre et calme (pas de voisin au-dessus de ma tête), je veux ranger mon appart', je vire les choses qui ne sont pas indispensables...

Bref, j'en suis à de plus en plus arriver à décider de ma vie, tranquillement, sereinement, je ne dis pas que c'est facile, mais je re-commence à me faire de plus en plus confiance et le soleil a ré-envahi ma vie, je revois des arcs-en-ciel de bonheurs, des soleils...

Certes, ce n'est pas facile tous les jours, j'ai besoin de sommeil sinon, le moral flanche, mais mon moral est bien meilleur, preuve en serait les derniers compliments reçus dernièrement...??? Je m'accroche, je me répète des petites phrases à l'envie pour me booster, je fais ma méthode Coué perso et ça a l'air de marcher...

Et vous, ça donne quoi en ce moment ? 

jeudi, 24 juillet 2008

Ivresse...

Perdican :

" Tous les hommes sont menteurs, inconstants, faux bavards, hypocrites, orgueilleux et lâches et lâches, méprisables et sensuels ; toutes les femmes sont perfides, artificieuses, vaniteuses, curieuses et dépavées ; le monde n'est qu'un égout sans fond où les phoques les plus informes rampent et se tordent sur des montagnes de fange ; mais il y a au monde une chose sainte et sublime, c'est l'union de ces deux êtres si imparfaits et si affreux. On est souvent trompé en amour, souvent blessé et souvent malheureux ; mais on aime, et quand on est sur le bord de sa tombe, on se retourne pour regarder en arrière, et on se dit : "j'ai souffert souvent, je me suis trompé quelquefois, mais j'ai aimé. C'est moi qui ai vécu et non pas un être factice créé par mon orgueil et mon ennui.""


Alfred de Musset - On ne badine pas avec l'amour