Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 17 décembre 2008

Autant en emporte le vent ?


podcast

 

Je souhaitais commencer cette note avec le titre "et je suis un mappy ambulant" et après, ça a été "hypothèses" et maintenant, ce serait plutôt "relectures".

Alors, titre ou pas, il en faut un que je choisirais une fois que je vous aurais exposé les élans de mes pensées...

Elles s'apirent une à une, d'une belle énergie. J'ai encore subi ces 15 derniers jours des attaques du fou qui essaie de me re-destabiliser.... sur fond de licenciement économique... La personne qui a pris ma place alors que je prenais enfin mes fonctions pleinement et entièrement fait partie de ce plan... No comment. J'ai tenu bon, malgré la petite trouille bleue au fond de moi, et la sensation de replonger comme lors de ces 7 premiers de l'année tellement terrible.... Mais j'ai tenu bon, soutenue par qq personnes du boulot (peu nombreuses) et surtout pas mon mrxaoueu.

Tout cela au milieu des mes analyses diverses et variées pour lesquelles les hypothèses se raréfient et demain, c'est le dernier rdv médecin afin de savoir si ce ne pourrait être cela : je pense que je vais recommencer une petite batterie d'examens, mais je m'en fous un peu.

Après avoir passé près de 15 jours à me demander si je n'allais pas être réopérée avant la fin de l'année et donc, à avoir une certaine peur, il semblerait que ce ne soit finalement rien ou pas grand chose ! Je trouve cela presqu'assimilable à une bouffonerie... et j'ai encore du mal à comprendre que ce que j'ai une femme sur deux l'aurait ; alors oui, y a trois hypothèses : épanchement du cul de sac de Douglas ssi existence d'un apendice à opérer de toute urgence ou grossesse extra-utérine (GEU) ou alors un truc moins drôle (rdv demain !).

Et puis, dans le prolongement de ma note précédente, je suis qqpart en pleins dans la réalisation du décès de Philippe en même temps que je vis sur la planète bonheur depuis déjà qq mois... Le Mr xaoueu est un ange (?) envoyé du ciel : tant de douceur, de compréhension, d'écoute, de patience, d'attente, d'aide, de soutien... c'est vraiment fort.

Alors, voilà, 2008 n'est pas encore terminée, j'ai encore pleins de trucs à faire avant la fin de l'année. Je sais qu'elle me réserve encore des surprises pour ces moins de quinze jours restant !! Mais je veux que ces jours restant soient à l'image de ce que je suis et qui permettent d'effacer les coups bas vécus cette année...

Parce qu'au final, je suis vraiment fière d'avoir eu la force, le courage d'avancer, de me sortir toute seule comme une grande de tout ce qu'on m'a mis sur le dos (ami(e)s, ennemi(e)s, famille...), car je suis toujours là et je resterai celle que je suis...

lundi, 15 décembre 2008

Un an déjà


podcast

Aujourd'hui, ça fait exactement un an que j'ai vu Philippe pour la dernière fois. Sauf que l'an dernier, je ne le savais pas, ou alors, je ne voulais pas le savoir, je ne voulais pas m'en rendre compte, peut-être aussi... Et je me suis sentie vraiment bien triste aujourd'hui.

Alors, oui, cela peut vous paraître idiot, stupide de repenser à ce jour-là tellement merveilleux, mais c'est ainsi. Et là, je meurs d'envie de me plonger dans les bras protecteurs et rassurants de mon "mrxaoueu"...

*********

J'avais décidé de venir le voir une journée, de passer une journée entière avec lui à papoter, à me promener dans Bruxelles, à faire des choses simples, à l'aider à marcher si besoin... et loin de moi l'appréhension de le voir changer, presque défiguré par ses séances de chimio, même si je n'en menais pas large...

*********

C'est une période fragile, charnière en ce moment, je quitte le monde d'avant, et également cette année entre deux, pour aller là où mes pas me portent, me guident, et vers un inconnu vraiment plus beau et heureux, je crois. Je fais des choix qui me sont propres et pas forcément en accord avec ce NML, et heureusement d'ailleurs.

Je sens le dénouement proche. J'ai envie d'arrêter de me battre avec ce NML qui ne comprendra jamais rien à qui je suis etc...

*********

Donc, ma journée avec Philippe (arrêtons les digressions à n'en plus finir)... Il m'attendait en bas de l'escalator dans la Gare du Midi, et son jeune frère nous attendait dans la voiture. Il conduisait. Il nous a laissé à une station de M°, visiblement inquiet de voir Philippe seul, livré à lui-même et comme s'il était en danger... Il m'a lancé un regard tellement profond, tellement intense que j'ai réalisé sa peur de savoir Philippe malade, mais je ne savais pas qu'ils savaient que Philippe était condamné, c'est cela qui est terrible...

Et puis, nous avons pris le M°, je m'en rappelle comme si c'était hier... Nous avons été visités une expo : les bijoux royaux en Europe... sympa. Je poussais Phil dans son fauteuil roulant tandis qu'il avait mon sac à mains sur ses genoux, qu'il tenait fermement... Tout le monde nous croyait ensemble, et c'était vrai qqpart... Il ne voyait pas vraiment bien, satanée cellule cancéreuse qui lui bouffait son canal optique (ou qqch du genre)... Nous nous sommes promenés place des Sablons, une place que j'affectionne particulièrement à Brussels, nous avons déjeuné dans une petite brasserie, moi d'une waterzoi (j'adore ce plat, super calorique, mais m'en fous !) et lui un bouillon de légumes et de la viande)... C'est lors de ce repas qu'il m'a expliqué ce qu'il comptait faire pour son testament, que nous avons parlé de ses obsèques, je n'oublierai pas... j'avais la gorge nouée, j'essayais de retenir mes larmes devant une éventualité que je n'osais pas envisager...

Etait-ce sa façon de me dire que le pire allait arriver ?

Et puis, nous avons fait une grande ballade à pieds alors qu'il était déjà bien faible, mais pour rien au monde il n'aurait voulu m'empêcher de marcher, moi qui aime tant marcher... Ah cette ballade, au milieu d'une foule tellement importante, pressée d'effectuer ses achats de Noël, nous avons même fait une virée à la Fnac, oui ;-) !!

Je l'ai raccompagné chez sa tante et son oncle qui m'ont accueilli tellement gentiment, et j'ai repris mon train, la tête tellement ailleurs, tellement pleine de Philippe, de son cancer, l'envie de lui donner les globules blancs qui lui manquaient tant ... l'envie de le serrer encore dans mes bras pour l'encourager et le sentir vivant...

C'était la dernière fois, et je n'oublierai pas

PS en fond musical vous auriez du avoir sleep on it d'Angela Mc Cluskey, mais j'ai un méga pb avec Itunes qui ne fonctionne visiblement plus... ;-(

dimanche, 30 novembre 2008

Va où ton coeur te porte - Susanna Tamaro

Je suis rentrée de Berlin ou plutôt, j'ai quitté mon hôtel berlinois avec une phrase qui a résonné longtemps dans ma tête : "je veux vivre"...

 

No comment ou plutôt si ! Le coeur a refusé que je me laisse porter davantage encore dans les limbes de la morosité, de la peur, de l'abnégation de soi, et que je reprenne le chemin de ma misère morale, non, le coeur a dit STOP et je l'ai écouté. C'est la 2nde fois cette année que je l'écoute et en dehors du fait que c'est impressionnant (de l'entendre !), il ne m'a pas fait défaut. Il est bon conseiller et je repense avec joie au livre de Susanna Tamaro, Va où ton coeur te porte...

Aujourd'hui, je suis plus sereine même si ça s'agite toujours beaucoup dans ma tête. J'ai peur, j'ai peur d'une éventualité, je suis quasi terrorisée, je suis encore sous le choc de ce traumatisme infantile ou presque, mais qui ne le serait pas à ma place ? La perspective de devoir être ré-opérée pour me retirer cet épanchement, me fait penser/envisager le pire. Ben oui, la dernière fois, cela ne s'est pas déroulé comme prévu...

Alors, la phrase de Berlin a encore plus de poids, de force en résonnant de la sorte dans ma tête...

Quand je pense que je savais/ressentais que 2008 n'était pas encore finie et qu'il y aurait pleins de surprises d'ici la fin de cette année, je ne me trompais pas ! En même temps, le fait d'avoir repris les rênes de ma vie complètement, me prouve que j'ai pris la bonne décision en m'attaquant à ce chantier, même s'il est loin d'être facile moralement, psychologiquement et émotionellement.

Je ne crois pas à la fatalité, je suis persuadée qu'il y a une solution dans chaque chose, chaque événement et que tout se résoud. Ce qui m'arrive n'est pas banal, certes, mais pas insurmontable, et je me fais la promesse de ne pas baisser les bras, de ne pas abandonner, m'abandonner, ne pas abandonner mon corps maintenant. Non, ce serait franchement injuste et ne pas le remercier d'avoir répondu présent pendant toutes ces années, malgré toute la fatigue et autres éléments que cet épanchement a pu causer intérieurement... Je suis persuadée que tout se résoudra bien. En tout cas, je veux y croire, malgré ma peur au fond de moi, de mes yeux...

Le plus dur est d'en faire abstraction la journée lorsque je suis au travail, et en même temps, cela n'est pas dur. En fait, je suis au moins concentrée sur un truc qui me plaît et dans lequel j'avance. Mais lorsque le soir, je me retrouve seule avec ma douleur physique et que je ne peux en parler à X, Y ou Z, ben, le we, je me retrouve en proie avec des émotions assez énormes et pas faciles à gérer. Si vous rajoutez à cela, un temps de neige, ma session roller du we est tombée à l'eau (c'est le moins qu'on puisse dire !), je tourne en rond ;-)

J'ai trouvé une occupation tout autant intéressante : vider et nettoyer à fond mon appart' : ben oui, je peux enfin profiter de la lumière naturelle pour voir cet appartement sous un autre angle et me dire "non mais, là, ça ne va pas du tout, zou, on s'y met"..

Et c'est que je vais faire maintenant après vous avoir écrit !

Bon dimanche avec le dernier album des Killers -> spéciale dédicace à NJ

samedi, 29 novembre 2008

C'est la faute à Douglas !

 

Mes journées sont longues mais passionnantes : de retour, complèment en phase avec moi-même j'assume de mieux en mieux mes responsabilités et mon job. En y mettant plus que du mien, mais surtout en bossant comme j'envisage mon job et je me retrouve alors  à être bien plus sereine, bien plus organisée et bien plus à l'aise avec pleins de choses qui en découlent : pour preuve mon boss m'épaule et me protège lorsque mon ex-boss essaie (encore !) de me destabiliser... Il n'est pas le seul, mais je m'en fous, j'ai d'autres chats à fouetter et surtout une vie à construire et à vivre.

Je me suis fixée des objectifs que je souhaite atteindre d'ici la fin de l'année, et je ferais tout pour y arriver et ce n'est pas des semaines à partir tard (pas loin de 20h, mais surtout, en dehors de la pause dèj, je ne fais pas de pause, pas l'habitude ...!!) qui m'empêcheront d'y arriver. C'est marrant comme en ce moment, je fais le parallèle de cette fin d'année avec l'année où je préparais mon Barreau et où j'avais 4 vies en une... Exténuant. Heureusement, là, j'en ai pas autant...!!

Ma vie perso n'est pas en reste, loin de là : ça a clashé avec Smart, amplement prévisible, ça a entraîné un clash avec l'Alpyne car ras-le-bol et à nouveau décision de fuir, m'enfuir très loin d'eux, de ce NML où Laurenn n'a pas sa place. Je ne vais pas rentrer dans les détails du clash, sans importance, mais le fond est le même : le déni de moi en son entier. Oui, cela ne vous parlera peut-être pas, mais c'est la vie que j'ai lorsque je cotoie les gens du NML ou que je m'y retrouve : en fait, je réalise que ce NML a une double signification !

Bref, le déni : depuis toujours dans et avec le NML, j'ai tort : quoique je fasse, quoique j'exprime... j'ai tort. Et le pire, c'est que j'ai même tort sur ce que j'affirme de moi : oui vous avez bien lu ! Le NML me connaît mieux que moi-même, un comble, non ?

Pourquoi je vous parle de cela ? Parce que, si la semaine prochaine j'atteinds l'âge du Christ (!!!), c'est surtout que cela va réveiller un anniversaire douloureux où j'ai failli laisser ma peau, et ce n'est pas une blague ! Le 4 décembre 1987, j'ai été opérée d'une soi-disante banale appendicite qui a dû être réopérée d'urgence 5 jours plus tard, car méga infection... Je suis rentrée à la maison le 23 décembre. Mon éventuelle carrière de gymnaste partait en fumée, à mon grand désespoir.. Mais surtout, environ 6 mois plus tard, j'ai commencé à avoir des douleurs, plus ou moins violentes du côté droit. J'en ai parlé, mais on ne m'a pas écoutée, pas crue, pas prise en considération...

Aujourd'hui à chaque période de stress ou autre, j'ai mal, et cette année avec le décès de Philippe, tout s'est détraqué, vraiment. Je passe sur les détails délicats, mais j'avais aussi décidé que cette année, je voulais savoir s'il y avait qqch ou pas de ce côté.

J'ai fait des premiers examens qui sont clairs, et pas dans le bon sens. Je complète par un scanner la semaine prochaine, une prise de sang, (faite ce matin, résultats en attente)  puis revoir le médecin avec les résultats (trois fois en trois semaines)... Les hypothèses formulées tombent les unes après les autres, il y a surtout un trou de 20 ans où on ne sait pas si cet épanchement trouvé existait ou est nouveau...

L'inquiétude de mon médecin était claire ("vous venez me voir demain matin de toute urgence..."), je l'ai rassurée, même si je n'en menais pas large.

Je suis persuadée que cela a toujours été présent, et que, comme certaine grossesse niée, où les femmes ne s'aperçoivent pas qu'elles sont enceintes, j'ai écouté ce NML qui m'affirmait que je ne pouvais avoir mal car on m'avait retiré l'objet de mes souffrances... résultats, je me suis niée moi-même aussi... Le comble !

Je pense que le fait de m'en occuper, fait ressortir la douleur qui a toujours été présente et sourde. Je peux vous dire que depuis près de 15 jours, j'ai bien mal... résultat, j'ai arrêté de masser cette zone sensible... J'ai toujours été intimement convaincue qu'il y avait qqch, ou en tout cas, que qqch n'allait pas...

Et si vous rajoutez à cela, une éventuelle allergie au gluten, vous comprendrez ma fatigue... Une affection qui traîne (manque de globules blancs avéré !), un max de boulot (et de stress)... un NML qui fait suer....

Heureusement qu'il y a un petit coeur qui se promène avec moi... et que je ne manque ni d'énergie, ni d'optimisme, ni de courage...

Allez, hauts les coeurs, on ne sait rien, alors, tant qu'on ne sait pas, on n'a pas le droit de s'inquiéter : on relève les manches, on avance, on se bat pour vivre et la recevoir cette distinction dans la vie pro...!!

Mais parfois, c'est dur de ne pas avoir peur et je n'en mène pas bien large... Alors MERCI de m'avoir lue...

vendredi, 28 novembre 2008

This is your life - The killers

Un extrait de leur nouvel album... Ca me fait penser à pleins d'autres auteurs ... mais surtout ça vous prépare à ma prochaine note (qui était prête mais avec laquelle, j'ai cafouillé !)


Découvrez The Killers!

Candy talks to strangers
Thinks her life's in danger
No one gives a damn about her hair
It's lonely down on track street
She used to go by Jackie
The cops, they'll steal your dreams and they'll kill your prayers
Take a number where the blood just barely dried

Wait for something better
No one behind you
Watching your shadows
This feeling won't go

Crooked wheels keep tuning
Children, are you learning
Climatize but don't you lose the plot
A history of blisters
Your brothers and your sisters
Somewhere in the pages we forgot

Take a number Jackie
Where the blood just barely dried
You know I'm on your side

Wait for something better
No one behind you
Watching your shadows
You gotta be stronger than the story
Don't let it blind you
Rivers of shadow
This feeling wont go

And the sky is full of dreams
But you don't know how to fly
I don't have a simple answer
But I know that I could answer
Something better

This feeling won't go

Wait for it (x4)

vendredi, 25 juillet 2008

Ca sent l'été ?? (bis ?)


Découvrez Travis!
 

Je crois, regardez un peu ma nouvelle tenue complètement floue (mais vous commencez à avoir l'habitude !!) et ces couleurs, mais oui, enfin, des couleurs... et toujours mon nouveau chapeau ...

En plus, vous découvrez de plus en plus mon visage... Ohlàlà...

 

bf20275054ad8928357c9d92f5bc8ef7.jpg -> NJ, il te plaît toujours mon chapeau ?? Tu veux toujours le porter un jour qq heures/minutes/secondes...???? Tu sais ce qu'il te reste à faire !!!
ea44dcaaf439383f9f710d94c3f28d5b.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Porter des couleurs met mon coeur en joie et je positive, je renvoie une belle image de moi, j'ai encore plus le sourire et le mieux du mieux, c'est que ma playlist, la "Summer 08" se prépare et a même un nom "Happy mood", tout un programme musical... que je ne manquerai pas de vous transmettre avant mes vacances... dans quasi 3 semaines, enfin si je compte bien, mais c'est pas dit... que je compte bien !!

Et vous, ça ressemble à quoi vos tenues en ce moment ?? 

mardi, 08 juillet 2008

L'Homme de ma vie ne m'aurait pas fait ça


podcast
 

C'est ce que je me suis dit, par hasard (et j'insiste), à un moment donné dernièrement...

Le Monstre ne se manifeste pas et je ne sais pas s'il se re-manifestera de sitôt après la décision que j'ai prise (merci WentyLady) sereinement, même si ça tremble au fond de moi encore de temps en temps... Les émotions inhérentes à la mort de Philippe sont toujours présentes...

Et donc, je ne sais plus où s'était, ni ce que je faisais, mais je pense que je devais être en train de marcher ou alors à la Fnac entre des CD ou des livres... bref, je pensais et réfléchissais à la situation et me disais que j'avais (encore) été trop gentille et que là, M...., ça commençait à bien faire et que voilà et patati et patata...

STOP !

Donc, j'ai dit "l'homme de ma vie ne m'aurait jamais fait cela" donc, il ne me mérite pas, et toc, voilà, c'est envoyé comme au tennis par un coup droit fulgurant (!!) et ça fait du bien d'avoir agi en âme et conscience !! Je ne dis pas que je suis plus forte pour autant et qu'avant, mais je me suis respectée, écoutée et fais confiance : bah oui, comment fait-on pour avancer lorsqu'on est seule et qu'on sent le moral à deux doigts de flancher parce que la vie est délicate, subtile et que parfois, surtout en ce moment, je me révèle à la fois fragile et forte, portée par des jolies ondes et entraînée par des gens qui veulent ma chute - no comment, on en reparlera d'ci peu, je crois...

Donc, ça bien été la 1ère fois où une telle phrase m'est apparue en tête et aussi clairement, le genre de truc que je n'aurais jamais pensé et pourtant, pourtant...

Alors, être  adulte, comme je l'ai tant exprimé dernièrement ici, je crois que c'est cela aussi : accepter de faire le deuil aussi de diverses situations qui ne me correspondent pas et pour lesquelles je n'ai que faire et qui au final me font plus souffrir qu'autre chose.

 

vendredi, 04 juillet 2008

Projects

Et on reparle de projets à plein nez ! Oui, je reprends les rennes de ma vie et je me réinstalle sur ma selle de cavalière pour m'armer de force, courage, détermination et conviction pour aller là où je le souhaite.

Encouragée par une amie chère retrouvée pour mon/son/notre plus grand bonheur, j'avance et me sens bien plus légère, portée que je suis par tous ces projets envahissants, mais tellement porteurs de richesse et de sourires, de joies, de bonheurs futurs...

A commencer par l'achat de l'appart', j'ai tellement la sensation que ça va aller très très vite, vous ne pouvez imaginer à quel point... Je pense que je vais être épatée par cette rapidité : pour le coup, y aura pas beaucoup de temps laissé au temps, faudra d'ailleurs que je prévois les aides pour déménager... A bon entendeur... !!

Le projet suivant ou en même temps, c'est le recueil de poèmes à terminer, le roman à écrire. Pour le recueil, c'est facile, faut juste sélectionner les meilleurs et les compiler ensemble, sinon, "juste" les recopier sur ce pc et les graver sur cd pour les conserver... Le papier s'abîme tellement vite...

Le roman : ça y est, il est défini, dans ses grandes longueurs/largeurs... Il s'agira d'un roman épistolaire à la Choderlos de Laclos, qui sera divisé en chapitres thématiques et traitera du discours précieux, cher à Molière et tant d'autres... Non, il ne s'agira pas d'une pièce de théâtre car je ne maîtrise pas assez cet art, mais je me prépare à l'écrire cet été.

Cet été aussi, j'ai décidé de lire, lire et lire, prendre le temps de lire et me divertir à fond : donc, lire tout Molière que j'adore définitivement, terminer la saga des Harry Potter... et lire les autres livres en attente d'être terminés : j'en suis à en lire 25 en même temps, c'est trop, vraiment : donc, maintenant, c'est respect des livres et de leur temps de lecture...

Ah oui, faut que je vous parle du chantier de l'été : résoudre la question du temps : ben oui, à force d'être trop spontanée, je perds le temps tellement précieux car j'ai réalisée que chaque chose dispose de son propre temps et qu'il faut respecter le temps de chaque chose... C'est un gros morceau à avaler pour moi, et l'été est propice à cela... Profitons-en !

Et je repense à la conversation avec cette même amie, qui réalisait en m'écoutant combien tous mes projets mis bout à bout la fatiguaient...!! Un comble quand mêm, mais je ne suis pas étonnée : je dégage une telle énergie qu'elle doit faire peur parfois, limite être envahissante...

[Ah finalement, je ne suis pas un cadeau ?? Que dites-vous ??  Ah, je vous y prends, coquin, à vouloir me mettre en porte à faux avec mes semblables... Sapristi, où ce monde nous condut-il ??]

C'est un peu comme cela que mon roman sera écrit : je vous mettrais qq extraits afin que vous puissiez en profiter et que vous me disiez ce que vous en pensez... Bonne nuit ;-) 

mercredi, 14 mai 2008

Sincerely

podcast
 

Demain est un grand jour : oui, je vais être déplâtrée !!! Enfin ! Il était temps ! Je me réjouis et surtout j'espère que je ne serais pas replâtrée, mais juste strappée (un strapping quoi !) !!

******* 

Je vous écris pour vous dire à tous combien je suis touchée de votre présence, amitié et des mots que vous laissez sur ce blog. Je ne l'ai peut-être pas assez exprimé, mais toutes vos marques ici me plaisent et me touchent et provoquent des émotions...

Ces lignes sont pour vous, pour vous remercier de m'encourager, de me soutenir, même si j'ai cru que vous n'aviez pas osé " intervenir" lorsque j'ai parlé du décès de Philippe : et pourtant, Dieu sait si j'aurais aimé vous lire sur ce sujet tellement sensible et cher à mon coeur aussi...

Alors, je vous le dis en toute sincérité, écrivez, commentez et partageons ce que nous pouvons, et voyons où cela nous mène.

Car, en toute sincérité, j'ai failli vous écrire il y a dix jours que je souhaitais arrêter d'écrire ici, tant la disparition de Philippe m'est douloureuse et que j'essaie de ne pas y penser car c'est une VRAIE souffrance...

 

*******

Bon, sinon, sur ma planète, ça va plutôt pas mal, on en reparlera dans qq jours, je crois ;-) Enfin, j'espère !  Je relève la tête et respire. Ouf, il était temps. Des musiques m'accompagnent la tête en ce moment et ça fait plutôt du bien. L'Alpyne revient un peu, Smart a décidé de continuer sur sa voie et je poursuis la mienne. Je n'ai pas besoin d'elle, voilà.

******* 


podcast
 

La vie, la mienne, m'inspire de drôle de choses, réflexions, telle l'amitié : elles évoluent toutes, tellement, différemment, autrement, pas facilement et s'estompe avec, parfois, tant de facilité, cela m'épate. Et y en a d'autres pour lesquelles je pensais qu'elles ne subsisteraient pas à ça et finalement, elles se poursuivent, chouette !

 

*******


podcast
 

 

Que dire de ma vie en ce moment ? Ce soir, je suis particulièrement émue : émue de savoir que demain, je pourrais recommencer à pouvoir prendre des bains, me faire du bien au petit peton, marcher certes doucement, mais cela devrait revenir assez vite, je crois.

Et puis, y a Philippe deep inside me et là, la corde ne se brise pas mais l'archet grince sur l'alto.. L'émotion me submerge et il faut que j'écrive encore sur lui pour tenir ici, comme il le souhaite...

PS : demain, ça fait déjà 4 mois, dur, dur...

lundi, 05 mai 2008

Dolce vita

Voilà, je suis en vacances et je compte bien y restée un certain temps...

J'oscille, tel le métronome, entre deux tendances ! J'aurais aimé qu'il s'agisse de tendances modes, mais tel n'est pas le cas ! J'oscille entre la morosité, la peur, le repli sur soi, la timidité à l'extrême et la joie, le sourire, la légèreté, la confiance en soi.

 

Mais, ce matin, c'est la Dolce Vita ! Olé !

 

29caac90f98aebd45837013aea0a6fb0.jpgUn transat sur mon balcon, prêté par une copine et me voilà avec mon cappuccino et un livre à la main presqu'allongée pour un réveil matinal plein de douceur [et qui me correspond bien] : c'est buccolique à souhait, en plus, y a de la verdure et je vois les hirondelles et j'entends pleins d'autres oiseaux... depuis mon petit balcon parisien ;-)

3475d282aac4358ed5040fd23bc512a0.jpg

 

Certes, y a pleins de choses qui pourraient me faire descendre dans le "down", mais je m'accroche à ces petits qqch, même infimes que la vie m'envoie : ces petits signes dont j'ai tant parlé ici, à maintes reprises, et qu'on ne voit pas lorsqu'on est fatiguée, stressée, émotionnellement percutée, mal à l'aise, triste, sur la défensive, bref, des états émotionnels dans lesquels je me débats un peu trop souvent en ce moment...

 

Je vais essayer de "keeper this mood and confidence" et de vous glâner qq jolies choses de mes vacances...

En fait, non, je vais tout faire, chaque jour, pour aller vers la lumière et retrouver la sérénité qui me fait tant défaut depuis ... 

Je quitte ce brouillard devant les yeux, promis. 

[Une copine m'a dit un truc tout simple : chaque jour, essaie de voir 5 choses qui t'ont fait du bien...]

 

vendredi, 02 mai 2008

Changement de saison ?


podcast

 

Depuis qq jours, je res-sens un changement de température, de temps, de saison ?

Les derniers temps passés de cette année 2008 m'ont absolument marqués et n'ont pas été très tendres à mon égard. Je pense qu'on est responsable de ce qui nous arrive, mais même dans mon "cas", j'ai encore du mal à voir exactement l'événement déclencheur qui a fait que tout s'emballe de la sorte.

Je ne suis pas une sainte, c'est certain, mais j'essaie de respecter les uns et les autres. Sauf que là, j'ai pas été fine faut-il croire ?!

Il y a un temps pour tout, pour toute chose et il faut accepter que ce temps ne corresponde pas forcément à nos envies/souhaits/désirs.

J'ai l'impression que les tensions qui étaient présentes autour de moi s'apaisent, se calment et que je suis moins "à fleur de peau", tendue telle la corde de mon violon alto (d'ailleurs ce serait bien que je m'y re-mette...).

C'est fragile et ça peut partir, mais je sens que je commence à retenir le bon bout de la vie, ma vie entre mes mains et que je m'affirme en tant que moi.

Vous l'entendez cette chanson ? Vous la connaissez, hein ?! Ben oui, c'est un des jingles de Nova que j'ai entendu sur FIP !!! Je la trouve rigolotte ;-)

jeudi, 01 mai 2008

Réactions

Elle vient, progressivement.

podcast

Et puis, j'ai des personnes qui compte sur moi aussi, visiblement : 

envoies moi
des mail d'insultes si ca peut te soulager, joue du
violon a t'en tuer l'epaule, goinfre toi de macaron
Laduree ( chocolat et framboise), va a l'eglise, post
comme une malade...


ecris un poeme, une chanson, un livre  si il le faut
qui exprime ce que cette perte represente pour toi, ou
ce qu'Il a apporte dans ta vie,

mais ne te laisse pas
ronger par le chagrin, parce que je t'assure que la
pente sera tres tres dure a remonter, bcp plus dure
que le chagrin que tu ressens en ce moment.

 Et je vais réagir de la meilleure des façons pour retrouver mon énergie, mon sourire et ce qui me caractérise vraiment.

[ Un grand merci à la personne qui m'a écrit cela.]

 

mardi, 12 juin 2007

Pudeur

Lorsque les mots ont une envie irrésistible de sortir de ma bouche tellement plus vite que la musique, je m'arrache de la torpeur de la minute pour me précipiter sur une feuille de papier ou mon clavier !

Pudeur de m'exprimer sur moi, parfois, qqfois ici,

Pudeur de ne rien dire de ma vie telle quelle est/apparaît aujourd'hui,

Pudeur/froideur (?) de ce qui m'anime de l'intérieur et que je n'ose décliner ici,

Et finalement, certaines notes sont préparées avec beaucoup d'avance, et me permettent de mettre une distance certaine entre ce que je viens de vivre et ce que vous allez lire, parce que de l'eau, du temps a coulé sous les ponts, des images neuves égaient ma vie, me procurent un intense plaisir, du bonheur sur le bout des lèvres... et je ne suis plus du tout amère.

Parce que j'ai cette force d'aller toujours de l'avant, parce que j'ai cette certitude que demain sera demain et que, quoiqu'il en soit, il y a toujours un rayon de soleil chaque jour qui se déverse sur la toile de ma vie, qu'un bonheur se provoque, se met en place facilement, il suffit juste d'être à l'écoute de son être et de se faire confiance, de s'écouter et de voir que ce qui me tend les bras est juste devant moi ;-)

Avez-vous l'arc-en-ciel dans le ciel, la trace de l'avion dans ce ciel d'été ? Avez-vous remarqué le sourire bienveillant de cette femme âgée que vous avez laissée passer devant vous ? Avez-vous croisé le sourire de cet enfant qui tient la main de sa maman ce matin pour aller à l'école ? Avez-vous aperçu le regard gourmand de cette jeune femme sur le troittoir qui mange avec délectation cette pâtisserie appétissante ? Avez-vous vu ce chat qui s'étire de bonheur au soleil ? Avez-vous vu toutes ces choses, ces petits riens qui constituent la vie, et qui vous permetttent de vous dire que non, décidemment, la vie est belle...

Alors, ouste, froideur, ouste peur, ouvrez votre coeur à toutes ces choses et votre vie sera belle et extraordinaire ;-) 

 

 

samedi, 09 juin 2007

La petite souris

Dans la rue,
J'ai rencontré une souris

Sous la pluie,
Mouillée était Dame Souris ;-)

Je l'ai abritée sous le parapluie
Le mouchoir avec un pli

Elle était concentrée
Elle regardait son reflet

Emerveillée par ce petit être
Je me suis arrêtée sur l'espèce

Mais elle m'a ignorée,
L'ingrate, la mijorée

Finalement, elle repris son cheminement
Sous le regards, ébahis, des passants...

Et, affamée, je l'ai quittée
Pressée de rentrer manger !

mardi, 13 mars 2007

Ca sent l’été..

Un si joli ciel, un si beau soleil, et me voilà propulsé au paradis ;-)
 
Je me suis sentie bien légère ce we, même si qq parasites ont envahi ma tête brune.. déchargée de qq cheveux pour mon plus grand plaisir et bonheur… 

Eh oui, ça sent bon l’été, la danse, les vêtements légers, le corps qui s’élève, le cœur qui respire… 

Des petits bouts de bonheurs glanés au fil du vent, sur le clair de lumière du soleil 

Allez de l’avant, relever la tête sans affront envers la vie et encore moins envers moi-même, se faire confiance, confiance en son propre corps, faire les choses doucement… et pleurer si j’en ai envie, parce que j’ai mal, parce que ça passe pas, ce chagrin,

... bouh ;-) 

Mais il fait si beau, comme chante Vincent Delerm (vous l’avez vu samedi soir ??)